mercredi 15 avril 2015

THE STOOGES ~ The Stooges [Debut Album] [D.R.] [2CD] [1969]


C'est avec cet album insensé que s'achève le grand bal magique des sixties (c'est alors inimaginable, mais ces gamins mutants frapperont encore plus fort au début de la décennie suivante). Il faut relire les témoignages d'époque des chanceux qui découvrirent cette chose inouïe en temps réel : tous s'accordent à écrire qu'ils ont vu la vierge chevauchant un balai de sorcière bien au-dessus des nuages ! Déjà, il y a ce nom en guise de provocation - les fans des Three Stooges s'en gondolent encore. Puis, la pochette, quelque part entre early Stones et premier Doors, sauf que les trognes sont beaucoup plus menaçantes. L'album s'ouvre sur 1969 : en quelques secondes, l'affaire est pliée, on sait que plus rien ne sera vraiment comme avant... C'est une jouissive orgie sanguinolente, mais tout en lourde lenteur (ce que n'ont jamais compris leurs suiveurs ou les groupes de metal : en sexe comme en musique, la torture est toujours mieux réussie quand elle sait prendre son temps !). Ces gosses du Michigan, élevés à l'ombre des tubes de la Tamla Motown et l'odeur du caoutchouc cramé, viennent d'inventer une étrange soul music ! A la batterie, Scott Asheton a le bon goût d'en faire le minimum (mais quel !) : il multiplie les roulements tribaux en les arrosant de quelques judicieuses guirlandes de cymbales vicieuses. Dave Alexander, à la basse, enfonce le rythme comme s'il assénait des coups de crans d'arrêt dans le cœur d'une fille. Ron Asheton s'occupe de la guitare et il faudrait un pavé pour décrire les merveilles qu'il accomplie en déchirant le ciel comme s'il voulait découper les étoiles au rasoir. De ce chaos vénéneux mais ultra sexy s'échappe la voix de crooner maladif d'Iggy Pop : une des plus dangereusement belles de tous les temps. 1969 : année érotique ou hymne à la frustration ? "It's another year for me and you, another year with nothing to do." Les ados du monde entier comprendront... S'en suit  I Wanna be your dog, ses clochettes magiques, son baratin extravagant, son final qui repeint la lune en rouge, tout ce qui en fait l'insurpassable jouisserie sur laquelle tout vrai groupe fantasme encore... On pourrait les énumérer un par un : le No fun couvert par les Pistols comme ce We will fall ou John Cale (producteur de l'affaire) vient ajouter son alto sur la messe noire (offrant ainsi la rencontre de deux plus grands groupes cultes de l'univers) ou Real cool time dont le titre dit tout... Bien sûr, il y aura Fun house et Raw Power, mais ce brûlot inaugurale n'en demeure pas moins inoubliable. Méfiez-vous des gens qui n'en possèdent pas au moins trois exemplaires !
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)                             





CD1
01 - 1969
02 - I Wanna Be Your Dog
03 - We Will Fall
04 - No Fun
05 - Real Cool Time
06 - Ann
07 - Not Right
08 - Little Doll
CD2
01 - No Fun [Original John Cale Mix]
02 - 1969 [Original John Cale Mix]
03 - I Wanna Be Your Dog [Original John Cale Mix]
04 - Little Doll [Original John Cale Mix]
05 - 1969 [Alternate Vocal]
06 - I Wanna Be Your Dog [Alternate Vocal]
07 - Not Right [Alternate Vocal]
08 - Real Cool Time [Alternate Mix]
09 - Ann [Full Version]
10 - No Fun [Full Version]
MP3 (320 kbps) + artwork
Real cool time with BM105

26 commentaires:

projectobject a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Keith Michards a dit…

Qu'est-ce qu'on peut rajouter après une telle chronique ?

Arewenotmen? a dit…

A ranger entre les trois dernières sonates pour piano de Beethoven et "A love suprême" version live des toutes dernières formations de Coltrane en contemplant une madone aux seins lourds....

