vendredi 8 janvier 2016

TIA BLAKE ~ Folksongs & Ballads [D.R.] [1971]


Les fées ne font que passer, aussi, quelque soit leur lègue, il faut le chérir comme un petit trésor. L'Américaine Tia Blake (18 ans et un minois ravageur) n'a enregistré qu'un seul album, lors d'un passage à Paris, presque par hasard... Sous un joli déluge de guitares, elle ne chante pratiquement que des machins qui n'ont plus d'âge, et c'est très bien ainsi. On a connu des voix plus pures, plus profondes ou mieux assurées, mais pour trouver davantage d'innocence, il faudra chercher un moment... Attention, tant de grâce peut bouleverser ! Âmes sensibles ne pas s'abstenir...
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !) 
P.S. : un beau merci à mon ami Echiré.    


01 - Betty & Dupree
02 - Black Is The Color
03 - Wish I Was A Single Girl Again
04 - I Am A Man Of Constant Sorrow
05 - Jane, Jane
06 - Lost Jimmi Whalen
07 - The Rising Of The Moon
08 - Hangman
09 - Turtle Dove
10 - Plastic Jesus
11 - Polly Vaughn
12 - My Father Is A Lonely Man [Bonus Track - CBC Recording]
13 - Yellow Hair [Bonus Track - CBC Recording]
14 - Country Boy [Bonus Track - CBC Recording]
15 - Betty & Dupree [Bonus Track - Rehearsal]
16 - Hangman [Bonus Track - Rehearsal]
17 - White Bird [Bonus Track - Rehearsal]
18 - Wish I Was A Single Girl Again [Bonus Track - Rehersal Take 1]
19 - Wish I Was a Single Girl Again [Bonus Track - Rehersal Take 2]
MP3 (320 kbps) + artwork


23 commentaires:

Anonyme a dit…

Très attirant(e)...

yggdralivre a dit…

rhoooo... je connaissais la photo (aperçue je ne sais plus où)... et franchement I'm bluffed... c'est franchement beau... c'est léger, doux et grave à la fois... féérique c'est le mot, parce que c'est le genre de moment d'équilibre précaire (entre sublime et amateurisme) qui rend l'instant magique, suspendu...


Jimmy Jimi a dit…

Hello Anonyme,
Alors, laisse toi tenter!

Hi Yggdralivre,
La grâce et l'innocence sont difficiles à capter. Ici, ils ont merveilleusement oublié les micros.

Arewenotmen? a dit…

Anonyme, c'est moi ! J'avais oublié de me signaler... je céderais bien à la tentation, mais rogntudjuu, plus moyen de rien télécharger au bureau, il va falloir que je patiente jusque ce soir...

Keith Michards a dit…

Définitivement, je n'ai pas une âme sensible !

Jimmy Jimi a dit…

Hello Arewenotmen?
Un peu de patience, parfois, ne fait pas de mal (de plus, les téléchargements étant illégaux, ça pourrait te valoir de gros ennuis (mieux vaut ne pas tenter le diable au travail)).

Hi Keith,
Sachant que tu aimes Alela Diane, je pense que tu pourrais aimer.

Anonyme a dit…

Areski et Higelin seuls avec un tambourin, Tia Blake avec deux guitares, l'année s'annonce zen, pour ne pas dire propice à l'ascèse. Magnifique découverte en tout cas que cette chanteuse dont on se demande bien pourquoi elle n'a pas continué ce qui aurait pu devenir une carrière à la Joan Baez, toute proportion gardée. Pourquoi s'est-elle arrêtée de chanter, qui a des infos ?

Ces folksongs me font irrémédiablement penser aux chansons de taverne d'Henry Purcell, car après tout, si on évoque toujours les racines africaines de la musique nord-américaine, il ne faut pas en oublier la composante européenne.

