vendredi 31 octobre 2014

TAMIKREST ~ Chatma [2013]


J'ai ce collègue qui aime voyager et possède un don pour se faire refourguer les pires enregistrements pour touristes en goguette : tous ces machins hideux, estampillés "world music", sur lesquels les clichés les plus éculés voguent péniblement au-dessus de boîtes à rythmes asthmatiques et de synthés tellement ringards que ça en deviendrait presque amusant... Ici, c'est tout le contraire : Tamikrest (comme Tinariwen, auquel il est souvent comparé) pratique le blues du Sahara. Ne cherchez pas les douze mesures, je parle de l'esprit, de la fameuse note bleue... Oui, aujourd'hui, par la grâce d'Internet, les musiques circulent toujours plus vite et de miraculeux mélanges se créent. Ceux qui pleurnichent que tout a déjà été fait mille fois peuvent remettre leur langue dans leur bouche : des guitares électriques se branchent au cœur des villages oasis et des Touaregs n'hésitent plus à compliquer leur culture avec des influences venues de l'occident. Parfois, on jurait entendre le fantôme de Jimi Hendrix foutant le feu aux dunes ! Mieux qu'original, cet album est aussi émouvant que beau.
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)                



01 - Tisnant An Chatma
02 - Imanin Bas Zihoun
03 - Itous
04 - Achaka Achail Aynaian Daghchilan
05 - Djanegh Etoumast
06 - Assikal
07 - Toumast Anlet
08 - Takma
09 - Adounia Tabarat
10 - Timtar
MP3 (320 kbps) + artwork

mercredi 29 octobre 2014

VARIOUS ARTISTS ~ Some Girls # 1 [Jimmy's Compilation 2014]


Je ne vais abandonner ni mes reprises ni mes parcours magiques, mais j'avais depuis longtemps l'envie de me lancer dans cette série au long cours. Pour le coup, on peut le dire : "une de perdue dix de retrouvée" - et même dix mille ! Ici, c'est mieux qu'un triste harem car les filles ne sont pas enfermées, et c'est un plaisir de les partager entre amis plutôt que de les offrir aux yeux de ces malheureux eunuques ! Parmi ces charmantes demoiselles, certaines ont existé quand d'autres relèvent de l'imaginaire ou du pur fantasme. Avec quelques unes, vous avez déjà forcément folâtré, mais le reste de la jolie troupe ne demande qu'à caresser vos mignonnes oreilles, grands veinards que vous êtes !
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)



01 - THE STOOGES - Ann
02 - LEAD BELLY - Looky Looky Yonder Black Betty Yellow Women's Doorbells
03 - THE ROLLING STONES - Claudine
04 - RANDY AND THE RAINBOWS - Denise
05 - THE MOTHERS OF INVENTION - Big Leg Emma
06 - THEM - Gloria
07 - DAVID BOWIE - Letter To Hermione
08 - THE GUN CLUB - For The Love Of Ivy
09 - PAVLOV'S DOG - Julia
10 - PATTI SMITH - Kimberly
11 - THE KINKS - Lola
12 - ROD STEWART - Maggie May
13 - CHUCK BERRY - Nadine
14 - JAD WIO - Ophélie
15 - BOB DYLAN - Peggy Day
16 - THE LEFT BANKE - Walk Away Renee
17 - LOU REED - Sally Can't Dance
18 - THE ZUTONS - Valerie
19 - KEVIN COYNE - Wendy's Dream
20 - LA SOURIS DEGLINGUEE - Yasmina P.A.
MP3 (320 kbps) + artwork

mardi 28 octobre 2014

PAUL WELLER ~ More Modern Classic [2014]


