jeudi 19 janvier 2017

Pour la beauté du geste (feuilleton électrique) par Jimmy Jimi # 132


132. FAVOURITE WORST NIGHTMARE [ARCTIC MONKEYS] 

   La situation aurait pu s'avérer plus souriante mais bien pire aussi. C'est difficilement imaginable, pourtant, il y a plus terrible que de se retrouver sur la mythique Ile Déserte sans ses albums préférés et dans l'obligation de jouer Who are you ?, Blondes have more fun ou Cut the crap (connaît-on des garçons dont « l'heure de gloire » fut plus sinistre que Nick Sheppard et Vince White, les remplaçants de Mick Jones sur ce disque que toutes les séries de rééditions du Clash s'efforcent de nous faire oublier ?)...

   Comme si je n'avais pas suffisamment de chimères à fouetter, voilà qu'un vilain rêve décida de s'inviter à l'étrange fête. Dans ce cauchemar, je me retrouvais avec une valise remplie du même disque en trente-trois exemplaires : le Definitely Maybe de Oasis (le groupe que je préfère détester). 

   Oasis ! Ce nom, déjà, aussi prétentieux que grotesque, bien à l'image de cet orchestre de branquignoles, en définitive. 
   On a beaucoup glosé au sujet des années quatre-vingt : c'est vrai que les plus infâmes abominations furent commises pendant cette période trouble, mais les petits frères des punks nous offrirent quelques très beaux disques pour contrebalancer la sale affaire. Pendant la décennie suivante, on enregistra nettement moins d'horreurs, mais les chefs-d’œuvre se firent également plus rares. 
   De tout temps, la presse a toujours eu besoin de têtes de gondoles, et c'est là (et uniquement là) que les crétins de Oasis firent très fort. Les affreux frangins Gallagher n'ont jamais eu qu'un seul talent, celui de la persuasion. Ces abrutis étaient tellement persuadés d'être des génies qu'ils parvinrent à embobiner les rédacteurs de magasines cherchant à tous prix de nouveaux héros (dans les sixties, ces pauvres manches n'auraient même pas eu le droit d'enregistrer ne fusse qu'un single – au mieux, ils seraient devenus roadies pour un groupe de seconde zone). C'est ainsi qu'on en vint à lire que leur premier effort était une sorte d'acmé rock'n'rollienne, la complication parfaite entre le lyrisme des Beatles et l'énergie sauvage des Stones (ou des coquecigrues très approchantes) ! Des hordes de gamins perdus se laissèrent prendre au piège. En vérité, ce machin informe laissait à entendre une espèce d'orchestre de bal si maladroit qu'il ne parvenait pas même à plagier à peu près convenablement ceux qu'il cherchait à imiter. Plus désopilant encore que ce brouillon de disque, il y avait leurs prestations scéniques : ceux qui n'ont jamais vu Liam le benêt, déguisé en mod d'opérette, courbé en deux (et mains dans le dos) pour atteindre un micro inexplicablement installé trop bas (et tout ça en mâchouillant un vieux chewing-gum pour se donner un air à la fois désinvolte et arrogant) n'auront jamais qu'une idée approximative du ridicule ! Mais tout cela n'est que peccadille comparé aux interviews des frères débiles. C'est dans cet exercice délicat que les bougres offraient le meilleur de leur pathétique personne ! En vingt ans d'entretiens, les deux demeurés n'ont cessé de bégayer la même farce délirante : « Oasis est le meilleur groupe du monde de tous les temps. Ce qui a existé hier, existe aujourd'hui, existera demain, ne sera jamais que fiente putride comparé à la splendeur des joyaux du merveilleux Oasis. » Mais oui, bien sûr, les nigauds, et le Canada Dry c'est du Glenfiddich !  
   Depuis la séparation des frères ennemis (quel malheur, c'était tellement drôle de lire les bordées d'injures que les joyeux tarés s'adressaient amoureusement !), les malentendants et les crédules ont deux fois plus de disques à acheter. Heureusement, les autres, même dans leurs cauchemars les plus sournois, ne sont pas obligés de s'infliger pareille purge.

