lundi 8 février 2016

VARIOUS ARTISTS ~ Le Rock D'Ailleurs Volume 6 : México (Los Famosos) [HMC. 2016] Par Zocalo


Deuxième pays d'Amérique latine hispanophone après l'Argentine par sa superficie, premier par sa population, le Mexique possède de nombreuses similarités avec le pays de Messi (ou de Carlos Gardel, c'est comme vous préférez). On pourrait croire qu'il en est de même pour le rock, à savoir : pas de grandes vedettes mondialement connues et absence quasi-totale de présence féminine. Eh bien, pas du tout. C'est même tout le contraire. Le Mexique possède en effet une star de dimension mondiale en la personne de Carlos Santana. Plus récemment, Rodrigo y Gabriela souleva également les foules dans le monde entier. Pour autant, l'influence de Santana dans le rock mexicain est insignifiante, pour ne pas dire inexistante. Les musiciens mexicains ne se reconnaissent pas dans la musique de Santana, identifié comme un groupe 100% "gringo", c'est-à-dire américain des USA. La source d'inspiration des rockers mexicains vient donc plutôt des locomotives historiques américaines et britanniques. D'autre part, une caractéristique réconfortante du rock mexicain est la place de choix faite aux femmes. Ely Guerra, Natalia Lafourcade, Rita Guerrero, Betsy Pecanins, Carmen Leñero, Julieta Venegas qu'on connaît en France pour son duo avec Olivia Ruiz, et surtout l'immense Cecilia Toussaint (c’est elle sur la photo) sont de véritables vedettes, dont l'audience va bien au-delà du seul public rock. Cette particularité sans équivalent en Amérique latine me permet de vous offrir une compile parfaitement paritaire, une rareté dans la série du Rock d’ailleursVéritable mosaïque de 32 états possédant tous une très forte identité culturelle, le Mexique méritait bien deux chapitres. Dans ce premier volet, vous trouverez les groupes les plus connus, ceux dont on voit les affiches de concert dans les villes ou qui sont connus en dehors des frontières du Mexique.
ZOCALO (Merci d'avance pour vos commentaires !)


01 - Intro
02 - Julieta Venegas - Sabiéndose De Los Descalzos
03 - Jaguares - A Través De La Pared
04 - Maru Enríquez - Se Necesita Luz
05 - Caifanes - Nos Vamos Juntos
06 - Cecilia Toussaint - Ezquizofrenia
07 - Café Tacvba - Déjate Caer
08 - Lila Downs - Dignificada
09 - KGB - Chasco
10 - Jessy Bulbo - Jaslo Casvie 2
11 - Molotov - Chinga Tu Madre
12 - Carla Morrison - Pan Dulce [Radio Edit]
13 - Botellita De Jerez - Todos Tienen Tortita Menos Yo
14 - Aurora Y La Academia - Horas
15 - Tijuana No! - Patetico Cuadro
16 - Natalia LaFourcade - Hasta la Raiz
17 - Los De Abajo - Resistencia
18 - Laura Vázquez - En Otra Parte
19 - Real De Catorce - Al Poeta
20 - Ely Guerra - Ángel De Fuego (Acústico)
21 - Santana Brothers - Blues Latino
22 - Rodrigo Y Gabriela - 11-11
23 - Outro
MP3 (320 kbps) + artwork


11 commentaires:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Jimmy Jimi a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Everett W. Gilles a dit…

Yo !
Bah là déjà je connais pas grand-monde, qu'est ce que ça sera pour le Vol 2 ...
Je m'étais intéressé à Café Tacvba à la suite de leur morceau avec Los Lobos, et du coup East-LA ça fait partie du Mexique ou pas ?

dado a dit…

Muchas gracias señor Zocalo. Parmi les divinas mujeres mexicaines, il y en a une que j'aime particulièrement, la señora chanteuse, claviériste et guitariste Teresa Suárez (alias Teri Gender Bender) membre du groupe garage rock "Le Butcherettes" qu'elle a fondé en 2007 à Guadalajara. Elle est souvent comparée à Siouxsie Sioux ou Björk par son look et son talent. Un album pour vous permettre de juger.
Le Butcherettes - Cry Is for the Flies [Bonus Track Edition] (2014) @ 320 kbps: http://www86.zippyshare.com/v/K493zIIb/file.html
Quant à moi, je vais découvrir les pépites de Zocalo de ce pas. Estimados amigos de "sonidos mágicos", buena suerte.