Il existe un véritable mystère que les français ont bien du mal à comprendre. En effet, il est difficile d’imaginer à quel point une rock star comme Paul Weller puisse être à ce point populaire en son pays et aussi peu connu de l’autre côté de la Manche. Pour faire court, il pourrait être un équivalent de notre Jean-Jacques Goldman, en terme de notoriété et d’engagement politique, sauf que, vous l’aurez deviné, le sieur n'évolue pas dans la même division. Il œuvre tout en haut et tutoie les plus grands. De toutes les étoiles du rock, il est certainement celui qui a su le mieux naître et renaître. D’abord avec les Jam dans la fièvre du punk, puis dans une musique volontairement raffinée avec le Style Council (dans lequel, quoi qu’on en dise, il savait offrir de grandes chansons) et, enfin, en solitaire. C’est cette dernière incarnation qui nous intéresse ici. Avec l’explosion de la britpop, c’était toute une nouvelle génération qui redécouvrait cet icône. Et d’Oasis à Morissey, tous ont célébré son talent. Une véritable star intergénérationnelle. Un porte-parole respecté de tous. C’est ainsi qu’est né son statut de Modfather ou de Godfather. Contrairement à beaucoup, Paul Weller a toujours eu la classe et incarne le bon goût absolu. Si ce côté dandy à la Brian Ferry a pu agacer certains, les disques sont là. Et mise à part quelques rares baissent de régime, tous sont d’excellentes factures. Avec ce More modern classic, Weller se balade à travers son œuvre. Une œuvre pourtant très référencée, mais qui a su égaler voire surpasser ses paires. Son écriture est capable d’embrasser tous les style et de les fondre dans un songwriting exemplaire : de la soul, au courant mod, à la pop, au jazz, au psychédélisme, au rock. Et à l’écoute de cet opus, on se dit que c’est exactement ça que d’être un moderne classique. Un véritable Art d’être fidèle à soi-même en changeant sans rien changer. Rien que pour ça, c’est tout un mystère en soi.
Audrey SONGEVAL (Merci d'avance pour vos commentaires !)


01 - He's The Keeper
02 - Sweet Pea My Sweet Pea
03 - It’s Written In The Stars
04 - Wishing On A Star
05 - From The Floorboards Up
06 - Come On, Let’s Go
07 - Wild Blue Yonder
08 - Have You Made Up Your Mind
09 - Echoes Round The Sun
10 - All I Wanna Do (Is Be With You)
11 - Push It Along
12 - 22 Dreams
13 - No Tears To Cry
14 - Wake Up The Nation
15 - Fast Car , Slow Traffic
16 - Starlite
17 - That Dangerous Age
18 - When Your Garden’s Overgrown
19 - The Attic
20 - Flame-Out!
21 - Brand New Toy
MP3 (320 kbps) + artwork


lundi 27 octobre 2014

LOU REED ~ Lou Reed [Jap. Edition] [1972]


Ce n'était pas encore tout à fait ça (la transformation se fera quelques mois plus tard)... L'esthétisme de la pochette m'a toujours laissé dubitatif ! A l'intérieur, c'eût pu être l'extase, puisque la majorité des titres provient des archives du Velvet (auxquels, il faut ajouter la première version de Berlin). Hélas, la production est quelque peu lourdingue, Lou (très désillusionné depuis son départ du V.U.) semble n'y croire qu'à moitié et - outrage ultime - il y a deux Yes qui se sont incrustés parmi les musiciens ! A la réécoute, l'album se laisse jouer sans déplaisir, mais on est loin du résultat que pareils chansons auraient pu offrir et à des années lumières des deux immenses chefs-d'oeuvre à venir...
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)
P.S. : Lou, un an déjà, tu me manques...       