Jimmy Jimi a dit…

Hello Projectobject,
Eh oui, nous faire racheter encore et toujours le même produit... Heureusement, aujourd'hui, si on n'est pas allergique au MP3, on peut se régaler à moindre frais!
Tu n'es pas sorti de l'auberge pour Leadbelly, entre les changements de noms des musiciens, les crédits non respecter, les titres modifiés...

Hi Keith,
Il fallait que je me rattrape de ma flemme d'hier.

Hola Arewenotmen?,
Attention, j'ai le copyright sur les seins lourds!

PidGi a dit…

bon allez j'y vais... "je n'aime pas les stooges" et assez peu fan d'iggy pop en solo.
voila, c'est dit.
je me sens mieux :)

c'est un peu trop bruyant pour moi.
hormis "no fun" et "i wanna be your dog", je n'adhère pas à ce déluge sonique de guitares tendues et de batterie martelée.
raw power m'agresse tout autant (même le mix "plus pop" de bowie) alors que les seuls disques d'iggy que j'aime écouter sont, justement, ceux écrits/composés avec bowie ("the idiot" et "lust for life").

cela dit, j'admets et reconnais la puissance de ce groupe qui a ouvert la voix à d'autres courants punk, voire hard-rock... ils étaient précurseurs, novateurs et complètement barrés...
j'ai aussi un excellent souvenir d'iggy sur scène au zenith pour la tournée "american caesar" : un vrai show !

charlu a dit…

rhhoo quand j'étais minot, je confondais tjrs cette pochette avec celle des Doors, leur 1er.. m'a fallu qq écoutes et qq poils pour faire la part des choses :D
1969..bordel.

"Orgie sanguinolante".. je retiens ça dans ton billet fantastique.

Jimmy Jimi a dit…

Hello PidGi,
Si tu aimes "The Idiot" et "Lust for life", tu es à moitié pardonné (à moitié seulement!). Tu devrais peut-être essayer "Zombie birdhouse", il n'est pas vilain!

Hi Charlu,
Pour moi, il n'y a rien de plus excitant qu'un disque des Stooges (je ne parle pas de la reformation).

Arewenotmen? a dit…

Pas de problème Jimmy je préfère les petits (enfin en général) !

Jimmy Jimi a dit…

Petits ou gros, c'est comme blondes ou brunes : je les aimes tous et toutes!

Everett W. Gilles a dit…

Yo !
Vinyle + CD + mp3 : j'ai le compte mais faut toujours se méfier.
Je prendrai pas les bonus, les 35mn initiales sont éternelles.
Super chronique, Oh my, Boo-hoo !

Jimmy Jimi a dit…

Hello Everett,
J'ai réécouté ce matin sur le chemin du boulot et, à midi, le clavier s'est mis en branle presque tout seul!

Arewenotmen? a dit…

Le dvd d'un concert des Stooges tout juste reformés me fait regretter d'avoir manqué leur concert a la Fête de l'humanité en 2010. Les guitares pendaient certes sur les bedaines, mais il suffisait de fermer les yeux pour être projeté 35 ans en arrière... rien a voir avec la pathétique reformation du Velvet... A ce propos, j'ignorais que John Cale fût de la partie légendaire, mais ça ne surprend point.

Till a dit…

Ah Jimmy, moi aussi j'ai toujours envié ceux qui avaient eu la chance de découvrir ça en direct. 1969, année tellurique.

Rien à ajouter, juste à écouter. 3 exemplaires ? Le compte est bon.

Jimmy Jimi a dit…

Arewenotmen?,
Je n'ai pas été déçu du concert du Velvet à l'Olympia: ce n'était plus ça, mais les voir ensemble m'a quand même fait frémir.
Moe Tucker fut parfaite.

Hi Till,
Oui, le gamin qui s'est pris ça sans être préparé, ça a du le secouer!

Anonyme a dit…

Shame on me: je n'ai pas, donc je prends ! D'autre part, vous allez tous m'envier, puisque je vais découvrir !
Serait-ce par ailleurs demander la lune que d'avoir un lien pour Funhouse svp ? please please :-P
Merci d'avance !
Vincent

Jimmy Jimi a dit…

Hello Vincent,
Chouette, en voilà un qui va m'être redevable à vie!
Pour "Fun House", je te demande juste un peu de patience, n'hésite pas à me relancer si je suis trop long.

