jeudi 15 septembre 2016

Pour la beauté du geste (feuilleton électrique) par Jimmy Jimi # 121


121. CHANGES [DAVID BOWIE]

   Ah, les ignobles, les vils faquins, les noms d'oiseaux ! Ils profitèrent lâchement que je me morfondais au fond de mon trou malodorant pour remplacer toutes nos magnifiques pochettes cartonnées par de ridicules machins en plastoc moche ! La tête me tourna, le sol se déroba sous mes pieds et des cheveux blancs me poussèrent prématurément... Et ce sont les mêmes goujats profiteurs qui, aujourd'hui, pleurent et se lamentent en maudissant Internet et le téléchargement illégal. Et quoi, la toiture du château est déjà à refaire, le marbre de la piscine à remplacer ?

   Il faut réexpliquer pour les jeunes générations. A l'époque, la fabrication de leur fichu compact disc (ça, pour être compact – autant collectionner des timbres !) coûtait à peu près deux fois moins chère que celle d'un vinyle, mais ils n'hésitèrent pas à nous fourguer leur camelote pour le double ! Las, ce n'était que le début de l'escroquerie. Après s'être cassé trois ongles pour retirer la cellophane, on se retrouvait trop souvent avec un boîtier endommagé. Ensuite, il fallait investir dans un microscope pour tenter de déchiffrer le livret. Tous ceux qui étaient habitués à fantasmer des heures sur les pochettes n'avaient plus qu'à se trancher les veines avec le disque miroir ! En une poignée de semaines, le plus bel objet du monde devint ringard, et les fans furent transformés en vieillards d'un sale coup de baguette tragique... Les nigauds ne purent s'empêcher de s'extasier devant ce mur du son clinique, mais ceux qui possédaient de vraies oreilles hurlèrent au sacrilège : qu'avait-on fait de la rondeur des graves, du mordant des aigus, et quid de l'alchimie magique des deux réunis ? Ô foutaise et révolution du grand bernique ! Enfin, il faut tout de même être juste, le bidule possédait ses menus avantages : si on en prenait soin, le disque ne s'usait point (fini les crachotis perturbateurs), et l'on pouvait se délecter d'un album entier (parfois même d'un double) sans avoir à changer de face (les dérangés du bulbe pouvaient également écouter deux-cent-cinquante-quatre fois de suite leur chanson favorite sans bouger de leur fauteuil préféré). Nous sommes d'accord, les agréments étaient bien minces comparés aux supplices. Ah, j'allais oublier un autre point positif : une exceptionnelle vague de rééditions qui permit la découverte de moult trésors oubliés. Ledit point, hélas, fut vite contrebalancé : alors que tout le monde rachetait les disques qu'il possédait déjà, les sous vinrent à manquer quand il s'agit d'investir dans de nouveaux artistes... L'industrie mis tout de même plusieurs décennies (il ne m'étonnerait guère qu'elle l'ai fait exprès) avant de nous proposer un son décent. Malheureusement pour les comptes bancaires des escrocs, les amoureux de musique, rincés par d’innombrables campagnes de remasterisation, décidèrent que la vache avait déjà suffisamment donné en lait...

   Le délectable parfum du vinyle neuf venait de disparaître. Le magasin respirait l’hôpital. Je n'aurais pas été surpris de voir les vendeurs portant calot, blouse blanche et gants en latex.

   Pour la toute première fois de ma vie, je sortis d'un magasin de disques les mains vides – et le cœur sale.