01 - I Can't Stand It
02 - Going Down
03 - Walk And Talk It
04 - Lisa Says
05 - Berlin
06 - I Love You
07 - Wild Child
08 - Love Makes You Feel
09 - Ride Into The Sun
10 - Ocean
MP3 (320 kbps) + artwork

dimanche 26 octobre 2014

Portfolio # 7 : Patti Smith & John Cale





Je rassure les jaloux : je n'ai pas pu m'y rendre mais, en attendant le bootleg, les images me plongent déjà dans une émotion sans nom. Revoir ces deux-là, dans cet endroit cher au fan du Velvet, c'est...
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)  

samedi 25 octobre 2014

PATTI SMITH ~ France Culture [2014]


Voici, offert par mon ami Yom (de Vers Du Silence), deux liens qui vont mèneront vers deux émissions de France Culture. Bonne écoute aux fans de Patti...
http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-1ere-partie-patti-smith-2014-10-23
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)  

vendredi 24 octobre 2014

PETER MULVEY ~ Silver Ladder [2014]


"I knew all along and I knew all along …"
Mes singers-songwriters, en général, je les choisis bien tordus. Enfin, je ne les choisis pas, ils s’imposent à moi. Plus ils sont tarés, pervers, décavés, maudits, born again au passé trouble (ou toxique, ou punk, ou les trois) - n’en jetez plus la cour est pleine -, et plus je plonge. Ce n'est pas forcément une tare, c’est souvent cathartique et, finalement, quand on y pense, Tom Waits vend un paquet de disques - pour n’en citer qu’un au hasard. Par contre, il y a parfois des dégâts, ça faut bien l’avouer. Le Bain de Sang dans lequel nous a plongés Scott H Biram, il y a quelques semaines, aurait coûté la vie au Club des Mangeurs de Disques que ça ne m’étonnerait pas. Mulvey, c’est tout le contraire. Alors, bien sûr, il ne faut pas trop gratter, on pourrait tomber sur les joies d’une carrière dans les couloirs du métro et des lyrics - hé merde -, encore une fois, qui ne se contentent pas de dire ce qu’on entend. Mais à part ça, ce mec pfou… le gendre idéal : doué, souriant, propre, pas un tattoo, toutes ses dents (genre Springsteen mais sans prognathisme). Vous pouvez vérifier, je vous ai mis une vidéo chez Marius. Oui mais encore ? Déjà, une voix à te faire avaler des briques, genre Gros Nounours (à tous les coups, sur la pochette, c’est sa femme en photo, Sophie qu’elle s’appelle) et une technique bien à lui de guitar-hero folkie gentiment laid-back qui transparaîtra certes plus sur d’autres disques plus acoustiques, mais vous pouvez me croire, vous savez bien que je ne raconte jamais de conneries, en plus vous venez de regarder la vidéo. Et puis, Mulvey, tu le sens heureux, la banane en permanence, même quand les morceaux deviennent ostensiblement plus sérieux et - manquait plus que ça -, c’est contagieux ! Si vous résistez aux deux premiers titres, votre cas est désespéré mais, à mon avis, les quarante premières secondes du premier suffiront à vous embarquer sur l’échelle d’argent (horrible, cette fin de phrase est horrible, je sais). C’est simple, dans ce domaine, il y en a qu’un qui me fait cet effet mais, tu vois Jimmy, je vais mieux, je n’ai pas une seule fois cité son nom aujourd’hui et je tiendrai bon. D’ailleurs, je me demande bien pourquoi je le citerais.
Everett W. GILLES (Merci d’avance pour vos commentaires !)


01 - Lies You Forgot You Told
02 - You Don’t Have To Tell Me
03 - Sympathies
04 - Remember The Milkman?
05 - What Else Was It
06 - Trempealeau
07 - Where Did You Go
08 - Josephine
09 - Back In The Wind
10 - Copenhagen Airport
11 - If You Shoot At A King You Must Kill Him
12 - Landfall
MP3 (320 kbps) + artwork

jeudi 23 octobre 2014

HARRY NILSSON ~ The Harry Nilsson Anthology Personal Best [2CD] [C. 1994]