   Un orage gronda puis éclata ce songe absurde comme une vieille baudruche. 

   Je me suis souvent demandé si tout un chacun était susceptible d'être englouti par de semblables expériences nocturnes (même sous des formes sensiblement différentes) ou si ces extravagances étaient réservées aux individus ayant passé la tête un tout petit peu trop longtemps coincée entre deux enceintes battant son plein... 




22 commentaires:

Arewenotmen? a dit…

Aucune idée de ce à quoi peut ressembler la musique d'Oasis et je m'en contrefous. Mais j'aime tellement quand tu mords Jimmy... alors leur existence n'aura pas été totalement vaine !

Arewenotmen? a dit…

Mais du coup, je les écouterais bien un peu, histoire de me marrer... tu aurais quelque chose de particulièrement nul à me conseiller Jimmy ?

Jimmy Jimi a dit…

Hello Arewenotmen?,
Le machin dont je parle a été élu meilleur disque de tous les temps par le NME devant "Sgt Pepper" et "Revolver": qu'est-ce qu'on se marre!
Sinon, à ce que j'en sais (je ne suis pas suffisamment maso pour avoir tout écouté) leur deuxième est le pire (si c'est ce que tu cherches), et tu es chanceux puisqu'il vient d'être réédité en Deluxe et qu'on le trouve aisément sur tous les gros sites habituels.
Mais si tu veux vraiment te marrer sans trop te fouler, va regarder une vidéo d'un live sur Youtube. Personnellement, je n'ai jamais vu un chanteur aussi arrogant et grotesque.
Dernière déclaration (toute fraîche) de Liam concernant son frère, quand il a apprit que celui-ci allait faire la première partie de la prochaine tournée de U2: "ces années à faire le lèche-cul ont fini par payer." Toujours aussi tordant!

Keith Michards a dit…

J'ai fait un rêve similaire : j'avais 33 disques de jazz dans ma valise !!!!! :-D
Les journaleux du NME sont des cons : le plus grand album de rock de tous les temps étant "Killer" d'Alice Cooper ! ;-)
Mick Jagger est aussi un chanteur arrogant, mais il a un tel charisme et une telle élégance que ça se transforme en quelque chose d'extraordinairement excitant.
Décidément la rage du petit Koole est toujours bien présente… c'est bien !

Arewenotmen? a dit…

Dans le genre ridicule, Christine & The Queens c'est pas mal non plus... et ça marche aussi très bien !

Arewenotmen? a dit…

Deux disques des Beatles parmi les trois meilleurs disques de tous les temps... sont vraiment frappés en effet chez NME !

Arewenotmen? a dit…

"à peu près" Jimmy.... "Blondes have more fun"... et mon c.., c'est du poulet ?

projectobject a dit…

Il y a pire pour te rassurer Who Are You est un excellent album des Who, les frangins Gallagher nous ont pondu quelques bons albums malgré la grippe aviaire... Mais il se dessine le pire pour l'avenir... Tremblez sincèrement.

Merde... dimanche il faut voter la primaire de la gauche... j'irais pas G piscine.
Si en amont je dois passer par le bourg Mont pour atteindre le sommet à travers Valls et Montebourg... je préfère boire un coup de gnôle avec Melenchon le vilain du village durant la tempête.
Dommage que DSK le cochon ne soit pas de la fête... Un peu de sex ne fait jamais de mal.
Bref on se prépare à une élection en dessous de la ceinture pour le cas cas.
Entre un Fion qui débarque un bel Étron libéral et une meuf qui en veut à mon
Pénis... je crains sincèrement pour mes Vallseuses.

Ceci-dis pour vous souhaiter une belle et merveilleuses année 2017.

yggdralivre a dit…

sérieux, un titre des singes qui se les pèlent ET oasis dans la même livraison, heureusement que tu cognes dur sinon j'aurais pu faire une attaque...
mon dieu "oasis"... en même temps je les remercie vivement, c'est grâce à eux que j'ai compris le cirque médiatique de la "presse spécialisée"

Heureusement tu te rattrapes en parlant de Glenfiddich (en bien) du coup ça redonne le coup de fouet qui fait du bien.

un texte un peu "aparté" mais qui fait du bien.

