lundi 23 mars 2015

THE KINKS ~ The Great Lost Album [C. 1973]


Je ne connais pas grand-chose de cet album, si ce n’est qu’il regroupe des titres enregistrés entre 1966 et 1970, laquelle, vous le savez sans doute, fut l’âge d’or du groupe. Bien que la pochette ne fasse pas très envie et que le disque puisse paraître un peu disparate, l’ensemble possède une véritable unité. Le petit plus qui se cache derrière cette sélection sera à chercher dans l’absence d’ambition de Ray Davies. Pas de concept album, pas d’opéra rock. Juste ce petit besoin d’écrire encore et toujours des chansons, comme si la source ne devait jamais se tarir, et qui se tarira malheureusement. Dans les faits, cela ne l’empêche pas de nous livrer ce que contenait les albums du groupe offraient de meilleur, un peu de hargne d’Arthur par ci, un peu de délicieuse nonchalance de Something else par là, ou même la grâce mélodique du Village vert. A dire vrai, ce pourrait presque être un Percy dans lequel on aurait gardé le meilleur et le musclé de l’autre frangin Davies, décidé lui aussi de se mesurer à son frère sur le terrain de la chanson plutôt qu’avec des gants de boxe. Le résultat est inespéré et plutôt rarissime à trouver. Si, comme pour moi, ce groupe fait partie des plus précieux entre tous et que vous ne connaissiez pas cet album perdu des Kinks, alors voici un rêve de fan, une petite collection de merveilles à qui Ray Davies aurait refusé la postérité.
Audrey SONGEVAL (Merci d'avance pour vos commentaires !)
P.S. : Un grand merci à Dkevin du blog Forgotten Songs : http://dkandroughmix-forgottensongs.blogspot.fr/ sans qui je n’aurais jamais entendu ce disque.






01 - Til Death Do Us Part
02 - There Is No Life Without Love
03 - Lavender Hill
04 - Groovy Movies
05 - Rosemary Rose
06 - Misty Water
07 - Mister Songbird
08 - When I Turn Out The Living Room Light
09 - The Way Love Used To Be
10 - I'm Not Like Evrybody Else
11 - Plastic Man
12 - This Man He Weeps Tonight
13 - Pictures In The Sand
14 - Where Did The Spring Go
MP3 (225 kbps) + artwork
Mister songbird with BM92

17 commentaires:

Le Zornophage a dit…

Un excellent complément de mon gros post. Bravo et merci !

Jimmy Jimi a dit…

Hello Zorno,
Or donc, tu passes juste pour te faire de la pub, tu as de la chance que ton post le mérite - et comment!

Everett W. Gilles a dit…

Yo !
Rien à jeter dans ce disque, même pas la pochette.
Enfin, si, peut-être son titre : Great Lost Album, my ass ! Kinks Kronikles, au hasard, ça a une autre gueule comme intitulé.
Fonds de tiroir raclés par un label qu'on s'apprête à quitter ou autre tracasserie commerciale, qu'en savons-nous, mais les fonds de tiroir d'Uncle Ray et son frangin ... d'ailleurs au fil des années la liste s'est allongée jusqu'à la cinquantaine de morceaux estampillés ''Lost Album'' grâce aux joies du CD et de la numérisation.
Mais s'il ne doit y en avoir qu'une version c'est bien celle-ci, thanx Audrey !
(Perso je déplacerais le curseur de l'âge d'or de quelques mois ne serait-ce que pour englober les Hillbillies ou même Everybody's A Star...)

Audrey Songeval a dit…

D'accord avec toi pour ces deux albums , mais ils font partie d'une autre période pour moi (auquel je rajouterai le Percy).

Cette version serait faite à partir de l'éditin vinyl.

Le Zornophage a dit…

@ Jimmy,
Non, pas pour me faire de la pub, pour noter un heureux hasard du jour et féliciter l'auteur.
Ceci dit, vu l'accueil...

Jimmy Jimi a dit…

Zorno, je pensais que tu savais lire les petites taquineries et, de plus, je vante la qualité de ton post...

Le Zornophage a dit…

Mouais... Petites taquineries, on va dire ça.

Jimmy Jimi a dit…

"[...] ton post le mérite - et comment!" Si j'avais eu envie de me fâcher avec toi (je me demande bien pourquoi?), je ne me serais pas donner la peine de la fin de phrase. Je suis un peu fatigué par ceux qui se vexent au moindre mot, je pensais que nous nous connaissions depuis suffisamment longtemps...

