jeudi 8 septembre 2016

THE CRAMPS ~ Songs The Lord Taught Us [D.R.] [1980]


Le punk, entre autres joyeusetés, permis l'éclosion de groupes aussi phénoménaux que le Gun Club ou les Cramps, des gars et des filles qui violentaient des machins pourtant déjà bien allumés. Songs the lord taugh us, c'est exactement l'album qu'il faut quand un petit cousin ou des Martiens s'interrogent sur ce que peut être le rock et le roll. A l'époque, un coup d’œil sur la pochette vous débarrassait à jamais des Dire Straits, Foreigner et autres Toto ! (Les fans de ces groupes peuvent m'écrire, j'adore vos messages d'insultes !) Le même coup d’œil vous disait que vous alliez bien vous marrer. Après avoir fouillé les sous-sols de l'Amérique à la recherche des trésors oubliés les plus déjantés, les Cramps reprirent les affaires là où les avaient laissé les obscurs brindezingues des années 50 et 60. Nick Knox frappait sur ses peaux tel un sorcier vaudou, pendant que Poison Ivy et Bryan Gregory écrasait la fuzz et se tiraient la bourre comme dans une rixe au rasoir. Pas de basse pour arrondir les angles. Là-dessus, Lux Interior n'avait plus qu'à poser sa délicieuse voix, sorte de croisement entre un pervers sexuel et un tueur en série; les paroles feraient le reste. Oui, il y avait de quoi s'en payer une belle tranche, mais vous le savez sans doute aussi bien que moi.
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)        


01 - TV Set
02 - Rock On The Moon
03 - Garbageman
04 - I Was A Teenage Werewolf
05 - Sunglasses After Dark
06 - The Mad Daddy
07 - Mystery Plane
08 - Zombie Dance
09 - What's Behind The Mask
10 - Strychnine
11 - I'm Cramped
12 - Tear It Up
13 - Fever
14 - I Was A Teenage Werewolf [With False Start - Original Mix]
15 - Mystery Plane [Original Mix]
16 - Twist And Shout [Bonus]
17 - I'm Cramped [Original Mix]
18 - The Mad Daddy [Original Mix]
MP3 (320 kbps) + artwork


15 commentaires:

Audrey Songeval a dit…

C'est sûr que les Cramps devaient vraiment donner l'impression de venir d'une autre planète. Je les ai découvert assez tard (en fac) parce que leur monde ne me parlait pas: trop sexué, trop connoté et également trop tourné vers une musique du passé (c'est ce que je pensais à l'époque parce que j'imaginais écouter une musique plus "nouvelle" ou "moderne", à 13/14 ans, on est naïf et prétentieux, n'Est-ce pas?). Il faut dire que je n'ai pas connu leur grande époque, on commençait à les considérer comme des caricatures d'eux mêmes (le premier disque que j'ai dû voir d'eux dans les rayons était The Smell of Female).
Pour ma part, je préfère la compilation Off the Bones. C'est le disque que j'écoute quand je veux me faire plaisir avec les Cramps. Et bien entendu, il est fréquent que je rajoute celui-ci pour prolonger le plaisir.

Ce qui est étrange, c'est de se rendre compte de leur érudition et que leur musique est finalement très proche des originaux. J'ai écouté quelques compil de The Songs The Cramps taught us, et c'est assez troublant. Cela n'ôte en rien à leur talent (quoi qu'un peu quand même) mais le monde ne les a pas attendus pour avoir des barjots pareils! :)
En fait, la grande vertu du groupe est pour moi de montrer à quel point il ne faut pas avoir peur d'oser vivre ses désirs et de revendiquer ses différences.

