jeudi 26 novembre 2015

Pour la beauté du geste (feuilleton électrique) par Jimmy Jimi # 99


99. BIG TIME [TOM WAITS]

   C'était Alphonse qui m'avait initié à la cymbale à archet : « Tu verras, ça demande pas beaucoup de technique, juste un peu de doigté et une jolie dose de finesse. Si tu sais t'y prendre, tu devrais entendre le chant plaintif (mais harmonieux !)et la danse étrange de fantômes, zombies et autres vampires tout droit sortis d'un vieux film fantastique ! »

   Guillaume introduisit La Folie des grandes heures en multipliant les lourds roulements de mailloches sur le tom basse, puis je convoquai les esprits en caressant ma cymbale avant que l'archet de Polina ne me rattrape, puis celui de Christophe (à la manière de l'époustouflant Making time des géniaux Creation). En quelques secondes, un climat délirant fut installé. Quelques spectateurs ne purent s'empêcher de crier et d’applaudir avant l'arrivée du couplet, ce qui est toujours un excellent signe (surtout pour un groupe dont ils ignoraient tout encore quelques minutes auparavant).
   Ce qui me collait le plus de frissons avec ce titre, c'est quand le deuxième couplet s'arrêtait net, que nous laissions le silence s'installer pendant trois grosses secondes, comme si nous étions perdus, et que le refrain s'envolait enfin au milieu du beau luge : « En attendant la folie des grandes heures / donnez-moi / en attendant la folie des grandes heures / donnez-moi la lune ! » Là, on pouvait carrément se brûler le bout des doigts au contact du frisson ! Déjà, en pétition, la chanson me faisait monter des larmes mais, en concert, avec les frémissements de la foule, c'était pire (comme disait mon petit cousin Germain) !
   Pour que l'expérience soit véritablement ultime, Alphonse enfonçait le vieux clou du free, juste avant le final, en jouant son solo le plus débridé devant trois micros reliés à des pédales d'effets différentes (wha wha, flanger et fuzz, pour les spécialistes). Sa trompette faisait tourner les têtes comme un mage chavire les tables !

   Il y a des moments où un groupe doit être sans pitié avec son public ! Notre grosse ruse, c'était que Cyril attaque l'introduction de Gloria alors même que le reste de la troupe sculptait encore des statues de larsen sur les cendres fumantes du dernier refrain...
   Gloria, ce fut le pont magique entre le blues et la féerie des gandins du Swinging London. Van Morrison ne s'y trompa point en la reprenant quelques années lumières plus tard en compagnie de John Lee Hooker. Nous la jouions comme Polina l'avait imaginée : méchamment lente, dangereusement sombre et vicieuse...
   « J'aimerai vous parler de ma chérie, vous savez elle vient par là, environ un mètre soixante de la tête aux pieds. Vous savez elle vient par ici autour de minuit. Elle me fait du bien, Seigneur, elle me fait tant de bien ! » C'est un poème sexuel et diabolique, les Doors comme deux-mille-huit-cent-quatorze groupes se sont construits sur ces paroles et cette partition qui dépasseraient à peine du dos d'un ticket de métro ! A chaque giclée de bottleneck, Christophe hurlait des Gloria avec ses yeux, pendant que Polina violentait son violoncelle comme si Johann Sebastian Bach était le trisaïeul de Bo Diddley !


   « Et son nom est Gloria : G.L.O.R.I.A. ! »


19 commentaires:

yggdralivre a dit…

G.L.O.R.I.E.U.X

ça sonne moins bon... mais j'ai adoré !
franchement... mon préféré depuis le début du concert (bon j'adore le titre mais même, l'ambiance, le ton, le ... bref)...

Jimmy Jimi a dit…

Hello Yggdralivre,
Après les premiers chapitres, je me suis demandé si je devais faire un chapitre par titre. Là, j'ai un peu séché au milieu, ce qui m'a donné l'idée de l'enchaînement.
Merci, en tous cas, pour les généreux compliments.