Immense compositeur, admiré jusque par les Beatles (et One fait partie de ma liste des plus belles chansons du monde); immense interprète capable de faire oublier les originaux (Without you ou Everybody’s talking ne sont effectivement pas de lui, mais de Badfinger et Fred Neil); immense chanteur couvrant trois octaves et demi; immense noceur que Lennon prit comme pote de beuverie; immense aussi parce qu’il était très grand… On pourrait être impressionné, mais tout ce que vous écouterez donne l’impression de ne pas vraiment compter, d’avoir été enregistré avec désinvolture. Même quand il semble s’amuser, comme dans Coconut, c’est si génial que Tarantino ne s’y est pas trompé en l’utilisant dans une scène d’anthologie. Et c’est certainement là le plus grand talent de Nilsson : rendre sa musique légère et évidente, peut-être même superficielle, alors qu’elle cache de véritables trésors et une réelle ambition dans laquelle on peut se plonger et replonger pour en découvrir toute la richesse.
Audrey SONGEVAL (Merci d'avance pour vos commentaires !)
P.S. : l'oeuvre, pour le moins magnifique, de Harry Nilsson a été récemment rééditée avec moult inédits, mais pour les gens pressés et les néophytes, ce généreux florilège pourrait ressembler à une sorte de bénédiction!
Jimmy JIMI 

  


CD1 :
01 - 1941
02 - Without Her
03 - As I Wander Lonely
04 - Ten Little Indians
05 - You Can't Do That
06 - Miss Butter's Lament
07 - One
08 - Mr. Richland's Favorite Song
09 - Everybody's Talkin'
10 - Together
11 - Don't Leave Me
12 - Good Old Desk
13 - I Will Take You There
14 - Girlfriend
15 - Wasting My Time
16 - Mournin' Glory Story
17 - Open Your Window
18 - Maybe
19 - Nobody Cares About The Railroads Anymore
20 - I Guess The Lord Must Be In New York City
21 - Vine Street
22 - Me And My Arrow
23 - Think About Your Troubles
24 - Early In The Morning
25 - Without You
26 - The Moonbeam Song
27 - Coconut
28 - Jump Into The Fire [Single Version]
CD2 :
01 - Gotta Get Up
02 - Joy
03 - Turn On Your Radio
04 - The Most Beautiful World In The World
05 - You're Breakin' My Heart
06 - Spaceman
07 - Remember (Christmas)
08 - It Is He Who Will Be King (Outro) Daybreak
09 - As Time Goes By
10 - Nevertheless (I'm In Love With You)
11 - Over The Rainbow
12 - Many Rivers To Cross
13 - Don't Forget Me
14 - Easier For Me
15 - Down By The Sea
16 - Salmon Falls
17 - Good For God
18 - (Thursday) Here's Why I Did Not Go To Work Today
19 - Sail Away
20 - All I Think About Is You
21 - Perfect Day

mercredi 22 octobre 2014

Pour la beauté du geste (feuilleton électrique) par Jimmy Jimi # 72



72. STEPHANIE SAYS [The Velvet Underground]

   Tous les garçons n'étaient pas des apprentis machos prêts à s'abattre violemment sur la première petite innocente venue... Nous voulions seulement passer de l'Autre Côté – on nous l'avait vanté mille fois en des termes forts élogieux, et nous l'imaginions bien plus mirifique encore...
   Quelque chose m'emmenait au porte de la déraison : c'est lorsque je voyais Audrey et Everett s'éclipser discrètement lors de la deuxième série de slows pour aller s'aimer à l'abri des magnifiques falaises de Cliftonville. Ils nous laissaient minablement patauger au milieu des I've been loving you too long et autre I'd rather go blind, pendant qu'ils miaulaient des symphonies inédites au nez écarlate de la lune. Il fallait les voir revenir avec des millions d'étoiles minuscules au fond de leurs yeux fiévreux. Un milliard de slows plus tard, j'en tremble encore un peu ! J'étais certain qu'Isidore avait déjà traversé le miroir mais, à observer son regard envieux devant notre couple de débauchés, je devinais trop facilement qu'il n'avait encore oser faire marcher Emilie sur les bris de verre magiques...