Everett W. Gilles a dit…

La découverte et même l'acte d'achat de Gravest Hits est pour moi une madeleine impérissable, tout m'a renversé dans ce disque, images, son, légende naissante ...
Et encore à l'époque je ne savais pas qui en était le producteur (voire même ce qu'était un producteur.)
Je les ai vus en concert pour la tournée de ce ''Songs...'', ça aussi ça marque, ils étaient bien plus impressionnants en chair et en os qu'en photos et c'est pas le cas de tout le monde !
Au bout de quelques années je n'ai plus trop écouté leurs disques et me suis cantonné aux trois premiers que je n'ai jamais lâchés.
Après, il me suffisait de savoir qu'ils existaient toujours, le Temple, ses Gardiens, etc...
Thanx JJ

Arewenotmen? a dit…

Tes, Jimmy, on le sait aussi bien que toi, mais ça ne fait pas de mal de le rappeler...

Souvenir d'un concert au Petit Rex vers 83...

JOU-IS-SIF !!!

Et Poison Ivy...

RanxZeVox a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
RanxZeVox a dit…

Les Cramps de cette période fonctionnaient sur la dualité des guitares, Bryan Gregory à la fuzz et Poison Ivy qui se contentait de faire onduler de maigres riffs de rockabilly au son pur par dessus la muraille de distorsion du fou à la mèche blanche. Ça n'a pas fait école, mais qu'est ce que c'était bien.
Psychedelic Jungle est encore meilleur que celui ci.
Hugo Spanky

Till a dit…

Moi aussi je les ai découvert avec Gravest Hits. Il était beaucoup beaucoup trop court mais le plaisir était intense.
Et puis "Songs..." magique aussi.

Alors oui on le savait Jimmy mais ça ne coûte rien de le rappeler.

yggdralivre a dit…

Alors moi... ce fut une découverte bien tardive (j'ai l'impression que l'on fait partie d'un groupe d'écouteurs des cramps presqu'anonymes ^^)
un peu trop tard pour remplacer mes premières amours (punkouille ou rock à billy)... mais suffisamment tôt pour me marquer et me l'élan nécessaire à ne jamais lâcher la (c)rampe en terme de musique à redécouvrir sans cesse (un peu comme l'ami frank avec le doo wap)...
c'est énergique pêchu et, effectivement, assez érudit.

ce qui est rigolo, c'est que je connais encore par coeur des morceaux de dire straits (mais pas de toto, mon âme irait-elle ou non en enfer) que je n'écoute plus que rarement... alors que je ne parviens toujours pas à en connaître (par coeur) des cramps...comme si je souhaitais garder le frisson de la découverte.


et puis, par rebond, ça m'a fait découvrir "monster mash" et toute une mouvance rigolo déjanté swingante ^^

Olivier B. a dit…

Marrant comme on peut percevoir les disques différemment. Psychédélic Jungle m'est indispensable, les choeurs de ghoules font sans doute la différence. Je n'arrive pas à apprécier les autres ...

Anonyme a dit…

Ah, ah, c'est bien marrant de voir qu'on est presque dix dans ce beau pays à écouter les Cramps de temps en temps.

Pour moi, comme Everett, je me souviens très bien de l'acte d'achat. C'est la pochette que j'ai achetée d'abord. Elle était pour moi : un brin inquiétante, des types barges qui ne se montraient pas trop, bien des promesses, même un peu de Poison... Et au format vinyle, évidemment, l'attractivité était décuplée.

Ensuite est venue l'écoute, la musique brute et la voix, un appel à pousser encore un peu le volume. La messe était dite et au sortir de tous les trucs punks que j'écoutais alors, je n'y ai vu aucun retour sur le passé. Juste des déjantés qui osent, bien dans leur différence.
La dernière fois que j'ai posé le disque sur la platine : fin juin, dehors l'été était pourri, autant réchauffer l'intérieur.
Je vais pouvoir passer au mp3 !
Merci JJ
Gil

Jimmy Jimi a dit…

Hello Audrey,
C'est vrai que ça enlève un tout petit peu de leur talent, mais, sans eux, un chouette morceau d'Histoire aurait été étouffé.

Hi Everett,
Triple buse, j'ai oublié d'évoquer Alex Chilton - honte sur moi!
Tout le monde à tendance à n'écouter que les débuts, mais j'ai quand même un petit faible pour le "Date with Elvis".

