mardi 12 mai 2015

Pour la beauté du geste (feuilleton électrique) par Jimmy Jimi # 86


86. DREAM BROTHER [JEFF BUCKLEY]

   Oui, benoîtement, je crus que l'affaire serait réglée en un après-midi, que nous allions dénicher le chanteur, que je pourrais faire mon deuil en me concentrant sur mes percussions et mes deux prestations vocales, que le premier concert ne tarderait pas à se profiler. Ce fut un tantinet plus compliqué...
   Pendant des mois, jusqu'à l'été, nous vîmes défiler tout ce que les arrondissements environnants comptaient de chanteurs et chanteuses débutants n'ayant pas trois potes pour former un groupe (« Plus de jérémiades, de la dignité, me souffla une petite voix »). Tout de suite, il fallut s'organiser : Isidore fut chargé de réanimer ceux qui s'offraient un voyage dans les pommes après avoir croisé les yeux d'Olympia, alors que la belle ramenait aimablement vers la sortie les nombreux candidats qui ne savaient pas lire une petite annonce et débarquaient avec leurs textes ou des influences absolument inacceptables (je vous fais grâce des noms, ils pourraient choquer les fameuses âmes sensibles).
   Parmi les restants, une grosse majorité chantait aussi faux que moi ; la plupart en étaient conscients, mais ça ne les empêchait pas de s'accrocher à leur ve ; contrairement à une personne de ma connaissance, ils plaçaient leur fierté ailleurs – peut-être bien dans le fait d'essayer coûte que coûte, de continuer à y croire malgré les refus et les quolibets. Je me souviens d'un garçon en particulier, un certain Antoine, qui débuta en hurlant toutes tripes dehors les sublimes mots de Boris Vian : « Chanter faux, chanter juste, je m'en fous, je chante vrai ! » Et c'était vrai ! En ce qui me concerne, je lui aurais volontiers cédé mon micro, tant il semblait habité par le personnage. Parmi les éconduits, ce fut le seul à vouloir rester jusqu'à la fin de la répétition, et après m'avoir entendu sur le Boulevard des bouleversements, il demanda pourquoi nous cherchions un chanteur, alors que nous en possédions déjà un qui lui semblait excellent. Cher vieux frère ! Il poursuivit en disant que si l'on reconnaissait encore nos influences (Velvet, Stooges, Can ou Television), nous savions y ajouter un très beau grain de sel, surtout grâce à l'apport original du violoncelle, de la trompette et de mes percussions (décidément, un chouette garçon !). Il ajouta que s'il ne pouvait devenir notre chanteur, il était heureux d'être notre premier fan.


   Nous entendîmes quelques jolies voix, mais pas le grand frisson : la perle rare refusait de se montrer. Il y avait toujours ce je ne sais quoi qui coinçait aux entournures. Pour calmer l'impatience des jumeaux, Polina leur servi ces mots : « Nous n'avons pas évincé Jimmy pour nous contenter du premier venu ».  


14 commentaires:

yggdralivre a dit…

(des noms, des noms, des noms ... !)

c'est marrant parce que tu n'écris pas vraiment un roman feuilleton, au sens "traditionnel" du terme, avec des épisodes plus longs, des intrigues parallèles ce genre de choses... de fait on pourrait se dire que "oui bon, on lit en plusieurs fois", qu'il n'y a pas vraiment d'effet d'attente, que c'est écrit un peu au jour le jour...
(je dis bien "on pourrait se dire ça")
perso, je sais que c'est bien exactement pour ce genre de chapitre...
en arrivant (poum!) sur ton blog et en voyant la nouvelle livraison, je n'avais pas envie de le lire !
je n'aime jamais ces moments de tension, sur un fil, on trouve l'amour mais il semble trop beau irréel, trop jeune et pourtant cruel, ces moments de déception quand on prend conscience que le rêve ne peut s'accomplir ... du coup j'attends le moment où le chanteur sera trouvé, où la belle se cassera, où tu te lasseras, où...
je préfère les emmerdes à leur attente...
il s'agit de moment redoutés et toujours difficiles à négocier il me semble...
et là, depuis quelques épisodes, le côté trainard, flemmard, vagabondage, presque jérémiade du narrateur... amène la tension et l'appréhension nécessaire.
du coup, ça marche bien le côté "feuilleton" finalement :)

bref, j'ai bien aimé...

Jimmy Jimi a dit…

Hello Yggdralivre,
J'ai choisi ce format court (en m'inspirant des romans de Brautigan) pour ne pas saouler le plus grand nombre, lequel vient certainement davantage pour télécharger que pour me lire.
Personnellement, j'aime beaucoup "la tension", en littérature comme en musique.
Ne t'inquiète pas, "les emmerdes" vont venir et d'autres choses aussi!
Merci pour tes commentaires qui me sont précieux.