   Je résistai longtemps, et sans difficultés, avant de me faire piéger comme tout un chacun. Que les critiques furent élogieuses ou destructrices, j'avais pris de longue date  l'habitude de m'offrir le nouveau Bob Dylan (ne me jugez pas trop sévèrement, je connais des vices bien plus malsains !), jusqu'au jour où son petit dernier ne fut plus disponible qu'en galette miniature. J'ose à peine vous raconter la colère que piqua ma fidèle discothèque (on ne peut parler de bibliothèque, puisque je n'y rangeais que des disques) : elle hurla qu'elle était un meuble sérieux, et non une vulgaire tour à la mode, puis menaça carrément de s’effondrer ! Finalement, elle ne s'écroula que de rire : j'avais omis un tout petit détail : je ne possédais pas de platine adéquate pour écouter mon album ! Je me serais esclaffé de bon cœur et de concert, si j'avais pu imaginer la tendance actuelle chez les bobos, lesquels n'écoutent plus David Bowie (surtout depuis qu'il est parti rejoindre les étoiles) qu'en vinyle et sur du matériel vintage (of course !).  



38 commentaires:

Arewenotmen? a dit…

Ca me rappelle avoir vu à la télé au début de l'ère du disque compact un interview d'un footballeur à qui l'on demandait ce qu'il faisait de son temps libre : "J'écoute de la musique laser !"

Ah cet éternel débat sur le support... le vinyl est bien évidemment notre grand amour, celui avec laquelle on a grandi et ça fait des années que je me dis que je vais rebrancher ma platine Denon vintage que j'ai cependant trop peur que les enfants abiment... et même pas de retour automatique du bras de lecture. Quand je lui ai offert une nouvelle cellule il y a quelques années j'ai eu l'impression d'être projeté très loin en arrière. Mes précieux vinyls sommeillent en attendant et je me nourris de ce que j'ai sous la main, disque compact et presque exclusivement musique dématérialisée désormais, sans que mon bonheur de mélomane en soit affecté !

Jimmy Jimi a dit…

Hello Arewenotmen?,
J'avoue que le cd m'a très fortement gâté le goût de l'objet. Ma "compagne" a terminé le travail en me faisant descendre au sous-sol ma collection de vinyles. Aujourd'hui, les enfants balançant leur musique dans tous les coins, j'ai tendance à me réfugier sous le casque avec du mp3. Finalement, je trouve plus de plaisir à voir mes pochettes en grand format sur un écran, plutôt qu'à reluquer des livrets miniatures. Evidemment, le bonheur et la passion sont toujours là, sinon que ferais-je ici?!

Anonyme a dit…

Quand on pense aux oeuvres d'art qu'étaient certaines pochettes quelle misère !

Jimmy Jimi a dit…

Hi Anonyme (please, un petit pseudo en signature, c'est plus sympa),
Et quand on pense aux œuvres d'art qu'auraient pu être d'autres nouvelles pochettes, hélas réduites à peau de chagrin...

Zocalo a dit…

A l'heure de la musique dématérialisée, ce "CD bashing" semble surréaliste. Quoi, alors que le CD est en train de disparaître, ne serait-ce pas plutôt l'heure de la nostalgie ? De chanter les louanges du dernier support physique de l'histoire ? De ses irisations quand on dirige la face gravée vers la lumière ? Euh, quoi encore, du livret qui raconte en 3 langues le pourquoi du comment du musicien et ce qu'il a pris au petit déjeuner ? Après le no future des punks, ce serait le "no nostalgia" du CD ?

yggdralivre a dit…

j'aime bien ce billet d'humeur, parce qu'écrit avec la fougue de l'époque.
le plus navrant là dedans c'est que l'arnaque continue (après le disque vidéo, le dvd, le blueray et maintenant la 4k... avec à chaque fois plus de mieux dans les mirettes ou dans les oreilles)
cette confusion entre la qualité du support et la qualité de l'art me sidère toujours autant.

du coup, tu retrouves bien le choc de la (sordide et funeste) découverte en même temps que l'intemporalité du processus.