Hola Arewenotmen?,
Je ne les ai vus que plus tardivement, à l'Elysée Montmartre, mais c'était cool quand même.

Hello Ranxzevox,
Je ne sais pas s'il est meilleur, mais je suis également très attaché à "Psuchedelic Jungle".

Hi Till,
Et puis, sait-on jamais, des gamins peuvent passer par là.

Hola Yggdralivre,
Metallicaca, Dire Straits, va falloir surveiller tes fréquentations!

Hello Olivier,
Je peux comprendre les préférences, j'ai plus de difficultés à imaginer que tu ne puisses aimer qu'un seul album - surtout qu'ils ne sont pas vraiment connus pour leurs évolutions...

Hi Gil,
Le problème avec le mp3, c'est qu'il peut vite s'avérer dangereux d'écouter ce type d'album en se promenant dans les rues!

Olivier B a dit…

Oui c'est bizarre et pourtant ... je n'ai jamais retrouvé la claque que P.J. m'a balancé. Par exemple je découvrais le Gun Club à l'époque et je reste tout autant scotché sur Miami. Ça m'arrive souvent, je suis peut-être monomaniaque !

Anonyme a dit…

A l'époque nombreux était ceux qui rêvaient de passer un doux moment avec Poison Ivy. Remarquez quoi de plus normal que de vouloir tirer sa cramps.

Alexandre G a dit…

Piqure de rappel pour moi : écouter les autres Champs. J'ai découvert au lycée celui-ci que je préfère également mais aussi les presque aussi bons Psychédélic Jungle et Gravest Hits.
Vous inquiétez vous êtes loin d'être les seuls amateurs de Cramps de France, j'en connais plusieurs autres qui sont nés comme moi sur la fin du septennat Mitterrand (ou l'année de Grace et Crooked Rain pour les moins terre à terre). Et puis j'ai toujours associé ce groupe au Gun club découvert en même temps. For the love of Ivy, she's like heroin to me... Y'a un bel effet miroir.
Plus récemment, y'a un ou deux ans, je me suis acheté le Stray Cats éponyme, ça claque pas mal aussi dans un genre moins tordu mais tout aussi rockab !il me semble que c'est le genre de came du blog tu as certainement dû en parler. D'ailleurs ça vaut quoi les autres Stray Cats et setzer en solo ? On s'y perd vite pour un novice.

Alexandre G a dit…

Piqure de rappel pour moi : écouter les autres Champs. J'ai découvert au lycée celui-ci que je préfère également mais aussi les presque aussi bons Psychédélic Jungle et Gravest Hits.
Vous inquiétez vous êtes loin d'être les seuls amateurs de Cramps de France, j'en connais plusieurs autres qui sont nés comme moi sur la fin du septennat Mitterrand (ou l'année de Grace et Crooked Rain pour les moins terre à terre). Et puis j'ai toujours associé ce groupe au Gun club découvert en même temps. For the love of Ivy, she's like heroin to me... Y'a un bel effet miroir.
Plus récemment, y'a un ou deux ans, je me suis acheté le Stray Cats éponyme, ça claque pas mal aussi dans un genre moins tordu mais tout aussi rockab !il me semble que c'est le genre de came du blog tu as certainement dû en parler. D'ailleurs ça vaut quoi les autres Stray Cats et setzer en solo ? On s'y perd vite pour un novice.

Jimmy Jimi a dit…

Hello Alexandre,
Tu as tout à fait raison concernant le Gun Club (qui demeure un de mes groupes préférés de tous les temps). Concernant les Stray Cats, j'ai effectivement déjà proposé le premier album (ici ou sur le précédent blog). De l'avis général, c'est leur meilleur, et de loin, et je ne peux que confirmer, même si les autres ne sont pas sans charme. Setzer en solo, vaut le coup d'oreille, surtout quand il se la joue grand orchestre. J'en posterai un prochainement si ça peut te faire plaisir.