mardi 13 décembre 2016

PERFECT WEEK # 2


Mardi 13/12 : Introspection : La chanson parfaite que l’on écoute le mardi midi, lorsque l’on s’isole pendant la pause méridienne pour se retrouver avec soi-même.

ENNIO MORRICONE : Dopo l'esplosione (thème de giù la testa) 
Ça a été le morceau le plus difficile à choisir (et j’hésite encore en rédigeant ces lignes). Je pense inutile de faire les présentations. C’est simplement un titre où l’on se retrouve seul, parce qu’on a tout perdu et qu’il faut pourtant continuer d’avancer. Mais il y a aussi dans cet étrange apaisement d’après l’après, l’espoir que malgré tout on est pas totalement seul, parce que justement on ne l’a pas toujours été. Et quand la musique s’arrête, c’est tout un film dans ma tête qui recommence, fait de rêves, de moments absurdes, tragiques ou grandiose et surtout d’amitiés qui se taisent par pudeur ou qui hurlent trop fort de peur qu’elles ne s’éteignent.
Audrey SONGEVAL

MARK MULCAHY : Hey self-defeater
Un titre qui en dit long. Des paroles incroyables. Des phrases attrapées au vol, qui me parlent, autant par leur sens que leur musicalité. Au vol, c’est le mot, c’est bien en volant qu’elles s’échappent de la bouche de Mulcahy, cette voix, bon sang quelle voix, c’est de loin le plus bel instrument dont il saura jamais jouer. Alors non, je ne suis pas sûr de ce qu’il veut VRAIMENT dire, et je ne saurai m’approprier totalement les sentiments qui le guident. Mais il me parle et je l’écoute. J’entends ces bribes de phrases qui m’interpellent, m’étonnent, me sidèrent, me font un peu peur. Ou me rassurent, comme cet étrange optimisme qui sera, envers et contre tout, la dernière image que me laissera cette chanson. Allez, barrez-vous maintenant, j’ai VRAIMENT besoin d’être seul.
Everett W. GILLES

WALLENSTEIN : Mother universe 
Un morceau pour se poser, se souvenir, rêver, se laisser embarquer… 
J’étais le seul de la bande à l’avoir acheté, du haut de mes quinze ans, dans cette période bénie où l’on s’ouvrait à tout, avec ce krautrock, véritable pont entre la grandiloquence du glam-rock, l’inventivité du rock progressif, et ce côté presque symphonique du Floyd.
Je ne me suis jamais lassé de la progression inexorable du morceau, il me scotche toujours au début, puis me réveille assez pour retourner au travail. 
SORGUAL

JOHANN SEBASTIAN BACH (transcription Feruccio Busoni) : Prélude choral BWV 599 "Nun komm', der heiden Heiland" (Dinu Lipati - piano, 1950)
Bach. Evidemment. "Bach" : "ruisseau" en allemand. Ruisseau sur lequel on se penche et qui dans ses eaux vous reflète le Monde. Humble ruisseau dont les eaux s’élèvent bientôt en une immense et somptueuse cathédrale qui vous accueille, vous abrite et devient un lieu de consolation…
Lors de la dernière année de sa vie, Dinu Lipatti enregistre cette transcription pour piano d’un choral ("Viens maintenant, Sauveur des païens") d’ouverture d’une cantate de Bach. Son décès en 1950, à l’âge de trente-trois ans, nous aura privé beaucoup trop tôt de la fluidité, de la limpidité, de la probité de son jeu et de l’émotion profonde qui s’en dégage. Et chante le ruisseau… 
AREWENOTMEN?

NICO : Janitor of lunacy
Il n'existe aucune étiquette pour coller sur le front de Nico ni aucune case pour la ranger. Elle est si seule que tous les solitaires peuvent venir se répandre à ses pieds ! Cette chanson, c'est l'ombilic des limbes. On en revient jamais. On n'a jamais envie d'en revenir. 
Jimmy JIMI 
Tuesday 5