Keith Michards a dit…

Finalement c'est vous qui avez inventé la Star Ac', la Nouvelle Star et toutes ces émissions hautement culturelles ! Manque plus que la piscine et Loanna !!!!!

yggdralivre a dit…

@Jimmy jim, je suis tombé (sans me faire mal heureusement) par hasard ici, enfin sur le blog d'avant par la musique, en trouvant étrange que des albums aussi étranges (et chers à mon coeur) et bigarrés se retrouvent sur la toile, et puis j'ai vu les petits textes de présentation par les uns et les autres, puis tes textes et franchement, maintenant j'attends tes parutions !
(surtout que là je lis du peter hamilton que ça fait 3500 pages, du coup ce que tu fais passe à merveille).
je ne connais pas Brautignan (j'irais en lire du coup) et je ne sais pas comment tu écris (s'il y a un plan, une ligne d'horizon etc) mais c'est vivifiant sans être gniagnian !

Jimmy Jimi a dit…

Hello Keith,
Les seins de papier d'Olympia valent mieux que le silicone de Loanna!

Hi Yggdralivre,
Je suis heureux que tu es trouvé la porte d'entrée, tu fais parti de mes meilleurs commentateurs.
Comme je l'ai déjà écris, je n'aime pas beaucoup les plans (sauf sur la comète!); quand j'ai commencé, j'avais une vague idée du début, une vague idée du milieu et une très vague idée de la fin. J'aime bien que seule la phrase précédente donne l'impulsion à la suivante.

Devant Hantoss a dit…

Bon, j'ai d'autres commentaires mais ce qui m'a frappé de suite c'est
"(Velvet, Stooges, Can ou Television), nous savions y ajouter un très beau grain de sel, surtout grâce à l'apport original du violoncelle, de la trompette"
Tu te rends comtes de ce que tu fais, notre imagination à rude épreuve et épreuve échouée, impossible d'imaginer Stooge ou Velvet avec ces instruments. J'ai pensé à un Giono, lu récemment "Un de Baumugnes" où est évoqué un jeu d'harmonica, pareil, impossible à traduire dans "sa tête"...

Jimmy Jimi a dit…

Tu prends le Velvet, tu changes l'alto en violoncelle, puis la guitare de Ron Asheton à la place de celle de Sterling, tu rajoutes de la trompette et des percus et le tour est joué!
Nick Cave à son meilleur n'est pas loin de Mizanu!

Everett W. Gilles a dit…

Yo !
C'était plus simple avec le Diable, si seulement t'étais pas jaloux Jimmy K ..
Toujours pas de chanteur mais j'ai l'impression qu'in vient de gagner un roadie !

Devant Hantoss a dit…

Oui, je vois avec Nick Cave. Je dois faire un effort avec la trompette, en l'imaginant grinçante ou hurlante ... Une trompette qui grince? Hum.

Le personnage d'Antoine a été bien trouvé, et ce n'est pas le prénom qui m'influence. Tu rebondis souvent bien grâce à ta galerie, ils ont tellement l'air vivant.

Arewenotmen? a dit…

Cà ménage un beau suspens...

nestor b a dit…

Râh ce chanteur ... dur suspens ! Pour moi les plus grands et les plus vrais ont toujours été de ceux qui n'ont jamais pris un cours de chant, donc chanter juste / chanter faux , effectivement ça parait secondaire.
Merci Jimmy pour ce chapitre. J'entends la trompette, les percus et la guitare, ça me donne envie d'écouter Jack the ripper - Goin' down (https://www.youtube.com/watch?v=4FGtJ5SCH-o)
Belle journée !

Jimmy Jimi a dit…

Hello Everett,
C'est utile un roadie, surtout avec tout ce matos!

Hi Devant,
Pour la trompette, il faut que tu fouilles du côté du premier Tindersticks.
Antoine, c'était un petit hommage à l'un de mes plus fidèles commentateurs! Les personnages, je les vois comme si j'étais au cinéma, ça aide.

Hola Arewenotmen?,
On se rapproche doucement...

Hello Nestor,
Moi, j'ai essayé les cours de chant (avec un chanteur d'opéra), mais je l'ai rendu dingue après deux leçons!

Devant Hantoss a dit…

... Sauf que le "vrai" il chante faux.. Ha ben, non, c'est pareil.

Till a dit…

Tiens un épisode rempli de bonne nouvelles :
- les gens s'évanouissent devant Olympia
- Antoine a l'air d'un ptit gars sympa
- suffit pas de décider qu'on remplace Jimmy K pour que ça se fasse. M'étonne pas du tout.