Lt. Fontaine a dit…

Oh merci pour ce partage !
Je n'avais jamais entendu parler de cet album, mais étant donné la période concernée, je vais me jeter dessus, cela va sans dire !

Till a dit…

Lost album ou pas, heureusement qu'il a été retrouvé hein.

Je ne suis pas franchement emballé par la pochette mais...non j'ai rien de drôle à dire.

Pas d'opéra rock...On l'a échappé belle alors, c'est aussi bien comme ça.

Merci Audrey.

Le Zornophage a dit…

@Jimmy,
Je ne me vexe pas, j'exprime mon doute. Infondé dis-tu ? J'en suit fort aise !

yggdralivre a dit…

Moi qui ne décolle jamais du Muswell Hillbillies (j'adore cet album) ça va me permettre d'en découvrir d'autres de façon moins brutal que les albums plus conceptuels.

merci beaucoup

sorgual a dit…

Quoi, on ne m'avait rien dit !, tout caché de cet enfant légitime et pourtant caché de mes petits chéris, mes Merseyeux comme disait Golum. Merci Audrey.
C'est vrai Jim que cela faisait un moment que c'était calme par ici, enfin ceci dit "anonymement", s'accrocher pour quelque chose sur lequel on est d'accord ! faut vraiment avoir du temps à perdre, c'est déjà assez difficile d'argumenter quand on n'est pas d'accord ... Alors sous l'oeil des rois anglais , je vous offre sacrés chenapansune petite Guiness de reconciliation,

Joe Fracas a dit…

J'ai une version de ce "Great Lost Kinks album" qui comporte 25 titres mais je ne l'ai jamais postée parce que je n'étais pas sûr de la tracklist. je viens de résoudre ce point . le détail est là:
http://www.discogs.com/Kinks-The-Great-Lost-Kinks-Album/release/3740773
Si vous êtes intéressés je peux poster, il suffit de demander...

Anonyme a dit…

Pour un vieux comme moi, le Kinks sont notre madeleine de Proust.
Jusqu'en 1979, j'ai tout acheté les yeux fermés.
Bien sur "Low Budget", "Misfits", "Sleepwalker", "A Soap Opera" n'étaient pas des chefs-d'œuvre. "Schoolboys in Disgrace", je l'écoute toujours. Sa pochette ?
Les "Preservation", c'est à cette époque que je me suis arrêté de les voir en concert.
Mais il y avait toujours une petite lueur, une pépite, qui trainait par-ci, par-là. Qui faisait (qui fait) que j'écoute toujours tout ce que les frères Davies sortent.
Mais, mais, de "Muswell Hillbillies"en 1971 à "Kinks" en 1964, on touche au sublime.
Pour Audrey : "Percy"… "The Way Love Used to Be" et la voix de Ray…
Et dans un autre registre, merci pour Crosby.
Jean-Paul

Audrey Songeval a dit…

Mersi à tous pour vos commentaires. Je vous invite à jeter un oeil sur le blog forgotten songs oú j'ai découvert cedisque. Bien qu'il soit en anglais, il est tenu par français, un ancien journaliste du défunt magazine Crossroad.

@Fracas: ça pourrait être une idée.
@Jean-Paul: je n'ai pas fait ce travail d'exp'oration des albums secondaires avec les Kinks. Pourtant, je l'ai fait abec plein (Macca, Costello, Dylan, Crosby, Lou Reed) alors que les Kinks à leur meilleur ont ce je ne sais quoi en plus qui me touche davantage.
Si tu me révelais la liste de tes chansons favorites de ces albums parfois ingrats, j'avoue que je me précipiterai dessus pour les écouter. On a parfois une relation plus forte et plus intime avec elles qu'ave les grands classiques (qu'on a parfois plus envie d'écouter à force de les avoir trop venérés)

Anonyme a dit…

Ce disque, je l'ai toujours, bien sûr ! Trouvé soldé en import US (en IMPORT !!!) pour 2 ou 3 francs de l'époque et les coins coupés (comme dirait françois gorin). J'ai passé des années à chercher qui avait composé le premier titre (Til Death Do Us Part) et même avec internet, je ne suis toujours pas sûr d'avoir trouvé. Eh oui, comme sur presque tous les albums des Kinks, tout n'est pas bon mais Groovy Moovies est une vraie merveille de Ray chantée par son frère (comme quoi ils étaient capable de gentillesses...)

Alain