  Des prénoms me reviennent comme des titres de chansons ou des boomerangs sentimentaux.

   Par deux fois, je m'approchai de la psyché sacrée...
Carol me gourmandait chaque fois que je m'entortillais les doigts autour des délicates agrafes de son soutien gorge, mais finissait toujours par m'aider à le retirer ! Las, elle ne me laissa goûter qu'au nectar succulent de ses tous petits seins gonflés d'un désir encore trop timide. J'aperçus l'Autre Côté au bout du tunnel, mais il demeura inaccessible.
   Avec Stéphanie, l'affaire s'avéra plus complexe, musicale et rêveuse. Elle pouvait dire n'importe quoi (et la bavarde ne s'en privait guère), sa voix m'expédiait jouir au milieu des nuages (on aurait dit la petite sœur de la sublime Catherine Mouchet – même si son organe de sirène et sa grâce surnaturelle n'avaient pas encore transpercé l'écran). Le jour où elle m'expliqua qu'elle me quittait pour ce géant germanique, dont je n'ai jamais compris le prénom, je ne pus m'empêcher de continuer à sourire benoîtement, les oreilles en sang comme après ma première écoute de Sister Ray, les yeux rivés à la fenêtre de l'Autre Côté et le cœur baignant dans le reflet de la face cachée de la lune...

   Nous sommes bien d'accord, ce ne fut pas exactement le grand huit avec la tête qui heurte le plafond du septième ciel ni la brouette thaïlandaise sous le grand déluge passionnel, mais j'entendis le bruit magique de la trotteuse qui commençait à s'accélérer.
   Au loin, le futur dessinait les plans d'une chambre d'amour. Ma belle souriait dans son sommeil. Son souffle m'aspirait doucement à travers les couloirs du temps. Les nues se retenait de pleurer. Un parfum hurlait en se compliquant au jus des astres...
   Je ne savais pas que je la connaissais déjà.
   Je ne savais pas que je l'aimais depuis toujours.

   Ce ne fut pas exactement le grand huit ni la brouette thaïlandaise... mais comment aurais-je pu deviner que l'avenir me destinait à une mission d'une tout autre envergure ?


mardi 21 octobre 2014

PUBLIC IMAGE LIMITED ~ This Is P.I.L. [2012]


Je ne sais pas... peut-être est-ce l’instinct du chasseur !... Après vingt ans d'absence, John Lydon a réactivé son Image Publique, et j'ai failli snober ce retour à cause de cette pochette esthétiquement douteuse et du titre paresseux (sans doute, aussi, parce que les derniers albums ne m'offraient aucuns souvenirs, bons ou mauvais, ce qui est rarement un signe encourageant). J'ai plongé, finalement, et grand bien m'en a pris. Après un titre d'ouverture proche de l'inutilité, qui me fit craindre le pire, le disque commence enfin sur un reggae sombre et totalement envoûtant. John est en grande voix, c'est à dire qu'on retrouve son plus beau timbre insolent, qui semble se foutre superbement de la tronche du monde tout en lui passant une espèce de magnifique savon ! Une basse gironde s'entortille autour d'un rythme simple et sec du meilleur effet, pendant que la guitare, sorte d'araignée géante, tisse une toile dangereuse, sur laquelle le vilain rouquin peut rebondir à l'envi et cracher son sabir dérangé. Rarement un album de P.I.L. aura été d'une aussi profonde unité. C'est une oeuvre fondue au noir, n'hésitez pas à l'écouter de nuit et le volume à fond si vous voulez vous injecter le poison bien comme il faut !               
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)


01 - This Is PIL
02 - One Drop
03 - Deeper Water
04 - Terra-Gate
05 - Human
06 - I Must Be Dreaming
07 - It Said That
08 - The Room I Am In
09 - Lollipop Opera
10 - Fool
11 - Reggie Song
12 - Out Of The Woods
MP3 (320 kbps) + artwork

dimanche 19 octobre 2014

VARIOUS ARTISTS ~ Venus In Furs [Boxset 5CD] [2014]


