lundi 20 juin 2016

VARIOUS ARTISTS ~ Focus On latin Jazz (By Zocalo) [H.M.C. 2016]


C'est sous le régime du colonel Fulgencio Batista, président puis dictateur à la solde des Etats-Unis, que se développent les premiers échanges entre les orchestres de danse cubains et étatsuniens. A cette époque, Cuba est le terrain de jeu des Etats-Unis. Alcool, jeu et prostitution, on a pu dire que Cuba était, dans tous les sens du terme, le bordel de l'Amérique. Durant les années 40 et 50, les orchestres de danse des deux continents sont confrontés au même problème : s'imposer face à des centaines de danseurs dans des salles de plus en plus grandes. Ainsi naissent les big bands composés de sections de cuivres, de bois (essentiellement saxophones) et d'une section rythmique (piano, basse, batterie), augmentée pour les orchestres cubains d'une véritable section de 3 à 5 percussionnistes. Des musiciens cubains (Machito, Chano Pozo...) intègrent aux Etats-Unis des orchestres de jazz et donnent naissance aux premiers enregistrements de latin jazz. L'engouement des artistes et du public retombe brutalement en janvier 1959 après la révolution cubaine menée par Fidel Castro. Il devient inconvenant de jouer de la musique cubaine aux Etats-Unis, et à Cuba, le jazz devient la musique de l'ennemi. Le latin jazz sera remplacé quasi-instantanément par un autre style musical venu cette fois-ci du Brésil, la bossa nova. Mais ceci est une autre histoire. Le latin jazz réapparaît de façon fulgurante en Europe le soir du 20 juillet 1978 au Festival de Jazz de Montreux. Irakere, un groupe cubain totalement inconnu, déboule sur scène et emporte l'enthousiasme du public. Le latin jazz venait de renaître de ses cendres.
ZOCALO (Merci d'avance pour vos commentaires !)


01 - Gil Evans - Las Vegas Tango
02 - Nilo Espinosa y Orquesta - Jumping with Symphony Sid
03 - Louis Armstrong - The Peanut Vendor
04 - Bebo Valdés - El Manisero
05 - Charlie Parker & Machito - Okiedoke
06 - Mongo Santamaria And His Orchestra - Watermelon Man
07 - James Moody And His Bop Men - Tin Tin Deo
08 - Arturo Sandoval - Tin Tin Deo
09 - Rosemary Clooney & Perez Prado - Adios
10 - Caribbean Jazz Project - Stolen Moments
11 - Dizzy Gillespie - Manteca
12 - Poncho Sánchez - Manteca
13 - Kenny Garrett - Chucho's Mambo
14 - Kip Hanrahan - Short Eyes Prison Rehearsal Boogaloo
15 - Stan Kenton - Mambo Rhapsody (Mambo on my mind)
16 - Pedro 'Peruchin' Justiz - The Man I Love
17 - Louie Ramirez - On Green Dolphin Street
18 - Claude Thornhill - Mambo Nothing
19 - Woody Herman - Bijou (Rhumba A La Jazz)
20 - Jam Miami - Medley Para Tito
21 - Irakere - El Duke
MP3 (320 kbps) + front cover
Latin jazz with BM266


13 commentaires:

Keith Michards a dit…

Normalement, le jazz je prends pas. Mais si on ajoute un peu de muscade et de citron vert, je veux bien essayer !

yggdralivre a dit…

très jolie liste... ceux que je connais sont "sûrs", les autres alléchants (les quelques uns écoutés ont le zeste amer et acide de bon aloi)... et merci pour la (nécessaire) contextualisation !

Jimmy Jimi a dit…

Hello Zocalo,
Bravo pour les variations de styles et d'époques - et tout est excellent!

Audrey Songeval a dit…

Heureusement qu'il y a ce blog pour nous donner un peu de soleil. Je connais la musique cubaine à travers leur musique "traditionnelle" et leur flopée de genres (disons que j'ai une compil' qui couvre les années 40/60).
C'est incroyable la richesse musicale de cette petite île, sans compter les fabuleux musiciens qui y vivent (vivaient?). Je note qu'il y a quand même quelques "touristes" de renom.
Un grand merci à toi, Zocalo.

Zocalo a dit…

Merci à tous. Ce qu'il y a de bien, avec le jazz, première musique métisse de l'histoire, c'est qu'il continue à se mélanger avec d'autres musiques issues de lui : le rock, le rap, l'électro. J'aimerais bien, l'année prochaine (je parle en année scolaire), vous présenter cette période trouble où certains orchestres ont marqué la transition entre jazz et rock'n roll. Clint Eastwood parle très bien de cette époque dans son film "Bird". Mais pour l'heure, nous restons sur le continent sud-américain. Et dans les îles.

chenlina a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Keith Michards a dit…

J'ai goûté à cette potion. C'est vrai que c'est joyeux et dépaysant, mais je n'accroche pas plus que ça. Et puis ça manque terriblement de paroles… Oui ? Non ? Oui ?…
Vivement une compile sur Pierre Bachelet !!!!!

Jimmy Jimi a dit…

Je te comprends, keith, il existe aussi des gens qui trouvent que les livres manquent de musique!

Keith Michards a dit…

Que fais-tu de la musique des mots ?

Jimmy Jimi a dit…

Je ne parlais pas de moi car j'entends autant de musique quand je lis Céline que j'entends d'histoires racontées quand j'écoute une belle trompette.

Zocalo a dit…

Dans les romans d'Haruki Murakami, qui a dirigé un club de jazz, il y a une véritable bande-son. Les titres et les interprètes sont cités, et les morceaux existent vraiment.

Keith Michards a dit…

En moins "classiquement littéraire", je citerai aussi Bernard Werber qui propose une écriture rapide, simple et rythmée. Un peu comme le rock !

Lt. Fontaine a dit…

Avec un peu de retard: merci beaucoup pour cette compilation.
Je connais seulement certains morceaux, donc j'ai hâte de découvrir le reste de ce panorama.