(et si ta cave est trop encombrée par ta collection... j'ai de la place :) )

Jimmy Jimi a dit…

Hello Zocalo,
Non, il n'y a là rien de surréaliste. Comme je l'ai écris plus haut, l'arrivée du CD m'a très fortement gâté le goût de l'objet. Jamais, avec ce support, je n'ai retrouvé le plaisir que je connaissais en m'offrant un disque. Et je m'amuse même davantage avec mon disque dur amovible qu'avec mes étagères de CD que je ne touche d'ailleurs plus beaucoup. Effectivement, je ne ressens pas de nostalgie particulière en le voyant disparaître. Je préfère nos échanges sur la toile.

Hi Yggdralivre,
Comme tu l'as compris, c'est davantage qu'un billet d'humeur, c'est la suite de mon histoire avec les bouleversements que le monde extérieur a connus.

Audrey Songeval a dit…

Effectivement, le terme de "mot d'humeur" convient bien à ton petit chapitre (d'ailleurs pas si petit). Il est assez juste d'ailleurs. Maintenant, je me demande ce qu'en penseraient des enfants nés il y a 20 ans...
On parle de l'arnaque du CD, mais on ne parle pas de l'arnaque du vinyl à 30€!
Quant aux pochettes, il y en a tellement eu depuis l'âge d'or qu'il devient difficile d'en iconiser de nouvelle.

Ce qui est curieux, c'est que pour beaucoup, la fin du vinyl a correspondu à une forme de fin de la sacralisation de la musique. Difficile de dire si la nostalgie joue seule ou si la "qualité" de la musique ou de son support est en cause.
Moi, je vais paraitre encore plus ringard, mais je regrette le temps des K7. Elles offraient une grande liberté et l'avantage aussi d'offrir une contrainte temporelle de 45mn, ce qui constitue pour a part un seuil psychologique pour être captée par la musique. J'aimais me constituer des compilations (y compris du temps des CG à graver), notamment de compil d'albums par artistes. J'arrivais à faire 3 ou 4 albums par K7. J'en écoute d'ailleurs toujours.

Bref, pour revenir à ton histoire, j'ai du mal à situer la faille temporelle entre d'un côté la rupture/déprime de ton personnage et la fin du vinyl, j'ai l'impression qu'il y a un gouffre entre les deux...

Jimmy Jimi a dit…

Hola Audrey,
J'avais prévu quelques lignes sur les nouveaux vinyles, mais ça alourdissait trop le texte. C'est vrai que c'est une belle escroquerie, surtout qu'ils sont souvent pressés d'après une source numérique et qu'ils mettent une plombe avant de démarrer.
Moi aussi, j'ai beaucoup aimé la cassette, que j'évoque d'ailleurs dans des chapitres plus anciens, mais je préférais les 90 minutes.
Il n'y a pas de faille temporelle, si tu calcules bien, on est en plein dans l'époque. Si j'ai placé ce chapitre ici, c'est pour finaliser et imager la fin d'une époque: plus d'Olympia, plus de groupe, plus de vinyle, mais une nouvelle existence qui débute. Je vais poursuivre sur un ou deux chapitres avant que le passé ne rattrape le personnage...

Keith Michards a dit…

Comme toutes les "inventions", elles ont de multiples avantages mais s'avèrent rapidement aussi pourvues d'inconvénients fâcheux.
Bien que relativement nouveau, le CD est en train de vivre ses derniers jours, remplacé par une dématérialisation générale de toute œuvre musicale, cinématographique, photographique…

Jimmy Jimi a dit…

Hola Keith,
L'ordinateur est devenu le meilleur ami de l'homme, ce n'est pas forcément plus idiot qu'autre chose.

Keith Michards a dit…

Entièrement d'accord avec toi, sauf que maintenant quand il y a des soucis avec l'Administration ou avec les prestataires de services, on te répond toujours que c'est à cause de l'informatique. La seule erreur informatique que je connaisse c'est LA PANNE DE COURANT ! Pour le reste, c'est l'homme et lui seul qui rentre des conneries dans sa bécane. Et l'homme étant la bécane la plus conne de la galaxie, il lui est impossible de reconnaitre son incompétence… et par la même de réparer ses erreurs.