Grand Jeu Interblogs 'Perfect Week' : Les participants

El Norton http://last-stop-this-blog.blogspot.fr/

Fracas64 ( http://fracas64.eklablog.com/ )
Spoutnik ( https://lasoupedeson.wordpress.com/ )
Xavier ( http://blinkinglights.canalblog.com/ )
Till ( http://thisbeautifuldowngrade.blogspot.fr/ )
Charlu ( https://leschroniquesdecharlu.blogspot.fr/ )
Keith Michards ( http://keith-michards-compiles.blogspot.com/ )
Francky 01 ( http://muziksetcultures.blog.sfr.fr/ )
Jimmy ( http://les-bruits-magiques.blogspot.fr/ )
Arewenotmen? ( http://les-bruits-magiques.blogspot.fr/ )
Audrey ( http://les-bruits-magiques.blogspot.fr/ )
Sorgual ( http://les-bruits-magiques.blogspot.fr/ )
Guigui6370 ( http://les-bruits-magiques.blogspot.fr/ )
Alexandre & Etienne ( https://lapopdalexandreetetienne.blogspot.fr/ )
Sadaya ( http://impulsionselectriques.blogspot.fr/ )
Devant ( http://gaitapis.blogspot.fr/ )
Pascal Georges ( http://lifesensationsinmusicii.blogspot.fr/ )
Chris ( http://http://mapetiteboiteamusiques.blogspot.fr/ )
Elnorton ( http://last-stop-this-blog.blogspot.fr/ )



23 commentaires:

Keith Michards a dit…

Encore de bien belles choses dans cette collection. La chanson est Nico me semble quand même un peu sombre pour un moment de détente. Quant au titre de Bach, rien qu'à l'idée d'écouter du classique, ça me colle des bouton sur le zguègue !!!!! ;-)
Bonne journée, les amis

Sadaya a dit…

@Audrey: ce choix est excellent, je suis bien contente que tu l'aies gardé...
@Everett: c'est fragile, cassé, à bout. Parfait.
@Sorgual: seul devant cette immensité à 15 ans, ça ne t'a pas fait pas peur?
@Arewenotmen: c'est beau, dis...
@Jimmy: Nico, une évidence ici, pour ce thème, pour toi.

Alexandre G a dit…

Morricone tourne aussi souvent chez moi, pour l'introspection ou la contemplation béate. Excellent choix Audrey, le morceau est bouleversant et apaisé à la fois, ce mélange peu commun se prête bien au thème. Je suis content que tu sois restée sur celui-là également.

EWG nous régale encore d'un titre indé obscur (pour moi en tous cas), qui rappelle un peu Jeff Buckley, j'adhère totalement, et puis pour l'introspection on est pile dans le thème. Thanks man !

Très emphatique le Wallenstein, mais comme je l'ai dit ici ou là, c'est pas mal aussi un peu d'excès, d'emphase, d'énergie ou de rythme
pour l'introspection, ça change des éternels titres dépressifs (dont le mien fait partie). Et puis c'est une découverte pour moi, merci Sorgual !

Bien vu le Bach d'Arewenotmen?, pour l'introspection c'est parfait. Cette transposition piano en particulier je ne connaissais pas, c'est bouleversant et intemporel.

J'aurais dû venir voir le Nico, tellement évident venant de Jimi... Ceci dit, j'aurais pas pris celle-là, l'introspection est ici profonde, oppressante et déprimante. Donc surprise quand même. Trop de lucidité crue et pure dans ce morceau, ça ferait trop mal toutes les semaines. Mais une fois de temps en temps, il faut y passer. Et après tout la Perfect Week n'est pas une semaine comme les autres. Très bon choix !

charlu a dit…

Audrey, rien de tel qu'un son vaste cinématographique pour fouiller en dedans, un truc sans mot pour se les trouver soi même. C'est aussi ce que je préfère quand je roule longtemps.

Tu dis n'importe quoi l'Evrett, moi je reste, j'écoute jusqu'au bout et on en parle après... bien ouej, mais ça marche pas, on te laissera pas sur ce coup là.

Sorg, c'est une grande découverte pour moi.. tout ce que j'aime.. Floyd avec une petite voix Bowie. Je suis sur le full album youtub..merci.

Te voix bien sur un banc Djim, avec l'esprit Nico assis à côté pour "instrospecter". Magnifique ce morceau.

Pascal Georges a dit…

Tout, en bloc...
Une set liste parfaite à enquiller et qui ratisse large.
Impec-mais il me faudra plusieurs pause méridiennes... c'est "copieux" et doit mériter des arrêts à chaque station musicale.
THX à vous.

Chris a dit…

Que de diversités pour ce mardi, tout peut fonctionner, comme le dit Pascal...
mais ma préférence irait à Mark Mulcahy néanmoins...;)

Audrey Songeval a dit…

@Everett: Mais c'est qu'il serait sensible derrière le masque de fanfaron? Tu cache bien ton jeu :)

@Sorgual: Faut que je le laisse décanter celui-là, parce qu'il y les parfums que j'aime pas trop dans l rock prog. Mais j'au appris depuis que je me trompais souvent sur le genre et que je n'avais là que de très mauvais préjugés.