Anonyme a dit…

Ah, moi j'aime bien les épisodes qui parlent de musique et/ou qui broient du noir. Là, on est servis mais keep cool Jimi, tu le sais bien c'est comme ça depuis la nuit des loups garous du rock... et Oasis ne représente pas le pire et de loin.
Les grands magiciens qui pensent détenir la recette magique pour faire monter la mayo ont plus de prise sur les grands beunêts et les cerveaux lents (les "sans dents, c'est plus mode, mais pas terrible pour la scène...) que sur les têtes bien faites.
Oui, le succès, c'est vraiment trop injuste.
Gil

Audrey Songeval a dit…

Oasis est effectivement une cible facile. Par contre, je ne suis pas d’accord avec toi sur le fait que le second est le pire. Le 3eme est pire que le second et le 4eme pire que le 3eme… Après, je crois qu’il redressse (un peu) la barre avec quelques morceaux à sauver du néant.
Le pb de ce groupe, c’est qu’il est très vite devenu une forme de caricature de lui-même.

Par contre, rendons-lui justice. Il a parfaitement compris comment fonctionnait la presse musicale (notamment anglaise). D’après vous, pourquoi parle-ton encore d’eux ? C’est uniquement parce qu’on continue de citer les petites phrases des Galagher. Et quand tu dis qu’ils se prenaient pour le meilleur groupe du monde, tu joues d’ailleurs pleinement leur jeu en y voyant pas ici leur preuve de leur humour. Ils se foutent de la presse et la presse s’en régale en prenant tout au premier degré et leur arrogance est la même que celle des Stone Roses et autre Echo and the Bunnymen qui ne disaient pas autre chose de leur musique. Et que Rock’n folk continue eux aussi de diffuser leur provoc’ prouve juste le néant de cette presse qui continue de les voir comme du pain béni. Et eux ne font que jouer à fond le jeu de ce qu’au bout du compte tout le monde leur réclame… Le NME me parait d’ailleurs ici le grand coupable de l’affaire plus qu’Oasis…

Autre vertu de ce groupe, notamment de Noël, c’est qu’il a profité de sa gloire pour donner un coup de main à ses pères moins chanceux financièrement et plus talentueux qu’eux (Les frères Head (ex-Pale Fountains, The Strands), The Coral, Edwyns Collins etc.) et là, le père Nêl sait se montrer très humble face à ses maîtres…

Pour revenir à ton texte, on t’a senti effectivement inspiré et motivé par le groupe! :) Et ça fait du bien de lire. Moi, je vois largement pire qu’Oasis: Etre sur l’île qu’avec du JJ Goldman ! En fait, pour les rockeurs, Oasis, Kanye West et Coldplay ont su remplacer U2 dans les années 90 dans les groupes qu’il est bon de détester. Alors d'accord avec toi: Oasis est plus utile en tant que punching ball que groupe de rock. Or tout rocker en a un jour besoin 'un pour se défouler, alors Hallelujah à Oasis rien que pour ça!

Jimmy Jimi a dit…

Hello Keith,
Je trouve que c'est plutôt sain d'évoquer ses petites détestations de temps en temps!

Hi Arewenotmen?,
Pour moi, la présence des Beatles est amplement méritée (après troisième ou cinquième, on s'en fout).
Attention, je n'aime pas trop qu'on dise du mal de Rod - même quand il le mérite!
Je ne suis pas fan de Christine & The Queen, mais, au moins, j'ai l'impression qu'elle s'est crée son petit univers.

Hola Projectobject,
Je ne suis pas d'accord avec toi ni sur "Who are you?" ni sur Oasis, mais je te rejoins sur la situation politique.

