lundi 18 avril 2016

Pour la beauté du geste (feuilleton électrique) par Jimmy Jimi # 111


111. LONG LONG CHEMIN [MANSET]

   Entre ses jolis doigts diaphanes, Olympia tenait notre inscription au plus important tremplin jamais organisé dans ce pays. Un label avait décidé d'employer les grands moyens pour dénicher la perle rare (et s'offrir un peu de réclame dans le même élan). La lutte s'annonçait longue et acharnée, mais il y avait rien de moins que l'enregistrement d'un album à la clef (à ses mots, des disques, pourtant sombres, brûlèrent nos pupilles de leurs reflets plus éclatants que le soleil en robe d'été). D'après ses dires, ma belle n'eut même pas besoin d'user de ses charmes, l'organisateur ayant succombé à ceux du groupe lors de notre passage à Lille. Il tenait absolument à notre participation et nous exonérait des présélections. Il nous restait donc trois semaines pour nous préparer à la première manche.
Contrairement aux émissions de télé-crochets, dont on nous abreuvera plusieurs décennies plus tard, il était interdit de présenter des titres déjà enregistrés ; le label ne voulait pas d'habiles repreneurs, mais des musiciens ayant leur propre univers et capables d'écrire, de composer et de se produire en public. Le seul bémol, c'est que nous n'avions droit qu'à cinq titres pour convaincre un jury de « professionnels » (je vous laisse juger de la pertinence du mot). Nous allions devoir perdre la moitié de nos doux enfants au fond de la forêt !

   Déjà tout petits, la plupart des hommes aiment jouer à celui qui urinera le plus loin (juste avant de se mesurer l'appareil reproducteur !). Personnellement, je n'ai jamais beaucoup goûté la compétition. Hélas, le jeu s'y prêtait, et les groupes prenaient un plaisir malsain à se toiser, regardant le blouson ou l'ampli du voisin avec un air de dégoût ou un sourire narquois. Bref, le Rex Club sentait la poudre avant que quiconque n'ait encore dégainé la moindre guitare de son étui.
   Pour ce premier rendez-vous, l'organisation laissait un peu à désirer, les groupes passant davantage de temps à monter puis désinstaller leur matériel plutôt qu'à jouer. Comme nous étions les plus nombreux, il avait été décidé que nous passerions les derniers, ce qui nous laissa largement le temps de nourrir notre angoisse. Le jury se composait d'une attachée de presse du label, de Francis Dordor (alors rock-critic à Best), d'Alexis Quinlin (ancien manager de Taxi Girl (qui sera incarcéré à New York, deux décennies plus tard, pour une escroquerie à quelques quatre millions de dollars !)) et du chanteur Patrick Coutin (particulièrement connu pour aimer regarder les filles marchant sur la plage). Ce beau monde étant, comme à l'école, invité à nous donner une note allant de un à cinq, tout en éclusant moult pintes d'un breuvage fermenté (ce qui est un tantinet moins scolaire, je vous l'accorde).

   Assez D’Excès ouvrit le bal avec un hard rock fortement influencé par son presque homonyme mais avec des textes en français soit disant « comiques très second degré », selon le père du batteur qui faisait office de manager. Une véritable calamité en ce qui me concerne et le fait que le chanteur insulta Alexis, après l'avoir vu se boucher les oreilles en grimaçant, n'arrangea certainement pas leurs affaires.
   Bambi 2000 (ça s'annonçait bien !), soit deux garçons coiffeurs, firent sensation dans le ridicule ! L'un faisait couiner son machin en gesticulant comme une marionnette dégingandée, pendant que l'autre chantait la romance moderne d'une voix suraiguë et dans un anglais plus qu’approximatif. L'attachée de presse sembla au bord de l'extase durant tout ce que j'ai peine à nommer leur spectacle, alors que Francis Dordor dodelinait d'une tête qui avait l'air de se demander pourquoi elle était venue se coincer dans pareil étau.
   Zoé Lacharme, seule avec sa guitare et une rangée de pédales d'effets, nous mit une toute autre pression. On aurait dit la petite sœur de Jeffrey Lee Pierce et je crois que ce compliment ce suffit à lui-même.
   Kings Tone avait bien retenu les leçons des Specials, Madness ou Selecter. Pour gagner en originalité, le groupe compliquait sa sauce d'une jolie pincée de condiments cubains. Dordor, grand fan de tout ce qui touche à la Jamaïque, reprit espoir mais, à ce que je crus comprendre, le reste du jury trouva l'affaire trop « typée », comme on disait chez la Vache Qui Rit !
   Les Enfants D'Ailleurs se présentèrent comme un groupe de jazz-rock louchant vers l'Afrique. En réalité, cela donnait l'impression de manger une choucroute recouverte de mafé ! Pas franchement digeste, d'autant que leurs titres avaient une fâcheuse tendance à s'étendre au-delà du raisonnable.
   Satori était d'une autre trempe. Certes, leur batteur peinait à maintenir le rythme, mais leurs guitaristes imitaient le duo Tom Verlaine et Richard Lloyd avec beaucoup de grâce.
   Nous n'eûmes pas le temps de voir et d'écouter Les Autres (pas un si mauvais nom à la réflexion) car notre tour approchait et Olympia voulait gonfler au maximum le moral de sa petite troupe avant l'entrée en scène...