Everett W. Gilles a dit…

Yo
Moi aussi j'ai acheté mon premier CD avant d'avoir l'appareil pour le lire ...
C'était The Complete Recordings de Robert Johnson en 90, à l'époque il y avait le choix entre double-CD et triple-vinyle, j'ai craqué après avoir longtemps râlé, comme tout le monde ou presque.
Et il me semble bien avoir lu à l'époque que ça coûtait beaucoup moins que la moitié du vinyle à fabriquer !
Par contre les livrets m'ont tout de suite botté, j'ai l'impression qu'il y avait bien plus à lire qu'avant et j'adorais quand les rééditions s'accompagnaient de tout l'historique du fameux disque, raconté par tel ou tel protagoniste.
Aujourd'hui si on veut lire c'est pas les différentes versions disponibles de la même histoire qui manquent, et si c'est écrit petit plus besoin de microscope, un double-clic fait l'affaire, c'est pas beau çà ?
Quant à la qualité/profondeur des basses et des aigus bah ça n'a jamais été mon fort, finalement pour un rustre comme moi (et un titre mid-80's des Replacements ...) qu'importe le flacon !

Jimmy Jimi a dit…

Hello Keith,
La machine ne commet pas d'erreurs, mais elle peut tout de même fatiguer, j'ai beaucoup galérer avant les vacances à cause de l'usure. Si seulement je téléchargeais moins!

Hi Everett,
Dans les années 90, il y avait déjà eu des progrès, mais les premières éditions des livrets étaient d'une pauvreté hallucinantes. Je n'ai jamais été audiophile, mais la chaleur d'un vinyle, tout de même...

yggdralivre a dit…

coucou, j'ai une question d'ordre général, je la pose ici (mais bon je ne sais pas si tous les habitués (et les autres) la verront... enfin bon : je teste.
il y a peu j'ai eu l'occasion de voir jordi savall en concert... bon déjà : la claque.
mais ensuite je me suis aperçu qu'à part quelques enregistrements çà et là, je ne connaissais pas vraiment la musique médiévale ou la musique renaissance.
j'ai quelques enregistrements de jordi (ouais, on est devenu potes) avec son groupe hespérion XXI et d'autres musiques de la même époque... mais assez ciblé france ou angleterre. Or à ce fameux concert il y avait des musiques de russie et pas mal de l'empire ottoman (vers 1600).
alors l'ami internet pourrait me fournir de quoi remplir ma besace aisément mais de ce que j'ai cherché personne ne semble avoir "compilé" les centaines (je ne pense pas exagérer) d'albums enregistrés par le monsieur au fil des ans avec tous ses groupes, je ne sais absolument pas comment "choisir", ni s'il existe d'autres formations faisant un travail tout aussi passionnant.
faut croire que je suis dans une période "classique", puisque je continu toujours un peu l'opéra et que j'aime tjrs autant Malicorne ou mélusine ^^ (c'est marrant parce qu'avec faun ou corvux corax, il semble que les allemands (et pas que eux) aiment bien cette période... mais ça vire souvent au métal... je n'ai rien contre mais je cherche des trucs un chouilla old school).
bon sinon il me restera le groupe de ritchie blackmore ^^

Jimmy Jimi a dit…

Hello Yggdralivre,
Je possède quelques albums de Jordi Savall, j'en ai écouté d'autres, et tous sont excellents - comme ceux de Montserrat Figueras (et il faut désormais compter également avec leurs enfants). Je ne sais trop lesquels conseiller (je te dis bientôt ce que j'ai en stock), à part peut-être un album de berceuses du monde entier que j'ai particulièrement goûté : Montserrat Figueras (Soprano), Jordi Savall (Viole de gambe): "Ninna Nanna" (2003).