@Arewentotmen: Bach n'est pas encore dans mes moeurs les plus familières. Le classique me touche spontanément à partir du 19eme siècle. Avant, je rentre encore plus difficilement. Bach ma parait encore un peu "austère" (oui, je sais, je blasphème), mais j'ai de bons espoir le concernant. :)

@Jimi: C'est vrai que question solitude, la musique de Nico vous saute au visage. Par contre, je n'arriverai pas à l'écouter avec des gens autour. C'est une plongée souterraine en moi-même.

El Norton a dit…

Une bien belle brochette, avec des 'classiques' comme Bach ou Morricone. J'adore aussi le titre de Nico, évidemment.
Mulcahy, je reconnais bien le choix d'EWG, et j'adore cet artiste.
Enfin, Wallenstein, seul que je ne connaissais pas dans cette sélection, me plaît vraiment par certains côtés, mais reste peut-être un brin trop 'prog' pour moi.

yggdralivre a dit…

@Audrey: ça faisait longtemps que je n'avais pas écouté du morricone... c'est beau ! merci pour le rappel !

@Everett: un petit côté buckley (comme dit plus haut) mais si j'ai du mal avec jeff, je ressors de ce morceau assez intrigué, je ne connaissais pas... merci de la découverte

@Sorgual: j'aime ! je ne connaissais pas peut-être la tessiture proche de shawn phillips par moments m'a-t-elle aidé, mais j'ai très vite adhéré

@Arewenotmen: trop facile ^^ forcément c'est superbe :)

@Jimmy: tiens ! je suis surpris JJ qui opte pour Nico...^^

sorgual a dit…

J'ai eu un peu de mal avec les morceaux un peu lents ou oppressants en milieu de journée, que je préfère déguster bien installé le soir, mais le Mulcahy se mange sans fin et avec envie. J'adopte.

Everett W. Gilles a dit…

@Audrey : ça fait plaisir d'écouter ça, tout seul j'y aurais pas pensé.
Je t'en filerai moi, du fanfaron ... Ma proposition tient toujours d'être le premier patient de ton futur cabinet de psy (suis sûr que tu t'en souviens pas)
@Sorg : ah, c'est toi qui l'avait acheté ? J'étais hermétique à l'époque, ça va pas mieux en vieillissant ...
@Arewe : c'est de l'introspection, je vais pas m'immiscer ...
@Jimmy : j'aurais du jouer au Loto aujourd'hui ! Je suis pas fan de la dame mais ce morceau dégage une puissance sourde et folle.
@KeithM : c'est dans le contrat du proprio ''que des choses bien belles'' !
@Sadaya : suis bien d'accord. Mais comme écrit, une petite pointe d'optimisme, juste pour dérouter ...
@Charlu : assieds-toi, c'est le coin des branleurs éplorés. Promis, on discute après.
@PG: ratisser large, ça aussi c'est dans le contrat du patron !
@ElNorton : on est plusieurs ici à être fans (y en a un qui s'est pas encore exprimé, levé avant les autres mais déjà couché j'imagine ...) , moi j'en suis dingue, et Polaris, et Miracle Légion !
@yggdra: j'ai la faiblesse de trouver Mulcahy unique, mais je suis faible ...
Thxs everybody !

Everett W. Gilles a dit…

@Chris : welcome to the club, non pas des branleurs mais des fans de MM !

Bastien Etienne a dit…

Le Morricone prend au trip, se laissant désirer de se sifflement séducteur et énigmatique sur une mélodie qui ne l'est pas moins. Merci Audrey, ton choix est parfait !

EWG ton Mark Mulcahy, dont j'ignorais l'existence, est vraiment approprié. D'une belle authenticité musicale et poétique, là où ça peut vite tourner aux clichés. Un très beau moment que tu nous offres, se terminant aussi simplement qu'il a commencé.

Une découverte pour moi aussi le Wallenstein alors que je suis pourtant grand amateur de Krautrock (quoi que le style est assez anglais là) ! Intéressant que morceau introspectif avec ces variations d'intensité sur fond de rock psyché. Merci !

Le Bach prend au tripes, quel génie de composition. La transposition au piano est très intéressant avec cette superbe interprétation très engagée (même si dans mon cœur rien ne vaut l’interprétation à l'orgue, mais ça n'engage que moi bien sûr).

Jimmy ton choix cloture vraiment très bien tous ces choix, avec cette superbe "psaume" ésotérique.

Chapeau à tous !






Till a dit…

@Audrey : à part "splendide" je ne trouve pas de qualificatif pour Ennio. Joli choix.

@EWG : no comment ! J'étais tenté par "Where's the indifference now". Celle-là marche super bien. On va finir par le faire ce doublon.

@Sorg : houailleoucharrrghhumpf. Ah désolé là je ne suis pas dans mon monde. J'introspecte pas, je somatise. C'est grave Docteur ?