18 commentaires:

yggdralivre a dit…

On sent que tu as pris un plaisir fou (et tu vas dire que c'est issus de tes propres souvenirs ou pas loin) à donner des noms de groupes et à taquiner les prétendants au titre...
en tous les cas j'ai bien ri... ça n'enlève rien à la tension (car tension il y a puisqu'on sait que cela ne va pas finir en apothéose) sous-jacente.
un faux interlude réjouigoissant.

Jimmy Jimi a dit…

Hello Yggdralivre,
Mon expérience a été utile pour ce qui concerne l'ambiance de ce genre de joutes (pas très excitantes, il faut le dire) mais, sinon, j'ai inventé sur pièce les noms des groupes et le style allant de paire. La tension monte, mais le tsunami arrivera presque d'un coup...

Audrey Songeval a dit…

On sent le vécu. D’ailleurs, le mélange fiction et de noms réels laissent supposer une certaine retranscription du vécu (a priori dans les membres de l'improbable jury?). Cela rend la présentation de la scène tout à fait crédible. Eventuellement (je dis « éventuellement » parce que maintenant que je me retrouve railler dans tes textes quand je dis « mais », donc je fais gaffe), éventuellement donc, tu aurais pu faire une vraie scène sur les duels d’égos entre groupe, cela pourrait d’ailleurs donner lieu à une scène cocasse et drôle…
Donc on se retrouve face à un double/triple suspense : quels sont les véritables challengers de nos chouchous (je trouve que tu aurais pu aussi glisser un groupe qui aurait pu vous rendre jaloux, cela pourrait accroitre le suspense, mais on sent que tu as utilisé ici plutôt ton vécu) ? Le jury sera-t-il lucide et juste ou va-t-il céder à un copinage ou à une corruption quelconque (du genre boisson fermentée offerte pendant toute l’année) ? Ou l’heure du traitre va-t-il sonner, depuis le temps que sa menace plane sur leurs pauvres têtes ? Que de suspense!

Voilà, un petit retour "sans mais"...

Keith Michards a dit…

Rassure-moi : quand tu parles d'un musicien qui fait couiner son machin en gesticulant… ça n'a rien de sexuel ?!?!? ;-D
Sinon, est-ce que ce tremplin était présenté par Jacques Martin ?
Bonne chance pour la suite…

Jimmy Jimi a dit…

Hi Audrey,
Il n'y a pas tant de vécu que ça, même si j'ai déjà participé à des tremplins, mais les membres du jury n'étaient pas des célébrités (j'ai quand même pensé à Coutin en le voyant animer un atelier pour rockers débutants). Pour ce qui est des concurrents sérieux, il y a quand même une fille dont j'écris qu'elle pourrait être la petite sœur de jeffrey Lee Pierce et un groupe dont les guitaristes se rapprochent de ceux de Television, ça me semble déjà pas mal! Pour répondre à tes dernières interrogations, disons que nous ne sommes qu'au début du tremplin, lequel va s'étendre sur plusieurs chapitres (vu l'enjeu, ça me semble un minimum).
P.S. : merci pour tous les commentaires que tu as laissés depuis ton retour. C'était comment?

Jimmy Jimi a dit…

Hola Keith,
Non, dans mon esprit, il n'y avait rien de sexuel - même si j'y ai songé à la relecture!
Pas de Jacques Martin, donc tout le monde ne se retrouvera pas à égalité.