Anonyme a dit…

@Dado : j'adore ce principe des petits suppléments sous forme de lien. Merci beaucoup, je vais écouter ça.

@Everett : je n'ai mis dans la compile aucun groupe latino basé aux US, mais ta question sur East LA est judicieuse : au 19ème siècle, la Californie et 5 autres états du sud des US étaient mexicains.

Zocalo

Jimmy Jimi a dit…

Certains passent leur hiver à la montagne à descendre des pistes; personnellement, je préfère me faire bronzer les oreilles avec les florilèges de Zocalo! Caramba! elle chauffe, celle-ci!

Audrey Songeval a dit…

J'ai enfin pu jeter une oreille à ta compil'. J'avoue qu'au début, vu de loin, le Mexique et la musique ne m'évoquaient qu'une image caricatural avec ses sombreros, musicien à moustache tout de blanc, oui, comme dans Le Magnifique avec Bebel et les couroucouroucoucou.... Et puis je me suis rappelé la beauté des trompettes mexicaine de Love et celles de Ring Of Fire... Et puis, les thèmes de MOrricone. Bref, plein de trompette...
Résultat, j'étais intriguée d'entendre ta compil. Et comme d'habitude, elle est très bien fait. Les styles sont variés et montrent à quel point le Mexique aime et vit à travers la musique. Et on sent souvent de vraies racines, pas juste une copie conforme des anglo-saxons.

Mais je crois que je suis pas faite pour ce type de compil'. En soi, si je devais me dire que j'ai envie d'écouter la musique d'un pays, je crois que je n'aurais pas spécialement envie de me plonger dans le monde pop/rock etc. mais plus de découvrir une anthologie des racines musicales du dudit pays et comment les musiciens ont transmis cette héritage.
Cela dit, même si j'ai l'air sévère, y a de jolies rayons de soleil (j'aime bien Natalia Fourcade, Sabiendose de los Desalzos, Lila Downs), surtout celui qui vient des femmes en fait.

Anonyme a dit…

@Audrey : C'est vrai que la découverte de la musique d'un pays peut se faire de différentes façons. Mais pour avoir étudié la question depuis quelques années, je crois que nous ne sommes pas armés pour faire la différence entre les musiques folkloriques des différentes régions d'un pays aussi complexe que le Mexique. Ces musiques sont systématiquement accompagnées de danses, et nous n'avons pas les clefs pour apprécier les faibles nuances (à mon sens) qui existent entre les traditions du Yucatan (Mérida) et celle du Quintana Roo (Cancun), pour prendre un exemple facile.
L'avantage du rock, c'est qu'il utilise des codes (rythme binaire, instruments électriques) qui nous sont connus, car identiques partout dans le monde. Mais bien sûr il en serait de même pour le jazz. Du coup, l'influence des musiques locales nous est plus immédiatement perceptible. Ceci dit, la grande surprise quand j'ai commencé ces compiles de rock d'Amérique latine a été de constater que ces rythmes ou ces instrumentations particulières n'étaient pas l'essentiel.

En effet, ce qui fait la différence entre le rock d'Argentine et celui du Mexique, pour ne parler que d'eux, ce n'est pas tant le métissage avec les musiques locales. Il existe, ce métissage, bien sûr, mais il y a un facteur bien plus important, c'est l'état d'esprit des musiciens qui le pratiquent, leur background, leur environnement et leur histoire.

Comme leurs peuples, on pourrait dire que le rock argentin est fier et nonchalant, que le rock mexicain est chaleureux et violent, et aussi souvent fortement politisé. On le verra sans doute mieux dans le deuxième volet où ces particularismes sont plus visibles, malgré que j'en aie écarté les expressions les plus extrêmes.

Zocalo

Keith Michards a dit…

Ola, amigo Zocalo !
Je rentre à l'instant d'Auvergne, je charge illico cette compile et je t'en cause d'ici peu !

Keith Michards a dit…

Voilà une compile qui donne envie de sauter dans le premier charter : direction Ciudad de México !
Superbe collection d'ambiances plus épicées les unes que les autres.
Et viva Zapata, bordel !!!

Anonyme a dit…

Ademas : El pueblo unido jamas sera vencido ! Tiens, et pourquoi pas une compile de chansons politiques ?

Zocalo