Ah oui, voici le personnel, trouvé sur YouTube : Guitare : Bernard Vandame (+ chant dans Polly Vaughn)Guitare : François Brigot (+ chant dans Polly Vaughn et dans Hangman)Guitare Solo : Michel Sada (Dans Black is the Color)Flûte : Sydney AufrereGuitare dobro : Gilbert Caranhac (dans Betty and Dupree, I'm a Man of Constant Sorrow et Jesus)Guitare : Eric Kristy (dans les mêmes titres que ci-dessus)Tambourin : Unknown

Zocalo

Everett W. Gilles a dit…

Yo !
Rien de plus chiant que la perfection, à 2-3 exceptions près...
Voix touchante et histoire intéressante, j'aime ça.
Et comme j'aime bien les histoires j'ai farfouillé, il semblerait malheureusement que la Miss Tia soit morte en 2015.
Thanx JJ

Audrey Songeval a dit…

Tu as fait une très belle présentation qui donne envie d s'y plonger. J'ai pour ma part un peu une overdose de trucs à découvrir, j'ai l’impression de ne pas avoir le temps de réécouter ce que je découvre. Je me le passe une, deux ou trois fois, et une fois que je connais un peu les chansons j'ai 10 autres trucs à écouter. Par exemple, actuellement, j'ai le dernier Ed Kuepper et The Apartements, deux artistes que j'adore, mais j'ai même pas le temps de m'y plonger. J'ai Lemmy qui bouscule tout, du funk du Zorn, des CDS de la médiathèques, mes cadeaux de noël et j'en passe encore.
Aliors que je voudrais placer plus de temps avec les Outtakes d'Exile on mainstreet, Nils Petter Molvaer, Natchacha Atlas, me récouter le Specials en version Deluxe etc. Plus tous mes vieux disques que j'aime revisiter...

Vous faites comment pour tout assimiler?

nestor b a dit…

Je découvre cette Dame, merci Jimmy !
Une jolie voix et de jolies mélodies. Un chouilla trop calme pour ce matin pour moi, mais surement très approprié à d'autres moments où j'aurai besoin d'apaisement !
Je note quand même une belle reprise du traditionnel "Black is the color" (écoutez aussi celle des Bellrays, dans un autre tempo !).
Et ce "Plastic Jesus", également chanté par les Flaming Lips d'une autre manière, et par mes chouchous il fut un temps : Levellers !

Bon week-end à tous !

Anonyme a dit…

Bonjour à tous,

Je profite de ce 1er commentaire pour vous adresser à tous mes meilleurs voeux musicaux pour 2016.

J'avais déjà croisé cet album de cette véritable étoile filante, et je suis bien content de pouvoir la redécouvrir grâce à Jimmy !

Pour compléter les éléments de biographie, elle avait rapidement quitté la scène suite à des problèmes de santé. Elle était revenue à ses fondamentaux en qualité d'écrivain.

Elle est décédée d'un cancer du sein en juin dernier.

Sources:
http://www.aberdeentimes.com/index.php/obituaries/item/3754-christiana-elizabeth-tia-wallman-of-pinehurst-obituary

http://mudcat.org/thread.cfm?threadid=142992

Heureusement, elle illumine encore par son unique album.

ChtiSavoyard

Lt. Fontaine a dit…

Une innocente jeune fille de 18 qui n'a enregistré qu'un seul disque de folk en 1971, ma foi, difficile de résister, d'autant que la pochette est simple et joli. Alors merci Jimmy !

Keith Michards a dit…

Alela Diane propose un répertoire plus "rugueux" et diversifié que mademoiselle Blake.

Chris a dit…

Encore une belle découverte folk!
Et pour répondre à Audrey, moi je n'y arrive plus non plus (à tout assimiler...)....