@AWNM : pas tous les jours mais superbe. En plein dans le thème.

@Jimmy : le disque le plus douloureux de la dame, le plus douloureux pour moi s'entend, tellement j'ai souffert pour entrer dedans. Ce qui me fait mesurer le plaisir qu'éprouve celui qui y parvient. Je me souviens de ce Janitor, j'avais été...impressionné. Je le suis toujours à la réécoute, il est magnifique.

Anonyme a dit…

I can't find the link to Audrey's link. Can someone help?
Gorgeous idea this perfect week, and well done!
Regards
Carlos

Audrey Songeval a dit…

@Everett: effectivement, j'ai dû zapper quelque chose. Quand tu m'avais marché sur les pieds en dansant? Ou quand je me suis mariée avec plusieurs dans la même journée avec vous? Sinon, je ne vois plus...
Au fait, même si tu ne veux pas que cela se sache... Je t'assure qu'on sent un coeur énorme qui bat (notamment quand tu as essayé de danser deux fois de suite sur des morceaux de Swami)...

@caarlos: I was very late for the Game. I mailed the musical stuff to Jimmy only last light... All my choices for the end of week are there: http://www66.zippyshare.com/v/Wa3PNraJ/file.html
But keep it secret for the others! :)

@Till: comme je l'ai dit sur le blog d'Etienne et Bastien, j'ai longtemps hésité avec 'Til I die des Bach Boys (mais ça faisait un peu morbide après le titre des Godfathers...)

Everett W. Gilles a dit…

@Bastien : Mulcahy , c'est un vrai compagnon de route pour moi. Il a le respect de ses pairs et mériterait ... un peu plus.
@Till : on va essayer de slalomer, à l'aveugle ! Y avait aussi I Shot Myself In The Foot Again, mais le compteur d'écoutes fait foi chez moi, c'est bien Self-Defeater ...
@Carlos : glad you enjoy.
@Audrey : je rougis mais je garderai mon sang-froid, c'était justement dans les comms de Swami !
Thxs All

Audrey Songeval a dit…

@Everett: va falloir que je me fasse un carnet des bêtises que tu dis (ou à moins que je note aussi les miennes)... Mais si j'ouvrais un cabinet, fais gaffe à tes oreilles pour la musique dans la salle d'attente, ce serait le test ultime pour que je t'accepte comme patient. Pas de SWAMI ou de Slim, que des trucs de filles pour te révéler ton "moi" profond. Et crois-moi, je saurais être en retard pour en être sûre... :)

Everett W. Gilles a dit…

J'ai une faiblesse : j'ai peur de rien (t'en trouveras bien 2-3, pas de noms, qui te diraient que c'est à ça qu'on me reconnaît)
... et une qualité : je ne dis jamais de bêtises.

Devant Hantoss a dit…

ENNIO MORRICONE : Dopo l'esplosione (thème de giù la testa)
Tiens, je ne sais pas si c’est ce que tu voulais dire, moi c’est le thème qui m’a été le plus pénible, tentant d’être dans le trop privé. Ce Ennio, ce Leone, l’excroquerie du titre « il était une fois.. » ce désenchantement sans découragement. Moi qui écoute souvent cet album, je n’avais pas été attentif à celui-ci, mais tu le racontes si bien.
MARK MULCAHY : Hey self-defeater
Poignant, et tu as raison, cette voix, ce tremblement qui me fait penser à l’Afrique. Je ne sais pas pourquoi. Bon, je te laisse
WALLENSTEIN : Mother universe
Impossible de ne pas penser à VDGG. J’ai été séduit. Et ce mellotron. Comme j’ai longtemps baigné dans ces sonorités, forcément…
JOHANN SEBASTIAN BACH (transcription Feruccio Busoni) : Prélude choral BWV 599 "Nun komm', der heiden Heiland" (Dinu Lipati - piano, 1950)
J’ai été poussé vers les versions à l’orgue (André Isoir), superbe aussi, mais bien entendu et donc merci, le Piano nous est plus proche, plus intime et réconfortant. Quel beau mardi.
NICO : Janitor of lunacy
C’est certains, si j’écoute NICO, c’est parce que Jimmy n’est pas loin.Les déesses m’ont toujours fait peur. Davantage les fantômes de déesses.

Everett W. Gilles a dit…

Non mais tu peux rester, on se fait l'album en entier si tu veux.

Xavier a dit…

oh là là, quel eclectisme ! et moi qui ne connais aucun de ces titres.... je ne sais où donner de l'oreille...

Xavier a dit…

pour cet épisode, j'ai choisi Mark Mulcahy, que je ne connaissais pas. très beau morceau, bien pour s'isoler quand le monde nous a vraiment saoulé!