Keith Michards a dit…

L'évocation de Gloria est un moment de pur délice !
Je viens aussi de découvrir Creation et son furieux Making Time… de sacrés méchants, ces gars-là !

Audrey Songeval a dit…

Je trouve que tu rends très cette impression de vivre très fort l'instant présent sans prendre le recul de ce qui se passe.
Y a peut-être juste le publique qui me semble idèalement réceptif à des illustres inconnus. A moins que le groupe soit diaboliquement bon, ce qui ne transparaissait pas à ce point lors des répetitons.
Je pinaille parce que c'est le chapitre que je préfère aussi sur le concert. En quelques phrases tu m'as immergée. Et je pense que ça rendrait encore mieux si on lit tout dans la foulée.

Tiens un morceau de Tom Waits que je n'ai pas ecouté depuis des lustres..

Jimmy Jimi a dit…

Hi Keith,
Voilà ce que c'est de ne pas télécharger tous les chefs-d'oeuvre que je poste, tu découvres Creation avec du retard!

Hola Audrey,
Je crois que le groupe découvre véritablement ses qualités au fil du concert!
J'espère que l'ensemble rend bien, de chapitre en chapitre, je n'ai pas encore trop eu le temps de revenir en arrière.

Everett W. Gilles a dit…

Wah-Wah, Flanger et Fuzz en série sur une trompette ? C'est cool ça, t'es sûr de flinguer les 2-3 premiers rangs, sacré pub pour un premier concert.
Je sais y a surement mieux mais pour moi Gloria c'est à jamais les Shadows Of Knight.
Faudrait la musique avec tes paroles, qu'on puisse comparer avec Mizanu !!

Jimmy Jimi a dit…

Hello Everett,
Comme raconté, la version de Mizanu est très différente de celle des merveilleux furieux de Shadows Of Knight (quel nom, tout de même!): plus lente, plus vicieuse (même si la leur est assez toxique) et davantage chargée en instruments.

Arewenotmen? a dit…

L'énergie brute (raw power) (et sophistiquée à la fois, de par l'instrumentarium de Mizanu) que tu sais évoquer me fait immédiatement venir à l'oreille la version live de "Gloria" par Eddie & The Hot Rods... prends-le comme un beau compliment !

Devant Hantoss a dit…

Plusieurs réactions
Pour l'instant la meilleure évocation du concert, le progrès du texte est à l'image du progrès du groupe.
Je comprends la réflexion d'Audrey, mais c'est la force de la fiction, quand exagérer rime avec frissonner. Voir les bio filmés d'artistes où la légende l'emporte davantage sur la réalité.
Sinon, cette fameuse "Lune" impossible de ne pas sourire au refrain, comment éviter l'image naïve de "Indochine", de "Air". À croire que les textes pop français sont à jamais marqués par Mélies.
"cymbale à archet" intrigant!! Mais GOOGLE ne m'a pas beaucoup éclairé sur l'instrument. Dommage. Un genre de "Scie musicale"?
Tiens, ce groupe a une telle "existence" que je commence à les jugers commes si ils existaient.
- Mes Coco, vous faîtes le grand écart, il va falloir choisir les contes et légendes, les grands espaces et leur dose de naïveté poétique OU BIEN à la Velvet, descendre au plus près et fouiller l'âme humaine, ses troubles et tourments. La fusion des deux vous entraînent déjà vers trop de mysticisme difficile à assumer. Réécouter GLORIA. Allez, bonsoir les enfants, c'était l'avis d'une baderne.

Jimmy Jimi a dit…

Hello Arewenotmen?,
Ce ne sont pas les reprises qui manquent (pas mal pour ce qui n'était, au départ, qu'une face B sur un single). Pour moi, Patti Smith demeure celle qui a poussé le bouchon le plus loin (quel intro!).