Everett W. Gilles a dit…

Manque plus qu'un groupe de rap et Jean-René Flatule et Son Coussin Péteur et le tableau est complet !
Là tout de suite j'ai un faible pour Bambi 2000.
Mais vous n'êtes pas encore passés ....

projectobject a dit…

Tiens... en parlant de Radio-Crochet ou aujourd'hui de Télé-Réalité il va falloir expliquer à Nikos Aliagas et aux coaches concernés - dont je ne possède aucun album hormis Zazie (juste un brin de talent sans plus)... Le titre "I Will Always Love You" est de Dolly Parton avant tout, érotiquement banane dans son interprétation et non de Whitney Houston qui beugle ce morceaux à en faire traire les vaches du lait caillé, alors les versions de Jenifer auparavant ou de la candidate ce samedi..
C'est du yaourt en poudre que l'on sort des pis et dépités, TF1 à l'époque avait rejeté mon Tweet sur le sujet évidement, mais nous n'évoluont pas dans le même secteur intellectuel et émotionnel.

Encore un coup de gueule de projectobject évidement.

projectobject a dit…

Lire bandante et non banane... Il va nous falloir un Google pour adultes à la place de celui pour Bisounours, font crier..

projectobject a dit…

J'abdique c'est trop criant!!! Euhhh... ou shiant peut-être, j'sais plus trop...et dire qu'il faut indiquer que nous ne sommes pas des robots en sélectionnant 3 images comme en CE1 avant validation du texte, affligeant ... Vive les générations futures.

Jimmy Jimi a dit…

Hello Everett,
J'ai toujours su que tu aimais les garçons coiffeurs!

Hi Projectobject,
J'ai commencé à regarder avec ma fille et me suis laissé prendre au jeu. Par rapport aux autres émissions du même genre et pour TF1, je suis tout de même agréablement surpris, même si le jury m'énerve assez souvent (comme Pagny qui pense qu'un chanteur doit absolument briser des verres en cristal pour avoir le droit d'exister!) Je comprends parfaitement ton point de vue sur les auteurs car ça me gonfle considérablement. la semaine dernière, il y en a encore un qui nous a annoncé que "Halleluja" était du fils Buckley (grand classique) mais, le pire, c'est quand un gamin nous a servit que "River deep moutain high" était de... Céline Dion! J'ai failli en péter ma télé!

yggdralivre a dit…

'tain !
j'viens de lire le titre... même pas je l'avais noté..; shame on me ;(

Jimmy Jimi a dit…

Pas certain que ce soit le plus finaud, mais je n'ai pas trouvé mieux.

Arewenotmen? a dit…

Une nouvelle séquence de concert qui s'annonce, après une première mémorable... mais je sais que tu nous surprendras et émouvras encore Jimmy !

nestor b a dit…

Excellent "Amuse-bouche" (comme disent les anglo-saxons qui imitent les Frogs) qui nous annonce un crochet palpitant ! Bravo pour ces noms de groupes et leurs styles hyper réalistes. Un jury aux petits oignons, qui promet de passer de la fiction à la vraie vie (ou l'inverse). J'ai connu Coutin (par esgourdes interposées) avec 'Fais-moi jouïr', et je l'imagine assez bien apprécier Bambi 2000. Suspense et tension ... j'attends la suite avec impatience !

Jimmy Jimi a dit…

Hello Arewenotmen?,
Je vais faire mon possible, ce qui me manque un peu, aujourd'hui, c'est le schéma entre ce concert et le moment crucial que j'ai en tête, mais ça va venir doucement.

Hi Nestor,
Il va falloir que je me décarcasse, parce que veux offrir un jury différent pour chaque étape mais, comme tu le dis, ça permet un pont entre réalité et fiction.

Devant Hantoss a dit…

un affreux soupçon. Vu le chouette succès des épisodes sur le concert, j'ai pensé que tu refaisais le coup avec l'idée de repasser sur scène. Sans oublier le plaisir d'énumérer les concurrents, bien vu. Et en + tu nous promets du Tsunami.
je maintiens que la formule feuilleton + commentaires et réponses aux commentaires est peut-être une nouvelle forme de narration, en tout une belle réforme du feuilleton à paraître dans le journal.

Jimmy Jimi a dit…

Hello Devant,
Non, je ne me suis jamais imaginé repassant les plats, ce n'était déjà pas évident d'offrir un chapitre à chaque chanson de ce concert imaginaire. Par la suite, je vais sans doute davantage joué sur l'aventure et l'envers du décor qu'offre ce tremplin et ce jusqu'à l'explosion (qui ne sera pas final).
Je suis très heureux des commentaires (même si j'ai été lâché sans explication par des gens qui semblaient l'apprécier), certains m'ont donné des idées pour rebondir différemment de ce que j'avais imaginé...