J'aurais pu mieux faire, mais je n'étais pas en forme ! Voici quatre-vingt-huit versions (Yesterday n'a qu'à bien se tenir !) de ma chanson préférée (si vous ne la connaissez pas, c'est le moment idéal pour la découvrir !) : j'espère que ça ne va pas vous faire trop copieux ! Avec ce post (genre de "super very mega special deluxe"), j'espère bien gagner ma place parmi les grands cinglés de la blogosphère ! Vu le thème de la chanson, on trouvera peut-être quelques masochistes pour s'envoyer l'intégrale cul sec, mais je ne voudrais obliger personne ! Il devrait y en avoir pour tous les goûts (il y en a, en tous cas, dans plusieurs langues, dont une française offerte par la voix de crooner de votre serviteur !). Je vous souhaite bien du plaisir...  
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)
P.S. : désolé pour l'encodage, exceptionnellement, il y a beaucoup de 128 kbps.    



CD1 :
01 - THE VELVET UNDERGROUND & NICO - Venus In Furs [Mono's Version]
02 - PAUL ROLAND - Venus In Furs
03 - MILOSC & LESTER BOWIE - Venus In Furs
04 - RODOLPHE BURGER - Venus In Furs
05 - THE UKRAINIANS - Чекання
06 - COLOUR MOVES - Venus In Furs
07 - HUGH CORNWELL - Venus In Furs
08 - KRIEG - Venus In Furs
09 - MARC SEBERG - Venus In Furs
10 - HOT RATS - Venus In Furs [Live]
11 - NINA SAVARY - Venus In Furs
12 - SENDELICA - Venus In Furs
13 - TRASH PALACE FEAT. COZETTE - Venus In Furs
14 - NIKOLAS KLAU, STEVEN BROWN & PETER PRINCIPLE - Venus In Furs
15 - THE GLORY BOX - Venus In Furs
16 - ALICE SPACEDOLL - Venus In Furs
17 - THE STRING QUARTET - Venus In Furs
18 - JOHN CALE - Venus In Furs [Live]
CD2 :
01 - THE VELVET UNDERGROUND & NICO - Venus In Furs [Stereo's Version]
02 - WOODIE ALIEN - Venus En Pieles
03 - BECK & RECORD CLUB - Venus In Furs
04 - DE VOTCHKA - Venus In Furs
05 - EYE & I - Venus In Furs
06 - JIM O'ROURKE - Venus In Furs
07 - THE KILLS - Venus In Furs
08 - A~YA WITH 富樫春生 - Venus In Furs
09 - DAVE NAVARRO - Venus In Furs
10 - BUCK 65 FEAT. MARNIE HERALD - Venus In Furs [Live]
11 - JOSEPH ARTHUR - Venus In Furs
12 - GARY NUMAN & LITTLE BOOTS - Venus In Furs
13 - MONSTER MAGNET - Venus In Furs
14 - THE MELVINS & BUZZO - Venus In Furs
15 - THE SORRY SHOP - Venus In Furs
16 - LA BLANCHE ALCHIMIE - Venus In Furs
17 - PAUL GARDINER - Venus In Furs
18 - SIOUXSIE AND THE BANSHEES - Venus In Furs [Live]
CD3 :
01 - THE VELVET UNDERGROUND & NICO - Venus In Furs [Scepter Studios Sessions]
02 - BEAT DIS - Venus In Furs
03 - COWBOY MOUTH - Venus In Furs
04 - NO MORE - Venus In Furs
05 - THE CREATURES - Venus In Furs [Live]
06 - MICHAEL FOX - Venus In Furs
07 - THE SERAPHIM RISING - Venus In Furs
08 - SIMONA GRETCHEN - Venus In Furs
09 - ANEMIA PROJECT - Venus In Furs
10 - COMUS - Venus In Furs [Live]
11 - MALASANGRE - Venus In Furs
12 - THE MUSTARD SEEDS - Venus In Furs
13 - KISMET - Venus In Furs
14 - BUTT TRUMPET - Venus In Furs
15 - BERRY SAKHAROF - Venus In Furs [Live]
16 - LONG NGUYEN - Venus In Furs
17 - SEXY SADIE - Venus In Furs
