mardi 25 novembre 2014

THELONIOUS MONK SEPTET ~ Monk's Music [Original Jazz Classics Remasters] [1957]


"Les goûts et les couleurs ne se disputent pas." Mon cul ! Ceux qui affirment ne pas aimer cette musique sont des menteurs, ils ne l'ont pas écouté où se sont obligés à rester menottés à leurs saletés de préjugés ! J'y reviens dans quelques lignes... La monk music, c'est une cathédrale disloquée et éparpillée dans un labyrinthe rempli de jeux de miroirs et de chasses trappes ; même les plus fidèles musiciens ont raconté qu'ils ne "comprenaient" pas toujours tout ce qu'il se tramait dans ce bordel sublime. La vraie Magie Noire se trouve ici. Parfois, on a l'impression que Thelonious joue avec trois pianistes dans chaque main (et je vous parle pas des pieds !) et que tout ce beau monde ne lit pas exactement la même fichue partition ! Derrière, Ray Copeland, Gigi Gryce, Wilbur Ware, Art Blakey, Coleman Hawkins et John Coltrane (excusez du peu !) n'ont qu'à se débrouiller pour trouver où et comment jouir (ça va, ils ne s'en sortent pas trop mal) ! Revenons aux incrédules. Les gars, vous n'allez tout de même pas crever avant d'avoir connu les chiens noirs du Mexique ou les singes à cul nu ! Vous n'allez tout de même pas ressasser bêtement toute votre vie que vous n'aimez pas le jazz... Allez, oubliez un instant vos guitares électriques et vos gentils chansonniers, tirez-moi ces foutus rideaux, montez le son à fond, éteignez la lumière, allongez-vous par terre et laissez-vous envahir par la musique la plus mystérieuse jamais inventée... Vous avez déjà suffisamment perdu de temps !
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)     

     
01 - Abide With Me
02 - Well, You Needn't
03 - Ruby, My Dear
04 - Off Minor [Take 5]
05 - Off Minor [Take 4]
06 - Epistrophy
07 - Crepuscule With Nellie [Take 6]
08 - Crepuscule With Nellie [Take 4 And 5]
MP3 (320 kbps) + artwork
Monk, my dear with BM47

19 commentaires:

Lt. Fontaine a dit…

Je ne vais pas jouer les spécialistes du jazz (je ne suis que dans ma "seconde phase" d'exploration du genre), mais je peux tout de même approuver complètement ton commentaire Jimmy. Un des albums essentiels du jazz moderne, tout simplement.
(Et encore, comme tout grand album de jazz, je pense ne pas en avoir encore fait le tour).

Arewenotmen? a dit…

Je ne peux pas être d'accord avec ce que tu écris pour commencer ce billet Jimmy. Oui, des gens n'aiment pas la musique de Monk (ou de ... ou de...), même si je partage avec toi le même amour de cette musique et que le jazz est pour moi la sublime école de la rigueur ET de la liberté. Oui, je déteste certaines musiques et beaucoup de celles que tu détestes aussi. Mais voilà...
Franchement, pour moi par exemple (au hasard hein !) Johnny est une pure escroquerie et plus j'écoute les Beatles plus je trouve leur réputation surfaite. Mais voilà : des millions de gens les aiment, ils ont leurs raisons, voilà tout. Et tant qu'ils ne m'empêchent pas de pouvoir écouter celles que j'aime (y'a pas intérêt, sinon gare' ta gueule à la récré !)...
Parole de vieuc con... amen !

Arewenotmen? a dit…

A part çà, bravo pour le billet, qui traduit si bien ce qu'on peut ressentir à 'écoute de cette musique, qui restera toujours une énigme...

Audrey Songeval a dit…

Une proposition qui vient à point nommé pour moi car je ne travaille pas demain. Ca va être l'occasion d'écouter enfin Monk comme il le mérite et de reviser le David Ackles...

Jimmy Jimi a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Jimmy Jimi a dit…

Merci à tous pour vos précieux commentaires.
Arewenotmen?, tu as raison, mais pas tant que ça! Beaucoup de gens disent qu'ils n'aiment pas si ou ça, alors qu'ils ne l'ont souvent pas bien écouté; ça, j'en reste persuadé. Pour le reste, tu sais aussi que j'aime beaucoup exagérer et titiller le lecteur.
P.S. : pour les Beatles, tu débloques quand même carrément!!!

Devant Hantoss a dit…

Haaaa Monk.
Mais trop sévère avec ceux qui ne connaissent pas la Jazz et attaqueraient d'emblée Monk. Pas facile d’espérer une révélation sans prendre le risque de se heurter à un mur de difficulté et de conclure que cette musique n'est pas faite pour son auditeur improvisé.

Arewenotmen? a dit…

Cher Jimmy, je suis d'accord, les gens manquent de curiosité et moi-même j'ai des a priori sur certaines musiques et certains musiciens... c'est comme çà. Le fait que tu ne te résous pas à cette situation prouve ta jeunesse d'esprit et c'est tant mieux ! Moi,je vieillis peut-être et renonce à changer le monde...

Arewenotmen? a dit…

Pour les Beatles, je suis (presque) sincère, mais la vérité est que je m'éloigne de ce monde musical pour me plonger toujours plus avant dans les musiques de Bach ou Coltrane par exemple... mais comment peut-on ne pas les aimer plus que tout ?!? Cà me rappelle un ami, peintre, qui était totalement indifférent à la musique. Cà me paraissait incroyable...