Hi Devant,
Je n'ai heureusement pas attendu Indochine (avec lesquels nous partagions un minuscule local de répétition à nos tout débuts) ni Air pour évoquer la lune (plus de la moitié de mes textes y faisaient référence) mais, le plus important, ici, c'est peut-être le jeu de mots sur "la folie des grandeurs" qui se transforme en "folie des grandes heures". (Et, avant Méliès, de nombreux grands poètes (mes amis Japonais entre autre) ont célébré l'astre magique...)
La cymbale à archet, c'est juste un archet avec le crin très tendu qui vient frotter le bord de la cymbale en offrant un son entre la cloche le le cri d'épouvante! Oui, dans l'esprit, on n'est pas loin de la scie.
Ce groupe n'a jamais existé dans l'état, mais j'essaye de transposer mes propres souvenirs pour rendre le propos le plus vivant possible.
Je suis à fond pour le grand écart. Regarde Ferré, il pouvait chanter des "tubes", parfois légers, puis se lancer dans de longues et profondes mélopées accompagné par un orchestre symphonique. L'homme n'est pas fait d'une seul pièce, il peut donc tout se permettre...

Devant Hantoss a dit…

Oui, je comprends. mais dans mon délire, j'imaginais une bande de jeunots qui avaient une présence indéniable sur scène mais sûrement pas l'étoffe d'un Ferré. Qui à ma connaissance n'a jamais été vers cette naïveté "Pierrot La Lune". Mais c'est un peu de ma faute, non seulement je reste à côté de la poésie en général mais je m'agace de celle d'un Prévert. Alors que je résonne bien avec l'esprit des Velvet sans savoir entrer dans la musique elle même. Va comprendre.
(Quand même, Aragon, Cocteau, je ne suis pas encore perdu!!)

Jimmy Jimi a dit…

Il n'y a pas de naïveté à chanter la lune, juste de la poésie.
Les gamins du début ont grandis, ils sont désormais en terminal. A cet âge, j'avais déjà rencontré Baudelaire ou Artaud.

Till a dit…

Excellent choix de reprise, il y a un truc particulier avec cette chanson. Une espèce de transe hypnotique, Van Morrison a probablement tutoyé la lune ou les étoiles le jour où il l'a écrite.

La lune inspire les poètes mais aussi les peintres.

nestor b a dit…

Ouep, comme d'autres, je rentre de plus en plus dans le concert, et donc j'imagine ce groupe de plus en plus réel ! J'ai beau le chercher dans les bacs ou sur infoconcert, je ne trouve rien ... Argghh
Le Big Time de l'ami Tom ouvre les portes de la folie. Celle des grandes heures (modestes et géniales -dixit DM-) de ton texte.
Et Gloria ! Que dire de Gloria !!?! si ce n'est que j'aimerais tant entendre la version de Mizanu, et que ma préférée (y'en a tellement) reste celle de Madame Patti Smith, grande poétesse devant l'éternel (Éternel Rock'n'Roll bien sûr).
Merci pour cet épisode !

nestor b a dit…

(Ps (pour les curieux) :
https://www.youtube.com/watch?v=VgNeBNMJFZs
https://www.youtube.com/watch?v=JH2rg7Fmcz8 ('tin de concert, j'y étais !)

Jimmy Jimi a dit…

Hello Till,
Justement, je trouve qu'il n'y a pas assez de peintures, mais j'en ai certainement loupées.

Hi Nestor,
C'est exactement ce que je pense comme écrit plus haut.

Till a dit…

Salut Jimmy,

La lune est très présente chez Miro et chez Klee. Plus modestement, je l'ai mise en scène aussi dans plusieurs tableaux.

Jimmy Jimi a dit…

C'est peut-être moi qui suis Miro ou qui n'ai pas trouvé la Klee (mince! c'est Devant qui déteint sur moi)!

nestor b a dit…

As-tu pensé à chercher dans le tiroir Dubuffet ?