Arewenotmen? a dit…

@yggdralivre
Même si je ne suis pas grand connaisseur de la musique de la Renaissance (je suis par contre très friand de la période ultérieure, dite "baroque"), je peux te confirmer que les ensembles se consacrant à ces musiques sont nombreux rien qu'en France (Doulce Mémoire, Clément Janequin, Organum...). Tu n'auras aucun mal à trouver des disques dans le commerce ou en médiathèque. Quelques noms : Clément Janequin donc, Josquin Des Prés, Guillaume Dufay pour la France, John Bull, John Dowland pour l'Angleterre, Heinrich Schütz pour l'Allemagne...

Je te conseille de surveiller fortement les programmes de France Musique, qui a formé mon oreille de mélomane

Arewenotmen? a dit…

L'ensemble Organum (de Marcel Péres me semble t'il) se consacre plutôt à la musique médiévale je pense.

Tu peux aussi te précipiter sur les enregistrements de l'ensemble Huelgas de Paul van Nevel.

Jimmy Jimi a dit…

Hello Arewenotmen?
Je t'attendais... Et si, toi qui a aimé le post "forcé" d'Everett, ne pourrais-tu nous proposer un petit exemple pour la semaine prochaine?!

Zocalo a dit…

Hello Yggdralivre. C'est drôle qu'on parle de Jordi Savall, car ce musicien a toujours été à la pointe de la technique en matière d'enregistrement et de format musical. Il a très vite édité ses productions en SACD, disques physiques codés sur 24 bits, maintenant remplacés par les fameux formats "hi-res" qu'on trouve sur Qobuz ou HD tracks (pub gratuite).

Tout est bon chez Jordi Savall, je ne connais aucun mauvais enregistrement de lui (son requiem de Mozart, peut-être ?). Mais s'il faut t'en conseiller un seul, ce serait The Celtic Viol II by Jordi Savall, Andrew Lawrence-King, Frank McGuire, chez Aliavox, bien sûr.

yggdralivre a dit…

ouh là... c'est pire que ce que je craignais ^^
je m'attendais à des connaissances sur le sujet... mais là c'est pléthorique :)
ce qui est tant mieux (et génial en fait) !
et allonge ma liste (il n'y a quasiment rien à la média de chez moi sur le sujet et acheter je garde ça pour les vinyls... ;( )
à noter que je connais "doulce mémoire" et que j'aime beaucoup ce que je connais d'eux.
il faut donc que je plonge dans toutes ces références (toi aussi explore le net à la recherche de trucs méconnus que même les russes ne connaissent pas ^^)
merci beaucoup (comme d'hab'... :o) )

Arewenotmen? a dit…

C'est à dire Jimmy ? Je m'attendais à ce que tu me balances un enregistrement, charge à moi d'en rédiger un commentaire... L'idée me plaisait bien en effet, mais peut-être en as-tu une autre ? On pourrai par exemple s'inscrire (en nombre pair) et on te laisserait le soin de sortir de ton chapeau deux noms, le premier adressant un enregistrement à commenter au second. Je me verrais bien par exemple demander à notre Keith ce qu'il pense de... disons des madrigaux de Carlo Gesualdo !

Arewenotmen? a dit…

... Et je m'imagine face à la production d'un groupe de heavy métal progressif biélorusse...

Arewenotmen? a dit…

@yggdralivre
La mémoire me revient... deux très grands ensembles britanniques se consacrant à la musique de la Renaissance : The Hilliard Ensemble et The Sixteen.
D'autres grands musiciens de cette époque: Roland de Lassus, Palestrina, William Byrd.

Arewenotmen? a dit…

@yggdralivre
Et aussi Guillaume de Machaut.

yggdralivre a dit…

d'accord, encore merci pour tout ça.... il va falloir que je prévois des excavations pour aller dénicher tous ces ensembles :)
en revanche, je conseille (histoire de ne pas faire que demander) "diabolus in musica" un ensemble vraiment intéressant.
(je ne pensais pas qu'il y avait une si grande "production" en fait, déjà à l'époque mais aussi de nos jours...après c'est aussi étonnant de trouver aussi peu de Jordi savall sur le net -ou alors je cherche mal- étant donné le travail de défrichage international qu'il propose)

Arewenotmen? a dit…

Ah oui en effet, j'avais oublié Diabolus In Musica. Dans le même genre d'appellation il y a aussi l'ensemble féminin Les Witches. bref, il y a de quoi faire...