Hello Yggdralivre,
Je suis d'accord avec toi, on est même proche de l’exercice de style, et ça n'apporte pas grand chose à l'histoire, si ce n'est de renforcer le portrait du narrateur, mais ça m'a fait du bien, et j'espère que ça en fera à une partie des lecteurs.

Hi Gil,
Musicalement, il y a sans doute pire qu'Oasis, mais au niveau de la mentalité, je ne suis pas certain qu'on puisse trouvé plus idiot.

Hola Audrey,
Je ne suis pas assez connaisseur pour savoir qu'elle est le pire album d'Oasis, ce que j'en connais me suffit amplement.
Je ne suis pas d'accord avec toi: si les Gallagher jouaient effectivement avec la presse, je suis quand même certain qu'ils étaient persuadés d'être les meilleurs et je ne crois pas qu'ils aient jamais été suffisamment intelligent pour pouvoir faire preuve d'un quelconque humour.
C'est vrai qu'on retrouve des équivalences chez Echo & The Bunnymen, sauf qu'à une époque, ils n'étaient pas du tout loin d'être les meilleurs et ça change tout.
C'est vrai, j'avais oublié que Noël a joué au bon papa, ce que n'aurait certainement pas fait son frère, le plus demeuré des deux.
Je déteste les chansons de Goldman, mais le mec la ramène nettement moins.
D'accord avec toi pour Coldplay et cie. J'espère qu'ils pourront un jour amener certains gamins à goutter au vrai truc.

Audrey Songeval a dit…

Tu sais, concernant leur humour, c'est évident qu'ils s'amusent. D'ailleurs, dans l'une de leur chanson (heu... My big Mouth?), je crois qu'il dit en gros, "moi avec ma grande gueule, on peut y faire voler un avion". Donc ils ont aussi avec un bon sens de la dérision. Et même McCulloch, tu sais, c'est pas le premier à cabotiner (et à trop vénérer ses idoles pour être pris au sérieux). Croire que l'ainé n'a pas d'humour est une grossière erreur à mon avis. Ils ont été biberonné avec top of the pop et le NME... Et à Manchester, tu te fais chambrer plus qu'ailleurs, c'est culturel. The Fall, New Order, les Happy MOndays, etc. ont tous un redoutable sens de l'humour. Mais tous ne le voient pas (et la presse en particulier).

Bref, ce qui est insupportable pour moi, là encore, c'est la presse...

projectobject a dit…

@ Jimmy,

Je suis d'accord qu'il est facile de flinguer les frangins Gallagher tant ils portent sur les nerfs... et cette guerre de chiottes dans la Brit-Pop entre Blur et Oasis même pas capable d'utiliser une arme comme dans ce bon vieux rap gangsta dont le poète New-Yorkais engagé 2Pac et le non moins talentueux Notorious B.I.G.... là on peut parler de guerre Rap... donc je reconnais que la petite guéguerre façon sitcom Premiers Baisers là je te rejoins totalement (malgré quelques bons albums de ci de là dans la brit-pop dont Oasis.

Pour l'album des Who je reste moins d'accord... car si je trouve les premiers albums d'une qualité indéniables, si l'album Tommy reste mitigé dans son concept et ni le film de Ken Russell ni la comédie musicale conçue par Lou Reizner dirigée par David Measham et le London Symphony Orchestra avec Rod Stewart dans le rôle tenu par Roger Daltrey dans le film (mon amie de l'époque avait assistée à cette représentation à Londres et en fut revenu déçue).

Live At Leeds que d'interrogation pour le situer comme l'un des meilleurs Live de l'époque.

Puis Woodstock tous se sont fait niques certains n'en survivront pas... l'hécatombe Alan, Janis, Jimi et les Who pour conclure dans leur - "probablement" le meilleurss mais totalement inachevé - Who's Next...

Ce disque fera partie des albums à posséder évidemment...

