mardi 28 avril 2015

Pour la beauté du geste (feuilleton électrique) par Jimmy Jimi # 85


85. CROSS ROAD BLUES [ROBERT JOHNSON]

   Qu'est-ce que je fichais au beau (si on veut) milieu de ce carrefour perdu à trois heures de la nuit ?
   Le quartier était noyé sous une couche de brouillard à découper au cran d'arrêt et il gelait autant que dans le réfrigérateur de l'enfer. Sorti de la brume comme de nulle part, il me fit face. Sa longue chevelure flamboyante et sa redingote écarlate éclairèrent la nuit. Il était d'une élégance rare et d'une stupéfiante beauté, mais son haleine aurait couché un cheval au galop !
   « Nous ne sommes certainement pas ici par erreur, que puis-je donc pour votre service, mon bon ami, me demanda-t-il de sa voix de crooner gothique ? »
Étrangement, j'y vis soudain tout à fait clair. Ce que je désirais, ce n'était pas la voix de Lou, Iggy, Damo, Van ou Rod, mais celle de Steve Marriott : ce parfait mélange de rage et de tendresse infinie.
   « Il y a cette question qui me turlupine depuis longtemps, qu'est-ce que vous allez bien pouvoir faire de mon âme ?
   – Votre âme, bon sang, qu'est-ce que vous voudriez que je fasse de votre âme ? Moi, ce que je veux, ce sont les jolies petites fesses rebondies d'Olympia ! »

   Tout en écrivant ces mots, j'entends encore son atroce rire démoniaque essayant de se frayer un chemin au milieu de son haleine fétide... Le carrefour s'enfonça dans les sables mouvants des mauvais rêves et je me réveillai en nage, en larmes et mon pyjama trempé d'urine.
   Après un brin de toilette, je décidai de ne pas me recoucher ; avec la chance que j'avais, les deux balourds de la Brigade de l'Île Déserte me serait tombée dessus à peine le premier œil fermé. Je me mis la tête sous le casque et attendis l'aurore en compagnie des Small Faces. « Mince, un petit [pléonasme ! (mais quel organe dans un corps si frêle)] Steve Marriott chantant en français, ça aurait belle allure. » Je rêvais tout debout, c'était moins dangereux...

   A l'aube grise, éclairé par les dernières lueurs de la lune, j'entrepris de cirer mes bottines et de préparer mes vêtements préférés. Si je devais céder ma place (comme tout portait à le croire), je voulais le faire élégamment et dignement. Pendant une grosse heure, planté devant le miroir, j'essayai d'enlever les traces de larmes et les grimaces de mon visage pour les remplacer par un franc sourire.

   Plus qu'une poignée d'heures et le monde devait basculer...


15 commentaires:

Jimmy Jimi a dit…

Désolé, je devais vous faire rencontrer les prétendants à la succession de Jimmy Koule, mais un commentaire d'Everett sur le dernier chapitre m'a emmené sur une autre route...

Everett W. Gilles a dit…

Ouais, j'aime mieux ça, vire-moi ces prétendus chanteurs minables et morts-nés qu'on branche cette foutue électricité.
Euhhh, à propos de l'échange ... entre ton âme (dont tu n'as toi non plus rien à cirer Jimmy K, regarde ton géniteur et ses potes, tous possédés ...) et l'autre truc auquel tu te dois d'accorder plus d'importance, tu veux que j'essaie d'intervenir ?

Keith Michards a dit…

Sympathy for the Devil !

Jimmy Jimi a dit…

Hello Everett,
Arrête tes bêtises, tu vas me faire perdre le fil, j'ai un roman à terminer, moi!

Hi Keith,
fastoche!

Arewenotmen? a dit…

Vite, vite, car les événements vont certainement se précipiter (c'est souvent la loi du genre romanesque), un disque à écouter par Jimmy et Olympia lovés l'un contre l'autre après qu'ils se soient mutuellement épuisés dans la joute érotique et amoureuse. Il s'agit de la reconstitution du récital donné par Frédéric Chopin dans le Salon Pleyel à Paris le 21 février 1842, par l'excellent Alain Planès sur un piano Pleyel de 1836 (voilà qui fera plaisir à ce vieux puriste de Keith Michards). Beauté et intimité...
http://www89.zippyshare.com/v/kt9YyL8i/file.html Great recording !