Joe Fracas a dit…

Raaaaaah ! Je l'avais déjà bien sûr!
Un jour, il faudra que je me jette à l'eau et que j'envoie les 7 cd des sessions de Fun House sorties chez Rhino Records....
La reformation du Velvet? j'en parlerai dans la Saga du Velvet....faut pas déconner c'était du tout bon quand même! L'adjectif pathétique me semble un peu fort...

Anonyme a dit…

merci Jimmy !
C'est quoi "un peu trop long" ? D'ici demain matin ? début mai ?
J'avais 2 ans en 69, donc trop jeune à l'époque ! Et il n'est jamais trop tard ! J'ai découvert les Faces l'année passée...
Bien à toi,
Vincent

Arewenotmen? a dit…

Ben je n'étais pas aux concerts de reformation du Velvet, mais ce que j'ai pu en écouter comme témoignage discographique (donc sans l'empathie due a la proximité physique) me fait persister dans cette opinion.

Anonyme a dit…

Arewenotmen? J'étais à Cannes pour le dernier concert de Ron en France et si je ne me trompe pas l'avant dernier de sa vie et certes sa guitare pendait sur sa bedaine. mais tu vois des concerts comme cela, bien j'e redemanderais toute ma vie. Et puis en 69, j'avais 17 ans. Et quelques années plus tard, à l'Open Market avec mon pote, assis sur le palier de la porte, rue des Lombards, et Yves (Adrien) les Stooges nous faisaient passer le temps et le temps avec eux à toujours continué.
Quant au Vevet, leur dernier bon concert n'était-ce pas au Bataclan le 29 Janvier en 1972 ?
Jean-Paul

Arewenotmen? a dit…

Cher Jean-Paul, comment pourrais-je ne pas acquiescer?

Audrey Songeval a dit…

Tout n'est pas parfait dans cet album, mais quad ça l'est, eh bien c'est dans le genre inégalé. Et il n'y a pas que la musique. A chaque fois, je suis saisie par sa modernité. Les textes aussi.
J'ai hate de découvror ce fameux CD2...

sorgual a dit…

A aimer jusqu'à la saturation ... du son.
Côté rock, mais j'ai trouvé un petit blog sympa tout en fichiers en 320 :discofilosanonimos sur l'adresse fissurarock.blogspot. le mot de passe pour les fichiers est : discofilos.

yggdralivre a dit…

des années plus tard et encore énormément de choses à dire, de traces à laisser, d'émotions à partager, de souvenirs qui se raniment tout seul... cet album reste tout de même un incontournable!

en lisant la chronique je me suis dis "il a trouvé les bons mots, mais bon je le connais par coeur", il a terminé sur la platine, il a terminé dans mes oreilles... deux minutes après le soleil avec un goût d'encre, les oiseaux se faisaient noir de jais, la vacuité rageuse de l'adolescence exhalée en fumée des bouches de ventilation des magasins zombifiés, une écume bouillante parcourait l'échine binaire d'un monde en déroute...
et pourtant, au milieu de la noirceur ça chaloupait encore, ça groovait sans imbécilité, sans dérive syncopée...
l'énergie était de retour.

reste plus qu'à fonçait voir le kiné, mais ça dérouille !

Lt. Fontaine a dit…

Je ne vois pas ce que je pourrais bien ajouter à la chronique...
(à part que je ne trouve pas qu'ils aient l'air si menaçant sur la pochette).
"Dave Alexander, à la basse, enfonce le rythme comme s'il assénait des coups de crans d'arrêt dans le cœur d'une fille". Ca invite à l'écouter à nouveau sous ce prisme...
Bien sûr, puisqu'il faut l'avoir en 3 exemplaires et que je n'ai pas ce second CD, je vais le récupérer !

Jimmy Jimi a dit…

Merci à tous pour vos derniers commentaires, je m'aperçois avec plaisir que les Stooges font toujours recette.