vendredi 11 mars 2016

GEORGE MARTIN ~ George Martin Instrumentally Salutes The Beatle Girls [1966]


George Martin était bien davantage que le "cinquième Beatle", il était le papa (ou le grand oncle, si vous préférez) des "quatre fabuleux", celui qui savait écouter et donner vie à leurs plus belles extravagances (ce qui n'était pas toujours simple, quand on connaît les "explications" que Lennon lui apportait parfois). Ici, on dirait un film dans lequel un orchestre courait après l'ombre des Beatles. Comme le décor est tout en dentelle et soie, les oreilles pressées pourraient n'y entendre qu'une version easy listening du répertoire magique, alors qu'il suffit d'écarter un peu les froufrous des violons pour découvrir une autre facette du miroir extraordinaire.
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !) 


01 - Girl
02 - Eleanor Rigby
03 - She Said She Said
04 - I'm Only Sleeping
05 - Anna (Go To Him)
06 - Michelle
07 - Got To Get You Into My Life
08 - Woman
09 - Yellow Submarine
10 - Here, There And Everywhere
11 - And Your Bird Can Sing
12 - Good Day Sunshine
MP3 (320 kbps) + artwork 



4 commentaires:

Alexandre G a dit…

Eh ben celui là je ne le connais pas, merci de me faire découvrir la "suite" de mon post ;)
Je pense qu'il devrait me plaire, j'avais beaucoup aimé l'approche du 1er déjà ! A+

Audrey Songeval a dit…

Excellente initiative. Et le répertoire m'intrigue.
Le cercle des beatles se rétrécit une nouvelle fois.

Everett W. Gilles a dit…

Y a un doc pas mal sur lui qui tourne en ce moment sur le câble, sur Paramount ou Sundance je me souviens plus trop.

yggdralivre a dit…

je suis dubitatif sur le personnage et sur la pochette..; en fait c'est rigolo je trouve que la construction médiatique des Stones leur donne un aspect plus lisible que l'idée que je me fais des beatles (quand on creuse un peu au-delà du débat "beatles stones", les amateurs des beatles ont toujours une préférence entre mc cartney et john (ou george, rarement le dernier ^^), toujours un avis sur georges martin ou sur yoko ono, sur leur période en inde, sur leur rencontre avec dylan... bref... ça me parait aussi froutaque que leur musique est évidente.