Jimmy Jimi a dit…

Hello Arewenotmen?,
Enfin, il aura fallu 85 chapitres pour que je mérite un cadeau! Merci pour cette douce pensée.

Arewenotmen? a dit…

Et tu ne sais pas encore (d'ailleurs moi non plus) ce qui t'attend pour le 200è épisode !

Jimmy Jimi a dit…

Si je parviens à faire 133 tours, ce sera déjà pas si mal!

yggdralivre a dit…

si seulement les fesses rebondies pouvaient laisser en paix les yeux et les mains des indésirables, si seulement la promesse d'un amour possible pouvait être tenue...

un cauchemar bien bluesy et crassepec' comme il faut...
ça sentait bon me bayou et le marécageux, la vieille godasse en cuir entrain de pourrir, plutôt que le deal admirable...

en même temps on le comprend le diable, que faire d'une âme ?
une heure de tv réalité, 2 minutes de youtube et le voilà plus fournit en âme qu'en 30 ans de rock'n roll...
une de plus, une de moins...
alors que les fesses rebondies, on y revient toujours au fesses rebondies (d'ailleurs moi-même).

un chapitre bien sympathique, qui l'air de rien (malgré son frigidaire) fait monter la chaleur et la tension d'un cran

Audrey Songeval a dit…

Moi aussi j'aime bien ce chapitre qui laisse grand ouvert le champ des possibles. Peut-être qu'il aurait été un poil plus long qu'il aurait été encore plus avoureux. J'ai comme l'impression que tu nous pas complètement exploité tout le potentiel de tes idées... Ce diable, mérite bien plus que ces quelques phrases, que diable!
Mais j'aime bien et je me demande comment tu vas te débrouiller pour la suite. Car, malgré tout, petit à petit, le vernis semble craquer de toute part...

nestor b a dit…

Sympathy for the Devil ...
fastoche ? n'empêche quand même que
So if you meet me
Have some courtesy
Have some sympathy, and some taste
Use all your well-learned politness
Or I'll lay your soul to waste !!
Non mais.
Merci pour l'épisode !

Everett W. Gilles a dit…

Arrêter les bêtises j'essaie, tous les jours, mais c'est dur.
Et puis on n'est pas pressés qu'il se termine ton roman, on a le temps !

Devant Hantoss a dit…

ce que c'est de survoler au lieu de lire. J'ai cru un moment à cette rencontre comme une pirouette pour sauter l'obstacle de la voix de Jimmy.
Ensuite j'ai imagine un gag à la Vuillemin, deux abrutis dont l'un déguisé en diable de pacotille pour avoir l'autorisation de se taper Olympia avec la bénédiction inquiète de Jimmy.
Bon, un cauchemar qui appuie là où cela fait mal, sur la vessie...
Quoique? Je me méfie de notre auteur!

Jimmy Jimi a dit…

Hello Yggdralivre,
Faire monter la température: but ultime du r&r!

Hi Audrey,
Mieux vaut trop court que trop long! C'était juste un rêve, je ne voulais pas en faire des tonnes, surtout qu'il existe quantité de livres sur le sujet. Moi aussi, je me demande comment je vais me débrouiller pour la suite!

Hola Nestor,
Tout ça piqué au "Maître et Marguerite", non mais!

Hello Everett,
faudrait tout de même pas que ça s'enlise.

Hi Devant,
C'est pas mal de survoler (quand on lit ensuite), ça donne deux visions!

Till a dit…

Hey Jimmy

S'effacer avec élégance et dignité, c'est la classe suprême. Bravo à Jimmy K. ! Olympia peut-être fière de lui, sa maman aussi.

Quant au diable, je suis sûr qu'on le reverra, ce type-là est partout. C'est bien lui qui a inventé le rock'n'roll non ?