lundi 27 octobre 2014

LOU REED ~ Lou Reed [Jap. Edition] [1972]


Ce n'était pas encore tout à fait ça (la transformation se fera quelques mois plus tard)... L'esthétisme de la pochette m'a toujours laissé dubitatif ! A l'intérieur, c'eût pu être l'extase, puisque la majorité des titres provient des archives du Velvet (auxquels, il faut ajouter la première version de Berlin). Hélas, la production est quelque peu lourdingue, Lou (très désillusionné depuis son départ du V.U.) semble n'y croire qu'à moitié et - outrage ultime - il y a deux Yes qui se sont incrustés parmi les musiciens ! A la réécoute, l'album se laisse jouer sans déplaisir, mais on est loin du résultat que pareils chansons auraient pu offrir et à des années lumières des deux immenses chefs-d'oeuvre à venir...
Jimmy JIMI (Merci d'avance pour vos commentaires !)
P.S. : Lou, un an déjà, tu me manques...       


01 - I Can't Stand It
02 - Going Down
03 - Walk And Talk It
04 - Lisa Says
05 - Berlin
06 - I Love You
07 - Wild Child
08 - Love Makes You Feel
09 - Ride Into The Sun
10 - Ocean
MP3 (320 kbps) + artwork

5 commentaires:

Joe Fracas a dit…

je conseille , à la même période, un enregistrement avec les Tots aux Ultrasonic Studios que j'ai en bootleg et qui est sorti dans le commerce sous le nom de "Amercian Poet" . recommandé!

Arewenotmen? a dit…

Album frustrant en effet, mais que j'ai toujours aimé. Souvenir d'adolescence, c'est précieux !

Everett W. Gilles a dit…

C'est re-masterisé ?
Parce qu'avec Richard Clayderman aux claviers ça mériterait !
(Comme Frac j'adore American Poet, vraiment)

Audrey Songeval a dit…

Houlà... Celui-là, il y a très longtemps que je ne l'avais pas écouté. Sans doute pour plein de bonnes et mauvaises raisons. L'occasion de revisiter les mauvaises raisons...

Lt. Fontaine a dit…

Effectivement, le problème majeur vient de cette production pénible, alors que pourtant les compositions sont pour la plupart de bon calibre. Mais heureusement, certains titres ont trouvé leurs lettres de noblesses sur d'autres albums (V.U. etc). Un an déjà, et il me manque tellement également. Malgré tout, je suis heureux d'être resté sur un bon concert de sa part -très rock et bardé de classiques- en 2011; parfait pour emporter un dernier souvenir fidèle...