DamNed a dit…


Excellente année à vous tous, amis musicaux, même si j'ai dû prendre du recul pour les mêmes raisons qu'Audrey (ça va mieux du coup, question d'équilibre). Ces 2 derniers albums ont une belle sobriété en commun, je préfère Higelin/Areski pour son (gros) grain de folie nourrissant, mais je pense aussi à Sybille Baier et au premier album de Soko - que tu avais présentés sur l'ancien blog, d'une délicatesse à fendre le coeur. Des albums bien loin de l'industrie du disque, qui nous mettent vraiment la musique à portée de la main, et surtout qui arrivent directement au creux de nos oreilles grandes ouvertes, d'une simplicité désarmante.

yggdralivre a dit…

@Audrey, aucune idée... personnellement je tente de mettre au point des comportements (les nouveautés le matin en allant au boulot, les podcast la nuit, les réécoutes le week end...) et ça ne tient jamais... je pense que chacun essaie de naviguer entre forme et bordel pour s'y retrouver que parfois ça fonctionne, on se sent stimuler on écoute et on assimile tout et que parfois on se sent submerger avec l'impression de ne faire que consommer sans apprécier... cela me semble naturel (et sain) comme cycle.
en fait, j'essaie d'écouter de la musique comme si je me promenais dans la bibliothèque infinie de Borgès, en piochant plus ou moins et en n'oubliant jamais de flâner :)

Anonyme a dit…

@Audrey : c'est une excellente question que tu poses là. Comment gérer la boulimie de nouveautés ? Pour ma part, d'une part en me spécialisant (rock d'Amérique latine, jazz français) et d'autre part en mettant à profit mes nombreux déplacements pour écouter ce que j'ai chargé sur mon téléphone. Mais malgré la quantité, les coups de coeur sont rares, au maximum 1 par mois, et encore. Du coup je ne réécoute jamais, sauf pour les compiles que Jimmy me fait l'honneur de publier ici.

Zocalo

Anonyme a dit…

Aerien !!

Antonio Brasileiro

chenlina a dit…

chenlina20160621
louis vuitton handbags
tod's shoes
vans shoes sale
adidas superstars
tory burch handbags
supra sneakers
adidas originals
coach outlet online
toms shoes
louis vuitton outlet
ray ban wayfarer
michael kors outlet online
gucci outlet
michael kors outlet
michael kors outlet
tods outlet online
gucci outlet
coach factory outlet
ray ban sunglasses
michael kors handbags
air jordan pas cher
jordan 4
fitflops shoes
ralph lauren outlet
true religion jeans sale
cheap jordan shoes
cheap nfl jerseys
louis vuitton purses
jordan retro 3
kd 8 shoes
ray ban sunglasses
oakley sunglasses
beats by dr dre
hollister clothing
asics shoes
coach outlet store online clearances
tory burch outlet
vans shoes
gucci belts
nike sb shoes
as

Tata Monique a dit…

Les bruits magiques de Tia Blake sont des chansons choisies par Benito Merlino qui a aussi fait la direction artistique et la production de ce beau disque pour SFP. LA photo du disque a ete realisee'par Gigi Carlassare en 1971 a' Paris. Et tout cela, on ne le dit jamais. Qu'est-ce qui se cache derrière le label Belart ? Avant c'etait Caravage.


Tata Monique a dit…

Les bruits magiques de Tia Blake sont des chansons choisies par Benito Merlino qui a aussi fait la direction artistique et la production de ce beau disque pour SFP. LA photo du disque a ete realisee'par Gigi Carlassare en 1971 a' Paris. Et tout cela, on ne le dit jamais. Qu'est-ce qui se cache derrière le label Belart ? Avant c'etait Caravage.


Tata Monique a dit…

Les bruits magiques de Tia Blake sont des chansons choisies par Benito Merlino qui a aussi fait la direction artistique et la production de ce beau disque pour SFP. LA photo du disque a ete realisee'par Gigi Carlassare en 1971 a' Paris. Et tout cela, on ne le dit jamais. Qu'est-ce qui se cache derrière le label Belart ? Avant c'etait Caravage.


Tata Monique a dit…

Les bruits magiques de Tia Blake sont des chansons choisies par Benito Merlino qui a aussi fait la direction artistique et la production de ce beau disque pour SFP. LA photo du disque a ete realisee'par Gigi Carlassare en 1971 a' Paris. Et tout cela, on ne le dit jamais. Qu'est-ce qui se cache derrière le label Belart ? Avant c'etait Caravage.