18 - CAROL VAN DYK (BETTIE SERVEERT) - Venus In Furs [Live]
CD4 :
01 - THE VELVET UNDERGROUND - Venus In Furs [Demo Version]
02 - BOXCARS PREACHERS - Venus In Furs
03 - THE DOGGS - Venus In Furs
04 - DOME LA MUERTE FEAT. MARINA MULOPULOS - Venus In Furs
05 - SMASHING PUMPKINS - Venus In Furs [Live]
06 - THE EDEN HOUSE - Venus In Furs
07 - LIMBO - Venus In Furs
08 - BLASTED CANYONS FEAT. JEREMY COX - Venus In Furs
09 - STEFAN CAT - Venus In Furs
10 - YOKOGAWA & ORIMO - Venus In Furs [Live]
11 - COFA - Venus In Furs
12 - MANUELA VS. ALFA KAY - Venus In Furs
13 - MACHINBIZARRE - Venus In Furs
14 - SHANE - Venus In Furs
15 - MADRUGADA - Venus In Furs [Live]
16 - DANIEL KWON YOSHINO WITH KIYOKAZU ONOZAKI - Venus In Furs
17 - RUPERT CHAPPELLE - Venus In Furs
18 - RYSZARD TYMON TYMANSKI - Venus In Furs [Live]
CD5 :
01 - THE VELVET UNDERGROUND - Venus In Furs [Live At Valleydale Ballroom]
02 - EPG RECORDS - Venus In Furs
03 - LA LOORA - Venus In Furs
04 - STRING POWER - Venus In Furs
05 - KID DEATH & THE NIGHTSHADES - Venus In Furs
06 - COMPANY OF STATE - Venus In Furs
07 - DISTRUMENTAL - Venus In Furs
08 - FRIO MUNDO FRIO - Venus In Furs
09 - KIKOJIL - Venus In Furs
10 - DEBBIE HARRY - Venus In Furs [Live]
11 - MAD JUANA - Venus In Furs
12 - SAVANNAH PRYOR - Venus In Furs
13 - SILVER SIRCUS - Venus In Furs
14 - STEEL POLE BATH TUB - Venus In Furs
15 - LA LUNE PARLE TOUTE SEULE - La Venus Aux Fourrures
16 - LOU REED - Venus In Furs [Live]
MP3 (various bitrate) + front cover

Portfolio # 6 : Billie Holiday & Louis Armstrong


Mademoiselle Holiday prend son premier cour de trompette.
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !) 

samedi 18 octobre 2014

THE CRAMPS ~ File Under Sacred Music : Early Singles 1978–1981 [C. 2011]


Les Cramps étaient des nouveaux riches ! Oui, chacun sait qu'avec de la passion et de l'abnégation, on peut trouver des trésors en fouillant dans les vides greniers - surtout dans un pays aussi cintré que l'Amérique... Nos bons amis ont gagné la grosse mise en raflant tout un magnifique bordel (disques, guitares, fringues, bouquins, films...) qui ne semblait plus intéresser les foules. Ils ont érigé cet insensé boxon en art de vivre, repoussé les limites du bon goût jusqu'en ses ultimes retranchements pour devenir quelque chose comme le plus jouissif groupe de rock'n'roll de tous les temps. Ce sublime florilège offre tous les singles de leurs premières années de méfaits, soit le meilleur condensé de leur génie. Gare ! Ecoutée à jeun cette improbable chose peut donner envie d'étrangler un fan de Dire Straits à main nue ! Je pense qu'il est inutile de vous en livrer des tonnes sur l'absence de basse (un truc de bourgeois !), les rythmes primitifs, les guitares sauvages ou la voix de loup garou assoiffé de stupre... En guise de conclusion, je préférerai que nous ayons une pensée pour la délicieuse Ivy : je me demande ce qu'elle devient privée de son camarade de jeu(x)...
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)                