Arewenotmen? a dit…

@yggdralivre

Tu devrais une partie de ton bonheur ici :
http://radiomelasudas-beaumarchais.blogspot.fr/search/label/Jordi%20Savall
http://radiomelasudas-beaumarchais.blogspot.fr/search/label/Jordi%20Savall

Arewenotmen? a dit…

Et encore...

http://radiomelasudas-beaumarchais.blogspot.fr/search/label/Paul%20van%20Nevel

http://radiomelasudas-beaumarchais.blogspot.fr/search/label/Ensemble%20Cl%C3%A9ment%20Janequin

http://radiomelasudas-beaumarchais.blogspot.fr/search/label/Diabolus%20in%20Musica

yggdralivre a dit…

(prends sa pelle, sa pioche et son tamis et va creuser la mine d'or)

à force de dire merci ça va faire lourd, mais merci :)

j'espère que je ne serai pas le seul à profiter de tout ça ! (des heures de plaisir et de découvertes en perspectives)

Zocalo a dit…

Non Yggdralivre, tu n'es pas le seul. J'ai trouvé une perle (baroque) sur ce blog.

Arewenotmen? a dit…

@yggdralivre
A l'écoute de France Musique, deux nouvelles pistes :
un compositeur : Gilles Binchois
des interprètes : l'ensemble Discantus

Arewenotmen? a dit…

@yggdralivre

http://www.israbox.co/3137528650-the-hilliard-ensemble-lassus-1998.html

PS : il faudra nous livrer un jour la clé de ce pseudonyme...

yggdralivre a dit…

merci encore arewenotmen ?...
là, grâce à toi :) , j'ai trouvé beaucoup de jordi savall... ça sent les heures de plaisir...
si en plus tu en rajoutes ... graouh :)

sinon c'est rapidement explicité là :
https://yggdralivre.wordpress.com/apropos/

juste j'aime bien les arbres et les livres (même si ça paraît paradoxal ^^)

yggdralivre a dit…

bon... vu que je vous tiens :) je relance de deux (et dix de der') pour une autre question.
admettons que j'ai beaucoup de fichier mp3 (et flac aussi mais bon mp3) et que l'ami itunes commence à ramer sévère pour tout charger.
y'en a-t-il parmi vous qui utilise un (des ?) logiciel de gestion de bibliothèque musicale sympa ?

Jimmy Jimi a dit…

"(...) l'ami itunes", tu parles! Voilà ce qui arrive quand on utilise les produits Apple! Bon, j'espère que quelqu'un va pouvoir te secourir car je n'utilise pas ce genre de joujou.

Zocalo a dit…

@Yggdralivre : Comment fais-tu pour gérer les flac avec itunes ? En principe, ce n'est pas compatible.

Sinon, en matière de bibliothèque musicale, on parle souvent de Media Monkey (pour PC).

yggdralivre a dit…

salut,

eh bien j'ai utilisé itunes parce que l'on m'a offert un ipod 120g à l'époque... donc j'ai commencé à mettre ma musique sur itunes
ensuite, j'ai souvent la version mp3 et si j'ai en flac je la laisse aussi dans le dossier (mais pas dans itunes ^^) si je veux l'écouter)
le souci c'est que mon DD externe de 3t est blindé de musique et qu'itunes a du mal à se lancer et à rester stable (coupure et autre)... j'aimerais bien changer, le seul hic c'est que ma bibliothèque est rangée par ordre alphabétique et que tout retrier par genres... euh... j'ai peur que ça me prenne une vie, donc je cherche un autre logiciel ^^
(merci pour "media monkey" je vais me renseigner ^^)