Mais leur chef d'œuvre restera pour moi Quadrophenia moins condensé en titre phares certes mais plus abouti sur un double album... n'est pas non plus Springsteen qui veut (un futur prix Nobel en perspective après Dylan)

Alors pour la mémoire des divergences dans ce superbe groupe et en mémoire aussi pour Keith Moon mais pas seulement... oui cet album est excellent ni plus ou ni moins abouti que Who's Next , un ton juste en dessous... sinon tu n'aimes franchement pas The Who (ok pour le titre qui porte l'album... j'ai jamais aimé et ça gâche certes)

Bon les Kinks portent aussi sur eux à de telles divergences... alors...

Bien à Toi.

Everett W. Gilles a dit…

Yo !
Oasis et la presse rock anglaise (à part Uncut bien sûr) ça reste pour moi deux magnifiques points d'interrogation ... je ne serais donc pas le seul ? Ah ben ça alors ...

Tourscher Jonathan a dit…

Pour lui dédier un chapitre entier, même sous forme de cauchemar, tu dois l'aimer fortement ton Oasis...

Devant Hantoss a dit…

Je peux radoter? Bret Easton Ellis aimait bien aussi ces apartés rock critiques.
Mais dans ton cas c'est un peu de la triche, non? Sauf à ma faire croire que tu es moins dur que ton narrateur et que tu aimes bien Oasis, ça cela aurait été marrant comme schizophrénie.

Je vous trouve bien sévère avec les OASIS, un groupe de variété top of the pops qui démontre que la variétoche UK c'est encore du rock... Et puis on peut ensuite parler de BLUR qui etc... à quand le revirement? Je me souviens des RUBETTES, bien décriés dans ma cour de récré, puis vint PHANTOM OF THE PARADISE et son ouverture et là, soudain!! Si OASIS a bien marché c'est qu'ils ont dû apporté leur lot de bonheur aux "kids"... j'aime bien ce terme "KIDS"

Bon moment agréable et marrant de lecture défouloir.

Jimmy Jimi a dit…

Hello Projectobject,
Pour moi, le premier Who demeure la référence absolue, pas une seconde qui ne soit géniale.

Hi Everett,
La presse... certes, mais toutes les conneries racontées sur les uns et les autres personne le les obligeait à les déballer...

Hola Jonathan,
Comme je l'ai écris, c'est le groupe que je préfère détester.

Hello Devant,
Je ne vois pas en quoi ce serait de la triche d'écrire ce que l'on pense.
Musicalement, il y a certainement pire qu'oasis. Ce que je ne peux souffrir, c'est une telle arrogance et un tel dédain quand tu n'es qu'à un tout petit niveau.
Concernant le feuilleton en lui-même, je trouve que ça ouvre une autre petite facette du narrateur.

Devant Hantoss a dit…

Tiens, justement ce côté arrogant, dédaigneux, sales gosses expliquent en partie le succès, les individualités artistiques effacées, sympas, timides sont obligés pour se faire connaitre à un gros talent ou un sponsor pour les révéler. Moi gamin ce que j'aimais par exemple chez les Who, Lou Reed, Costello était aussi cette posture parfois imbuvable.
Sur la triche, l'écriture est plus proche du rédacteur que du narrateur, car le narrateur dans la même situation aurait d'abord piqué une crise, hurlé à la lune et peut-être casser quelques objets ... sa situation ne permet pas cette lucidité dans l'écriture... à moins qu'il n'écrive que beaucoup beaucoup plus tard?

Jimmy Jimi a dit…

Le côté "sale gosse" ne me dérange pas forcément, c'est le côté "sale con" que j'aime moins! Ils sont même parvenus à énerver George, celui que l'on appelait le Beatle calme.
Je comprends ce que tu veux dire, mais comme s'est écrit à la première personne, le narrateur et le rédacteur ne sont cessés faire qu'un. La lucidité dont tu parles, j'ai essayé de la développer justement en sortant du récit.

Tourscher Jonathan a dit…

Je suis d'accord. Moi aussi disons que... bon, mais voilà... j'aime quand même les deux premiers albums. Nostalgie? (C'est ma jeunesse) Peut-être. Qu'importe.

عبده العمراوى a dit…

شركة المثالية للتنظيف