01 - Surfin Bird
02 - The Way I Walk
03 - Human Fly
04 - Domino
05 - Lonesome Town
06 - Mystery Plane
07 - Fever
08 - Garbageman
09 - TV Set
10 - The Mad Daddy
11 - Drug Train
12 - Love Me / I Can't Hardly Stand It
13 - Twist & Shout
14 - Uranium Rock
15 - Goo Goo Muck
16 - She Said
17 - The Crusher
18 - Save It / New Kind Of Kick
19 - Rockin' Bones
20 - Voodoo Idol
MP3 (320 kbps) + artwork
Uranium Cramps with BM25

vendredi 17 octobre 2014

THE DURUTTI COLUMN ~ Short Stories For Pauline [Bonus Edition] [2CD] [2012]


Pour ceux qui l’ignorent, Durutti fait référence à un anarchiste espagnol qui rêvait de détruire le monde pour reconstruire sur ses ruines un monde meilleur. Et quand on sait que le groupe a côtoyé Cabaret Voltaire, Joy Division ou The Fall et qu’il a sévit sur le mythique label Factory, on se dit que ce groupe a forcément du sang punk dans les veines. Au risque de vous désenchanter, imaginez tout le contraire : la musique la plus fragile qui soit, mélange de sensibilité et de virtuosité mélodique, tout en gardant une spontanéité pleine de fraîcheur... Sous ce nom se cache Vini Reilly, un guitariste qui, à lui seul, va donner naissance à un style qui n’aura rien à voir avec les guitar heroes, le jazz ou le blues. Nous sommes face à un univers musicale qui, en partant à ces débuts de cette seule guitare, ne va cesser de s’enrichir d’instruments aux fils des albums (piano, cuivre, violon, puis sample ou électro)... L’album que je vous propose fait parti de ces mystérieux oublis dont le rock a le secret. Paru en 2012, il a été enregistré en 1983 sans jamais voir le jour, tout simplement parce que Tony Wilson, le patron de Factory désirait à la place un album avec un orchestre... C’est ce disque "censuré" qui est donc réapparu presque vingt ans plus tard. Loin de représenter une œuvre mineure, c'est au contraire un album enchanteur, parfaitement remasterisé, à ranger aux côtés de ses tout meilleurs. Et un artiste qui a pu nommer sa première compilation : Valuable passages, ça en dit long sur l’ambition et l’ego du personnage. Rares sont les groupes à vous proposer un univers aussi unique et à avoir créé un style déconnecté de tout genre. The Durutti Column en fait indéniablement parti.
Audrey SONGEVAL (Merci d'avance pour vos commentaires !)


CD1 :
01 - At First Sight
02 - Duet 
03 - College 
04 - Invitations 
05 - Destroy, She Said
06 - Model  
07 - Journeys By Vespa
08 - Take Some TIme Out
09 - A Silence
10 - Mirror A
11 - Cocktail
12 - Telephone Call
13 - Mirror B
14 - A Room In Southport
CD2 - Live In Bruxelles 13.8.1981
01 - Sketch For Dawn
02 - Messidor
03 - Jacqueline
04 - Conduct
05 - Sketch For Summer
06 - Danny
07 - Stains (Useless Body)
08 - The Missing Boy
09 - Self Portrait (Version)
10 - For Belgian Friends
11 - Interview 
MP3 (320 kbps) + front cover
New link OK!
Sketch for Durutti with BM24A
Sketch for Durutti with BM24B