mardi 2 juin 2015

Pour la beauté du geste (feuilleton électrique) par Jimmy Jimi # 88


88. BREAK ON THROUGH (TO THE OTHER SIDE) [THE DOORS]

   Liberté totale !

   Il aura suffit que je jure (sur la tête de Lou Reed !) que j'allais suivre assidûment des cours particuliers de français, avec un vieux professeur à la retraite qui venait d'emménager dans l'immeuble, pour que mes parents acceptent que je reste tout le mois d'août à Paris avec Olympia.

   Nous fîmes des courses le premier jour, puis nous nous enfermâmes dans la villa chancelante prêtée par Alphonse. Ce fut sexe, sexe (car c'était notre drogue) et rock'n'roll (ça pourrait également coller dans la parenthèse précédente) !
   Le jour pouvait détruire la nuit, la nuit diviser le jour, comme le chantait Jim Morrison, nous nous en moquions prodigieusement : nous avions jeté les pendules par-dessus bord pour nous aimer au seul rythme des changements de faces.
   La traversée du miroir se fit davantage dans les éclats de rire et les déflagrations de guitares que dans les morceaux de verre.
   La grande aventure débuta dans une immense baignoire débordant de mousse parfumée (aujourd'hui encore, je ne peux respirer l'odeur d'une violette sans saigner du nez !). En écho à Bryan Ferry, ma sirène criait des : « Love is a drug for me » qui faisaient chanceler ma raison.
   « Et après ? s'impatiente déjà le lecteur libidineux. » Oh ! après, ce fut mieux qu'un best of de l'amour, plus délicieux qu'un greatest hits de la passion, mais carrément le lourd coffret avec l'intégrale plus trois copieux cd's d'inédits (et pas des fonds de tiroirs quasi inaudibles) ! Je pense que la métaphore saura vous parler.
   C'est fou tout ce qu'on peut apprendre d'un être quand on est nu et amoureux : les mots deviennent inutiles : tout se passe au milieu des ondes...

   Je me souviens qu'Olympia ondulait suavement sur le Cosmic dancer de T. Rex, quand la maudite sonnerie duléphone troubla mon extase. Alphonse m'annonça qu'il rentrait le lendemain... La villa pencha encore davantage... Dehors, il existait donc encore un autre monde ; la galaxie avait survécu à nos râles sauvages. Comment était-ce possible ?


   Nous rangeâmes à la hâte tout notre merveilleux petit désordre avant de retourner à notre point de départ dans la mousse à la violette – comme si demain ne devait pas exister... 

 

13 commentaires:

nestor b a dit…

"... nous avions jeté les pendules par-dessus bord pour nous aimer au seul rythme des changements de faces."
'Tin c'est beau ça !!
Merci pour cet épisode, ses couleurs, ses odeurs ..

"La galaxie avait survécu à nos râles sauvages" ...
ça colle parfaitement avec la pochette de Basie juste en dessous. Et on imagine les séquelles irréversibles !

Keith Michards a dit…

Vind'jiou, cet épisode m'a émoustillé !!!!! ;-)

Everett W. Gilles a dit…

Yo !
Lecteurs libidineux ? Hé-ho, toi-même, on n'a rien demandé nous...
Moi c'que j'veux c'est de l'électricité et Roxy Music ben ça s'arrête au 4eme album pour moi !
Heu, bain moussant à la violette, tu te souviens de la marque ? C'est pour offrir ...

Jimmy Jimi a dit…

Hello Nestor,
Merci pour les compliments. Je suis très heureux de cette phrase et suis content qu'elle ai fait son effet.

Hi Keith,
Je suis pourtant resté assez soft, tout en nuances!

Hola Everett,
Je n'ai pas écris les lecteurs, mais le lecteur: ce n'est pas de ma faute si tu t'es reconnu!
Et T. Rex, c'est de la crotte de mouche?!
Pour la violette, voir chez Floris.(J'adore la violette, c'est ce que je vape le plus depuis que j'ai arrêté de fumer.)

Devant Hantoss a dit…

ha ha on approche dangereusement et suavement d'un point de non retour, va savoir si je parle des personnages ou de leur auteur? Cela me fait penser à cette maxime royaume-unien;

"L'amour n'est pas sale ...
... sauf quand il est bien fait"

Jimmy Jimi a dit…

Hello Devant,
Ce ne sera pas le point de non retour, plutôt un nouveau départ.

Devant Hantoss a dit…

... Par contre la photo est troublante, narcissique non? Et vu ton sujet cela prête à confusion, un peu le "madame rêve" de Bashung.
Alors, un fantasme dans l'esprit de Jimmi Coule (sorry pour l'orthographe)

Jimmy Jimi a dit…

La photo, c'est pour le titre du chapitre, la traversée du miroir. Je n'ai pas trouvé de couple qui collait.

yggdralivre a dit…

bon, le sexe ce n'est pas évident en littérature, enfin l'émoustillement... parce qu'il y a des portraits de Balzac (et de pages entières de Maupassant et puis de ... ) plus stimulants que bien de piètres tentatives plus ou moins franchouillardes.
là, j'avais peur du coup du lapin dans la baignoire (pour les amateurs de "las vegas parano" ) du truc qui tue l'amour au lieu de lui donner sa juste place..; et pis finalement non, c'est bien de jouer sur la temporalité, sur le côté "on ne voit pas le temps passer à découvrir l'autre, parce que tout le monde a connu ça -enfin j'espère pour vous- l'anti scène de sexe des films, ce moment de découverte infini, qui casse les horloges (et les murs pour les plus sportifs), ce moment qui n'a rien de la performance, rien de libération de la frustration, rien de la réconciliation mais tout de la communion...
un seul reproche tout de même (faut bien) ça manque un peu, j'veux dire sans aller jusque là
https://www.youtube.com/watch?v=MV5RUqhDfqU
un peu plus de sensualité dans le vocable m'aurait bien plu (quitte à faire en deux parties , trois parties, 25 parties)...
d'autant qu'elle est effectivement aguicheuse cette image.

mais bon... n'empêche, on a faillit se laisser prendre... mon cher Jimmy, nous ne sommes pas tes parents (enfin je ne crois pas) donc : comment ça a été ses cours de français au final ? :)

Audrey Songeval a dit…

Houlà, je suis très inquiète pour notre Jimmy. Tout va trop bien pour lui... En tout cas, je tiens à l’œil cette Olympia au cas où elle voudrait lui faire mal....

Jimmy Jimi a dit…

Hello Yggdralivre,
En effet, j'aurais sans doute pu pousser plus loin, mais j'ai un autre souci d'importance à régler (le nouveau chanteur) et je peux difficilement me permettre de trop digresser.

Hi Audrey,
Pas de souci de ce côté là, mais de ce côté seulement...

Arewenotmen? a dit…

Eros te va si bien Jimmy...

Arewenotmen? a dit…

... et enoore une fois, bravo pour l'icongraphie Jimmy ! Jimmy, où l'homme qui aime les femmes...