Jimmy Jimi a dit…

Hello Devant,
C'est sans doute étrange, mais j'ai remarqué que c'est parfois en s'attaquant aux plus "sévères" que les déclics peuvent avoir lieu: comme une sorte de grosse claque émotionnelle!

Hi Arewenotmen?,
J'ai toujours eu envie de partager mes passions, étrangement, ça ne faibli pas avec l'âge.

Devant Hantoss a dit…

Oui, c'est possible. C'est un risque à courir. Ça passe ou ça casse. Mais je suis un partisan du parcours initiatique.

Arewenotmen? a dit…

Heureusement ! Je viens moi même de pendre une "claque' par une dame tellement vieille qu'elle est morte, dont je vous ferai part dans un prochain billet...

projectobject a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
projectobject a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Audrey Songeval a dit…

Je crois que Jimmy a raison. Pour beaucoup, "aimer" un musique revient à flatter des goûts que l'on a toujours eu sans chercher à découvrir autre chose.
Il y a effectivement des musiques qu'on aime spontanément, puis d'autres beaucoup moins. Mais la première chose à faire est de laisser une vraie chance. Et cette vraie chance ne se réduit pas à une ou deux écoutes.

Enfin, il faut savoir aussi se bousculer. Je me rappelle ado avoir essayer d'aimer "l'ennemi". Pour moi, c'était le rock prog. Donc je me suis retrouvé avec du Genesis, Mahavishnu Orchestra et du Van Graaf Generator à écouter. Et c'est très étrange, parce que je savais exactement ce que j'allais ne pas aimer. Et puis à force, cette musique a également fonctionné. Cela ne reste pas ma tasse de thé, mais je sais que j'y trouve des plaisirs que je ne trouverais pas ailleurs.

L'autre ennemi a été à un moment la musique américaine (Creedence, Violent Femmes (et j'y mettais les Stones à l'époque)). Mais ça, je ne regrette pas. Et si je ne m'étais pas forcée, jamais je ne serais parmi vous...

Cette démarche d'ouverture est pour moi une source permanente d'enrichissement. Et c'est vrai que les personnes autour de moi qui mettent des œillères me consternent...
Il est impossible de tout aimer. Mais quand certains refusent de faire l'effort face à certains chapitres majeurs de la musique sous prétexte "qu'il n'aime pas"... C'est pour moi la même chose qu'un enfant qui refuse de goûter un plat parce qu'il n'aime pas... Chez moi, ils savent qu'ils doivent goûter et ils ont découvert que, parfois, leur goût changeait et qu'ils finissaient par adorer certains plats. Donc eux mêmes savent que les choses ne sont pas figées...

C'est justement quand "on aime pas", qu'on prend généralement ses plus grandes claques parce que soudain une musique modifie toute notre perception de ce qu'on croyait défini et arrêté.

Everett W. Gilles a dit…

Yo !
Moi j'aime bien Monk et Coltrane, par contre Miles (et tant d'autres, euh tous les autres, tiens...) me gonflent au plus haut point. La ''difficulté'' dont parle Jimmy peut-être.
De toute façon ça sert à rien de chercher des explications. Juste à côté de chez moi y a une rue Francis Jammes, le gars a dit un jour, je cite de mémoire : ''je fais ce que je fais et ça m'emmerde profondément de chercher à savoir pourquoi''. Le mec, on donne son nom à des rues quand même, moi je dis respect !
Sinon ce qui me scotche aussi chez Monk c'est sa dégaine en photo et surtout sur ses vidéos.
Fascinant.
Mais j'écoute plus souvent Slim Cessna.

Devant Hantoss a dit…

Ce sujet m'a toujours passionné. Et je vous rejoins sur s'ouvrir à d'autres domaines, et pas qu'en musique.
Reste la méthode.
Mon goût pour l'opéra, long cheminement, m'a amené à en faire écouter à mon ami qui ne connaissait pas. Lui qui aime et joue de la soul, du blues, donne des cours de guitare, a fait le conservatoire, adore Coltrane (il me l'a fait aimer, faut voir comment) ... Là où mon amour pour l'opéra a pris du teps, son passé musical lui a fait entrer dedans bien plus rapidement.
Pourquoi j'insiste, ce que je nomme le parcours initiatique consiste à cumuler des expériences pour aborder des nouvelles étapes, toujours pour son bénéfice.
Ça parait normal pour la littérature, alors pourquoi si peu pratiqué en musique?
Ça n'étouffe pas sa personnalité et autorise ensuite de développer ses orientations mais en connaissances de cause.
Je suis d'autant plus à l'aise pour en parler que j'ai ce problème avec la peinture qui me touche bien peu par rapport à mon frangin qui peut s'attarder sur un tableau le temps qui m'est moi nécessaire pour arpenter tout le couloir

Audrey Songeval a dit…

J'écoute cet album depuis hier et il m'enchante. Je trouve au contraire que tout coule de source, tout parait si évident qu'on ne peut imaginer cette musique différente. Les musiciens sont au diapason et on sent leur passion de la musique à chaque instant.

Anonyme a dit…

Hello,
Cela fait des années que je n'ai pas écouté quelques chansons de Monk. Cela fait du bien d'entendre du bon jazz, merci pour le partage !