mercredi 22 octobre 2014

Pour la beauté du geste (feuilleton électrique) par Jimmy Jimi # 72



72. STEPHANIE SAYS [The Velvet Underground]

   Tous les garçons n'étaient pas des apprentis machos prêts à s'abattre violemment sur la première petite innocente venue... Nous voulions seulement passer de l'Autre Côté – on nous l'avait vanté mille fois en des termes forts élogieux, et nous l'imaginions bien plus mirifique encore...
   Quelque chose m'emmenait au porte de la déraison : c'est lorsque je voyais Audrey et Everett s'éclipser discrètement lors de la deuxième série de slows pour aller s'aimer à l'abri des magnifiques falaises de Cliftonville. Ils nous laissaient minablement patauger au milieu des I've been loving you too long et autre I'd rather go blind, pendant qu'ils miaulaient des symphonies inédites au nez écarlate de la lune. Il fallait les voir revenir avec des millions d'étoiles minuscules au fond de leurs yeux fiévreux. Un milliard de slows plus tard, j'en tremble encore un peu ! J'étais certain qu'Isidore avait déjà traversé le miroir mais, à observer son regard envieux devant notre couple de débauchés, je devinais trop facilement qu'il n'avait encore oser faire marcher Emilie sur les bris de verre magiques...

  Des prénoms me reviennent comme des titres de chansons ou des boomerangs sentimentaux.

   Par deux fois, je m'approchai de la psyché sacrée...
Carol me gourmandait chaque fois que je m'entortillais les doigts autour des délicates agrafes de son soutien gorge, mais finissait toujours par m'aider à le retirer ! Las, elle ne me laissa goûter qu'au nectar succulent de ses tous petits seins gonflés d'un désir encore trop timide. J'aperçus l'Autre Côté au bout du tunnel, mais il demeura inaccessible.
   Avec Stéphanie, l'affaire s'avéra plus complexe, musicale et rêveuse. Elle pouvait dire n'importe quoi (et la bavarde ne s'en privait guère), sa voix m'expédiait jouir au milieu des nuages (on aurait dit la petite sœur de la sublime Catherine Mouchet – même si son organe de sirène et sa grâce surnaturelle n'avaient pas encore transpercé l'écran). Le jour où elle m'expliqua qu'elle me quittait pour ce géant germanique, dont je n'ai jamais compris le prénom, je ne pus m'empêcher de continuer à sourire benoîtement, les oreilles en sang comme après ma première écoute de Sister Ray, les yeux rivés à la fenêtre de l'Autre Côté et le cœur baignant dans le reflet de la face cachée de la lune...

   Nous sommes bien d'accord, ce ne fut pas exactement le grand huit avec la tête qui heurte le plafond du septième ciel ni la brouette thaïlandaise sous le grand déluge passionnel, mais j'entendis le bruit magique de la trotteuse qui commençait à s'accélérer.
   Au loin, le futur dessinait les plans d'une chambre d'amour. Ma belle souriait dans son sommeil. Son souffle m'aspirait doucement à travers les couloirs du temps. Les nues se retenait de pleurer. Un parfum hurlait en se compliquant au jus des astres...
   Je ne savais pas que je la connaissais déjà.
   Je ne savais pas que je l'aimais depuis toujours.

   Ce ne fut pas exactement le grand huit ni la brouette thaïlandaise... mais comment aurais-je pu deviner que l'avenir me destinait à une mission d'une tout autre envergure ?


14 commentaires:

Audrey Songeval a dit…

J'aime beaucoup ce chapitre. On est dans le registre "sentimental" (dans le sens littéral), avec effectivement tous ces prénoms de chansons (tu aurais d'ailleurs pu rallonger la sauce), mais je trouve que tu réussis à créer un moment très doux, avec des images et un style très réssi.

Et puis, en plus, tu termines sur une incroyable note de suspense. Voilà vraiment un bon chapitre.

Jimmy Jimi a dit…

Tu as vu que je m'étais servi de ton "macho" pour ouvrir ce nouveau chapitre: rien ne se perd!
Au début, j'avais placé davantage de prénoms, mais ça me semblait un peu trop gros (je vais y revenir via une compile). Pour le suspense, ceux qui se souviennent de l'entrée en sixième trouveront sans doute le nom de l'intéressée...
Merci pour tes compliments, ça motive!

Arewenotmen? a dit…

Cet incurable romantique de Jimmy (mais quoi de meilleur ?) !

Devant Hantoss a dit…

C'est "Inside Jimmy", j'aime l'idée que le moment espéré et attendu ne se vive pas dans la douleur mais dans un doux espoir de moments merveilleux.
Joli

Jimmy Jimi a dit…

Hello Arewenotmen?,
Tu as tout dis!

Hi Devant,
Indice pour le futur: Jimmy Koule va vivre sa pire et sa plus belle journée dans les mêmes 24 heures...

Keith Michards a dit…

Je crois qu'on a tous été des gros ballots, la première fois !!!!!

Jimmy Jimi a dit…

Tu es très en avance, la première fois n'est prévue que dans plusieurs chapitres...

Audrey Songeval a dit…

Donc le prochain titre, c'est 24 Hours de Joy Division?

Audrey Songeval a dit…

ou 24 hours party people des Happy Mondays?

Keith Michards a dit…

… ou "Love Like a Reptile" de Motörhead !!!!!
:-)

Everett W. Gilles a dit…

Je voulais, en 86, appeler mon premier enfant Stephanie. Heureusement ce fut un garçon, heureusement parce que des Stephanie y en a eu un paquet qui ont suivi, et pas que des glorieuses et j'aurais eu du mal à convaincre mon monde de l'origine du prénom... Oh Jim, how could you treat me this way? C'est ça qu'elle te susurrait dans l'oreille ?

Jimmy Jimi a dit…

Audrey, je n'ai pas écris que ce serait pour le prochain chapitre...

Hello Everett,
Non, parce que "VU" n'avait pas encore paru et qu'elle ne connaissait pas les bootlegs!

Etrange que personne ne parle de Catherine Mouchet...

DamNed a dit…

En retard, mais avec un commentaire :-)
Comme Audrey, j'apprécie ce chapitre avec ses images et son suspense de choc, bravo Jimmy!
Même si la suite de ce passage n'est pas programmée très bientôt, on va doublement lire les prochains épisodes ;-)

Jimmy Jimi a dit…

J'ai hâte du retour vers Paris car j'ai un gros stock de surprises en magasin!